Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Profit augmenté

Pokémon Go, Snapchat : la réalité augmentée est une véritable mine d'or marketing

Les deux applications mobiles réfléchissent à une manière d'inclure de la publicité sur leurs plateformes.

Là où il y a un potentiel audimat, la publicité ne se fait jamais attendre très longtemps. Après avoir envahi les chaînes de télévision, les annonceurs se sont emparés d'internet et des réseaux sociaux en y glissant des publicités toujours plus ciblées, à des endroits stratégiques,  afin d'en maximiser la profitabilité.

L'engouement des annonceurs pour les espaces publicitaires sur internet va de pair avec la numérisation croissante de notre société. Nous sommes plus nombreux à être connectés, nous le sommes plus longtemps, nous le sommes plus tôt.

Et le prochain cap à passer pour les publicitaires est celui de la réalité augmentée. Ce secteur, avec celui de la réalité virtuelle (que l'on peut vivre grâce à des casques), prend du poids jour après jour.

La désormais célèbre application de partage de photos et vidéos éphémères, Snapchat, et le nouveau jeu mobile en vogue, Pokémon Go, témoignent d'un goût prononcé des utilisateurs pour la réalité augmentée. Selon Bloomberg, Snapchat compte 150 millions d'utilisateurs actifs chaque jour ; Pokémon Go a été téléchargé 7,5 millions de fois en cinq jours rien qu'aux États-Unis, et surpasse toutes les autres applications en temps d'utilisation quotidien.

Filtres publicitaires

Un potentiel publicitaire énorme que les deux applications cherchent à développer. Selon Numerama, c'est ce qu'indique un brevet déposé en 2015 par la firme californienne Snapchat, publié le 14 juillet 2016 par le Bureau américains des brevets et des marques de commerce (USPTO). Dans celui-ci, l'entreprise évoque sa volonté d'utiliser "un filtre d'image basé sur la reconnaissance d'objets". Concrètement, cela permettrait d'utiliser des filtres sponsorisés en lien avec l'objet apparaissant sur le cliché. De même manière, si un restaurant pris en photo est reconnu par Snapchat, un filtre mentionnant le menu du jour pourrait être proposé. De quoi faire écho à un autre brevet déposé par Snapchat, selon lequel les utilisateurs de Snapchat pourraient être rémunérés grâce au placement de produits, comme c'est déjà le cas pour certains Youtubeurs.

Lieux sponsorisés

Pour Pokémon Go, le projet est déjà bien plus avancé : John Hanke, le PDG de Niantic Labs, développeur du jeu, a confié au New York Times que des sociétés seraient bientôt en mesure d'acheter des lieux sponsorisés dans le jeu. Alors que les utilisateurs du jeu doivent se déplacer dans leur environnement afin de capturer des Pokémons, cela voudrait dire qu'un fast-food pourrait demander contre argent sonnant et trébuchant à ce qu'un Pokémon rare se trouve devant l'établissement afin d'attirer la clientèle. Une idée marketing amenée notamment par les réactions de gérants de boutiques et restaurants qui assuraient recevoir plus de clients depuis qu'un Pokéstop (lieu où l'on collecte des Pokéballs afin de capturer les Pokémons) était installé, bien heureusement, devant leur enseigne.

À l'avenir, chaque visite d'un joueur au lieu sponsorisé sera accompagnée d'un coût par visite reversé à Niantic Labs. Les enseignes pourraient même faire apparaître des codes promotionnels spécifiques, de sorte que ces potentiels clients ne s'arrêtent pas devant les portes du magasin.

Il ne reste plus qu'à voir qui de Pokémon Go ou de Snapchat saura au mieux exploiter son potentiel marketing.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !