Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Plus de champagne dans les loges VIP des stades ! Et pour le homard, on fait quoi ?
©Reuters

Nous avons enfin un gouvernement proche du peuple

Plus de champagne dans les loges VIP des stades ! Et pour le homard, on fait quoi ?

Le macronisme amorce sa mue prolétarienne. Riches, tremblez !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

 

Les somptueux repas offerts par François de Rugy à l’hôtel de Lassay ont fait d’énormes dégâts. Et les pires sont ceux qui ont gravement endommagé l’équilibre mental de nos dirigeants. Ainsi Agnès Buzyn envisage, selon Le Parisien, d’interdire le champagne dans les loges des VIP sur les stades. On ne peut imaginer qu’elle ait pris seule une décision aussi capitale. Macron a dû lui dire : « pas de bulles ! ».

Pour mémoire, rappelons qu’Agnès Buzyn est ministre de la Santé. Que de par ses fonctions, elle devrait tout faire pour calmer les colères des urgentistes. Elle pourrait aussi écouter les plaintes des infirmières débordées et épuisées. Elle devrait également s'inquiéter des déserts médicaux qui gagnent du terrain dans notre pays.

De quoi occuper à plein temps une femme aussi robuste soit elle. Eh bien, avec tout cela, Agnès Buzyn, pourtant écrasée par sa charge, a trouvé le temps de penser au champagne dont les puissants font dans leur loge un usage immodéré à chaque but marqué par l’équipe de leur choix. A-t-on déjà vu quelque chose de plus grotesque, de plus ridicule que cette décision ? La suppression du champagne vise bien sûr à corriger l’image de Macron, président des riches.

Le chef de l’Etat veut, n’en doutons pas, devenir le président des pauvres. Mais pour cela, bannir le champagne des VIP ne suffit pas. Il faut leur servir du gros rouge qui tache accompagné de terrines de rillettes de porc. Et les obliger à se peinturlurer la tronche en tricolore quand le 11 de France joue contre une équipe étrangère.

Ce gouvernement est sur la pente facile et imbécile de la gadgétisation. Il avait commencé à la descendre avec un autre gadget : le Grand Débat. Ce qui en est sorti a fait pschitt. Comme le champagne qu’on supprime.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !