Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Lors de ses trois premiers mois, les cris et les pleurs du bébé sont rythmés par la faim, mais aussi par la recherche d'un sommeil apaisé et par des difficultés digestives.
©Reuters

Dur dur d'être un parent

Parlez-vous le bébé ? Ce que leurs areuh areuh et leurs sourires veulent dire

Selon une experte en expression corporelle, la moindre expression du visage, petit gazouillis et différents pleurs ont un sens. Reste à savoir les décrypter.

Vous avez tous vus au moins une fois cette publicité, vous savez celle où des adultes essaient de communiquer avec des nourrissons en imitant leurs gazouillis...  Leurs progénitures finissant par se moquer (en sous-titres) de ce spectacle simiesque. "Il faut comprendre les bébés pour comprendre leurs besoins". Ce slogan des laboratoires Guigoz, qui ont tenté de percer le mystère du langage des nouveaux nés dans un spot publicitaire, témoigne de cette fréquente incompréhension entre les expressions de l'enfant et ses parents.

Et s'ils avaient raison ? Si le problème se trouvait du côté des parents qui ne savent pas être à l'écoute et non pas des bébés qui ne sont pas capables de s'exprimer ? Dans son ouvrage The Blossom Method, la psychothérapeute et experte en expression corporelle, Vivien Sabel, avance que chaque signe d'un nouveau né a une signification. Ainsi, les parents qui parviendraient à décoder ce langage pourraient aisément savoir si son enfant a faim, soif, est content, contrarié ou encore a envie de jouer. Pour en arriver à cette conclusion, elle a étudié de nombreux bébés, dont sa propre fille et expliquent, photos à l'appui, des signes simples et reconnaissables pour tenter de guider les parents déroutés.

Par exemple, si un bébé se frotte les yeux, c'est bien souvent un signe de sommeil. Il donne des coups de pied ? Il veut attirer l'attention sur lui, pour un câlin ou pour montrer qu'il a besoin qu'on lui change sa couche. Une autre attitude récurrente chez les nourrissons : le "grasping reflex". Le bébé s’agrippe toujours au doigt qu’on lui tend, comme s’il s’agrippait à sa mère si celle-ci devait partir et le porter. C'est un geste tout à fait normal, qui n'est autre qu'un instinct de survie animal. D'ailleurs, on effectue ce test à la naissance des enfants pour s'assurer de leur santé.

Mais elle va plus loin en tentant d'étudier chaque mimique faciale. Si le bébé sort la langue, de manière centrale entre ses lèvres et qu'il est prêt à l'avancer encore davantage, c'est qu'il a faim. Un autre moyen d'afficher leur désir de manger : regarder fixement sa mère, pousser ses lèvres en avant et faire sortir et rentrer à nouveau sa langue. En revanche, s'il a un sourire radieux et que ses yeux sont rieurs, c'est bon signe : bébé se sent, propre, repu et il est prêt à s'amuser avec vous. Bref, aux travers de dizaines d'images légendées, Vivien Sabel fait part de son expérience en tant que professionnelle et que mère et décrypte des signes qui pourraient rester incompris. Chaque analyse peut bien-sûr s'adapter plus ou moins aux différents nourrissons.

Les différents types de pleurs des bébés

Mais les signes qui sont souvent les plus difficiles à comprendre sont les pleurs. A 15 jours ou 6 mois, un bébé a des besoins différents, ses pleurs n'ont donc pas la même signification. Comment les différencier et les interpréter ?

Lors de ses trois premiers mois, les cris et les pleurs du bébé sont à l'évidence rythmés par la faim, mais également par la recherche d'un sommeil apaisé et par des difficultés digestives. Lorsqu'un nouveau né veut manger, ces pleurs s'accentuent très vite, devenant très vite des cris de rage que seuls le sein ou le biberon peuvent calmer. A l'inverse, la fatigue se traduit par des bruits mêlés à des grognements accompagnés de mouvements de tête. Enfin, les maux de ventre varient au rythme des contractions digestives.

Viennent ensuite jusqu'à ses 9 mois d'autres types de besoins et donc de nouvelles manifestations corporelles. Le bébé va connaître ses premières angoisses, par exemple quand sa mère s'éloigne. Ces pleurs sont toujours réguliers, et font partie, chez le bébé, du processus normal d'autonomie. A savoir également qu'à cet âge-là, les pleurs ne témoignent pas forcément d'un besoin mais peuvent manifester des émotions. Il peut ainsi s'agir d'une décharge "nerveuse".

Au-delà cet âge, les pleurs perdurent et caractérisent la plupart du temps des moments de doute ou de stress chez l'enfant, lorsque l'enfant va aller chez une nourrice ou en crèche notamment... Il est pourtant nécessaire de dire au revoir. Cette réaction est naturelle et elle se calme peu de temps après le départ du parent.

Les parents doivent ainsi essayer de déchiffrer tous les signes et ce dès le premier jour de la vie. "Un enfant est prêt à communiquer dès le jour de sa naissance" estime ainsi Claire Bolton. D'après les spécialistes, les bébés communiquent donc bien avant leurs premiers mots qui interviennent généralement autour du septième mois.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !