Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christian Jacob a prononcé un discours, au siège du parti à Paris, le 9 juin 2021 lors d'un comité stratégique avant les élections présidentielles de 2022.
Christian Jacob a prononcé un discours, au siège du parti à Paris, le 9 juin 2021 lors d'un comité stratégique avant les élections présidentielles de 2022.
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Sans fleurs, ni couronnes

On touche le fond : Les Républicains ont renoncé à désigner eux-mêmes leur candidat pour 2022

Un article sur Atlantico les qualifie de « parti des morts-vivants ». On cherche les vivants !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Quand les baleines sentent leur dernière heure arriver, elles vont s’échouer sur les plages pour y rendre leur dernier souffle. Pour les mêmes raisons, les pachydermes se rendent vers le cimetière des éléphants. Les Républicains, eux, se suicident.

Réunis en conclave, les chefs de ce parti en fin de vie ont décidé de s’adresser au CEVIPOF pour choisir leur candidat. Afin d’y parvenir, l’organisme de Pascal Perrineau sondera, en deux vagues d’enquête, 15.000 personnes. Elles seront proches – selon les souhaits des Républicains – « de la droite et du centre ».

Nous, on croyait que le centre c’était Bayrou et son MoDem. Christian Jacob a une autre idée sur la question.

Ainsi meurent Les Républicains. Ce qu’ils sont devenus tient en quelques titres de Balzac : « Grandeur et décadence (de César Birotteau) ». « Les illusions perdues », « La peau de chagrin ».

Du temps de Sarkozy, il y avait encore un peu de grandeur et quelques illusions. Reste aujourd’hui la peau de chagrin. Pour rester avec Balzac il n’y a plus maintenant, à quelques exceptions près (Wauquiez, Lisnard), de Rastignac chez Les Républicains. Seulement des Pères Goriot, comme Larcher, que Macron va dépouiller. 

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Ci-gisent Les Républicains : ce tragique constat pour la droite qui se cache dans les détails des sondages pour 2022Christian Jacob est-il le pire dirigeant que pouvait connaître LR ? 

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !