Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Hou les vilains !

Municipales : Macron n’est pour rien dans les morts que fera peut-être le Coronavirus dans les bureaux de vote : les coupables sont, nous dit-on, Larcher et Baroin

Ce sont eux les faiseurs de morts : le président de la République n’a fait que leur obéir.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

On connaîtra bientôt les résultats des municipales. Mais on ignore encore l’étendue du désastre qu’elles vont sans doute provoquer. Combien de Français sont allés dans des isoloirs où d’autres ont éternué et toussé avant eux ? Combien d’électeurs innocents et désireux d’accomplir leur devoir civique ont contracté le terrible virus ? Oui combien de morts ces assassins irresponsables vont-ils avoir sur la conscience ?

En ces temps de panique pandémique la panique politique bat son plein. Avec un « c’est pas moi c’est eux ! ». Ca ressemble fort à un sauve qui peut. Les macronistes, Aurore Bergé, porte-parole de LREM, en tête, ont aussitôt mesuré le danger et ils ont désigné les coupables pour absoudre Emmanuel Macron.

Comme dans un chœur parfaitement rôdé (des éléments de langage leur avaient été donnés) ils ont accusé Gérard Larcher et François Baroin. D’après eux ces deux représentants de l’opposition n’avaient en vue que leurs intérêts électoraux. Ils ont - les vilains - fait pression sur Macron pour qu’il maintienne les municipales, faute de quoi ils crieraient au scandale.           

C’est Aurore Bergé qui a été la plus précise. D’après elle, Larcher et Baroin « ont pesé de tout leur poids » pour infléchir la décision du Président. Si on comprend bien Bergé, Macron, père de la Nation, était soucieux de protéger la santé de ses enfants. Mais que pouvait-il faire le malheureux ?

En effet, question poids, la partie n’était pas égale. Le frêle et fragile Macron est un poids plume : quelques dizaines de kilos tout au plus. Il avait en face de lui un poids lourd (Larcher) et un poids moyen (Baroin) : à eux deux dans les 200 kilos ! Il était inévitable qu’il succombe.

Et maintenant un quizz. Qui est président de la République ? Larcher ? Baroin ? Macron ? Tâchez de cocher la bonne réponse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !