Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Pixabay

Silence on ferme

Mobilisation pour Alstom : ces 60 000 PME-TPE qui risquent de fermer dans les mois qui viennent et pour lesquelles le gouvernement (ni personne) ne fait rien

Chaque année, ce sont près de 240 000 emplois qui sont directement menacés par les défaillances des PME et TPE en France. Un niveau record à l'échelle européenne qui résulte notamment des mesures prises durant le quinquennat Hollande, bien que le phénomène soit observable depuis les années 1990.

Hervé Lambel

Hervé Lambel

Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France).

D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont il devient Président et porte-parole en 2004. Il fait notamment partie des premiers lanceurs d'alerte sur la crise économique et les problèmes de trésorerie des entreprises. Il est également le créateur d’HLDC, société de service et d’investissement.

Voir la bio »

Atlantico : Depuis quelques jours, l'Etat a fait du sauvetage de l'usine Alstom à Belfort une priorité. Cette fermeture menace environ 400 emplois sur le site considéré. Ne peut-on pas considérer qu'il existe un "deux poids deux mesures" entre les grandes entreprises françaises, notamment dans le secteur de l'industrie, et le monde des PME ?

Hervé LambelIl existe malheureusement un "deux poids deux mesures" entre les PME et les grandes entreprises. Dès qu’une grande entreprise connaît des difficultés, cela provoque immédiatement une réaction des politiques à cause de l’effet de marque qui mobilise les médias. Pour ce qui est d'Alstom, on voit bien que dans l’urgence, il n’y aura pas grand-chose à faire. Ce qu’il aurait fallu, c’est agir en amont pour rendre l’environnement d’Alstom et des entreprises plus supportable afin d'éviter la situation actuelle.

Les PME et TPE, sauf très rares exceptions, ne bénéficient pas de cet effet de marque. Certains ont tendance à penser que, parce que ces PME et TPE sont nombreuses, elles pourront être remplacées en cas de disparition sans incidence sur l’économie. Or depuis quelques années, on prend conscience petit à petit que le volume des défaillances des PME et TPE est si élevé qu’il entraîne des conséquences. Cela s’est produit à partir de 2008, lorsque les grands groupes industriels français ont commencé à se tourner vers les pouvoirs publics pour leur signaler les difficultés de leurs sous-traitants. Parce que le cri d’alarme a été poussé par les très grandes entreprises, on a commencé, à nouveau, à s’intéresser aux PME et TPE. Il s’agit là d’un déni français qui existe depuis des décennies, sans être véritablement associé à un quinquennat en particulier. 

A lire également sur notre site : Emploi : Comment les spécificités du marché du travail français empêchent le pays de suivre le mouvement de reprise que connaît actuellement la zone euro

 

Ainsi, selon les données fournies par Altares, le nombre d'emplois menacés chaque mois par des défaillances de PME serait plus de 10 fois supérieur à celui d'Alstom. Quelle est le réalité constatée sur le terrain des PME ? Est-il possible d'évaluer le nombre d'entreprises cessant leur activité, ainsi que le nombre de salariés perdant leur emploi, au cours d'un mois ?

Hormis quelques variations sur certaines périodes, on considère que quatre emplois sont menacés pour une défaillance. A l’heure actuelle, nous sommes sur un rythme annuel de 61 000 défaillances, ce qui fait que plus de 240 000 emplois sont menacés de suppression chaque année. A ces emplois – ce que font rarement les études sur le sujet – il convient de rajouter l’emploi des chefs d’entreprise, ce qui porte le plan social annoncé en début d’année à environ 300 000 emplois menacés de suppression.

Voilà longtemps que j’alerte sur le fait que ce niveau de défaillance est supérieur en France à tous les pays comparables, et ce pas uniquement sur la période de crise. Depuis 2008, les défaillances ont augmenté de 25% en France quand elles ont baissé de 20% en Allemagne, soit un différentiel de 45% entre les deux pays. Ce problème de défaillance est récurrent en France depuis, à peu près, 1992, période à partir de laquelle on a commencé à mesurer de manière statistique et suivie le phénomène des défaillances. Avant la crise de 2008, le niveau moyen des défaillances en France était d’environ 40 000 par an. 

Quels sont généralement les secteurs des PME et TPE les plus touchés par ces défaillances ? Dans quelle mesure ce phénomène peut-il être enrayé ? 

Sur le plan national, les secteurs qui sont aujourd’hui les plus touchés sont les services à la personne et aux entreprises, le commerce automobile, le transport, et l’agriculture, bien que nous en parlons peu. Ce qui est généralement évoqué à propos de l’agriculture, c’est le nombre de suicides du secteur. Quelques mesures empiriques sur le niveau général de suicide des chefs d’entreprise en France existent et font état d’à peu près 3 à 4 suicides de chefs d’entreprise par mois et par tribunal de commerce, soit plus de 300 suicides de chefs d’entreprise par an.

Lorsqu’on parle de défaillances, nous n’évoquons pas le cas des chefs d’entreprise qui ont déjà fermé leur entreprise avant qu’elle ne soit déclarée défaillante. En moyenne, le nombre de radiations annuelles était porté à 250 000.

Pour enrayer ce phénomène, il convient de s’intéresser enfin et véritablement aux difficultés des entreprises et à leurs raisons. Celles-ci sont multiples, apparaissant toujours par petit bout. L’analyse globale de la fragilité des entreprises françaises est de comprendre qu’à un moment donné, toutes les difficultés se traduisent par une mobilisation de la trésorerie ; c’est à travers les variations de cette dernière que nous sommes capables de mesurer les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises. Les chiffres de la Banque de France montrent qu’à l’heure actuelle, environ 30% des entreprises ont des difficultés à financer leurs besoins en trésorerie. Dans ces conditions, ne nous étonnons donc pas que certaines de ces entreprises finissent pas disparaître, ce qui affaiblit l’économie générale.

Ces problèmes de trésorerie proviennent du poids des charges qui pèsent sur l’entreprise. En France, nous avons fait le choix de taxer le travail, et pas simplement la production : la cotisation patronale n’ouvre aucun droit aux salariés ; il s’agit donc d’une taxe. Cette cotisation est bien plus importante en France que dans n’importe quel autre pays européen comparable. Cela pèse essentiellement en matière de mobilisation de trésorerie. Comme elles ont des difficultés à financer la trésorerie et qu’elles ne disposent pas de ligne de crédit spécifique, les entreprises recourent au découvert bancaire. Les frais de ce dernier sont très élevés : le taux de crédit sur les intérêts bancaires dépasse les 20%. Cela "vampirise" également la trésorerie de l’entreprise, réduisant sa marge. Ce problème de trésorerie a donc un grave impact sur les marges des entreprises, et donc sur leurs performances, et leurs capacités à investir et à se développer. 

Comment juger l'action du quinquennat Hollande à l'égard des PME et TPE ? 

Il y a une spécificité dans ce cas : nous avions un affaiblissement du nombre de défaillances aux alentours de 2012. J’avais alors alerté le gouvernement sur la dangerosité de certaines mesures qui, si elles allaient être prises, se traduiraient immédiatement par une hausse des défaillances d’entreprises. Malheureusement, certaines de ces mesures ont été adoptées, comme la hausse des prélèvements obligatoires en début de quinquennat. Cette hausse s’est alors accompagnée d’une augmentation des défaillances d’entreprises. Hormis un ou deux trimestres suivant les estimations de différents organismes, il s’agit d’un quinquennat marqué par la hausse des défaillances d’entreprises. Sur le dernier trimestre, certains organismes mesurent à nouveau une hausse des défaillances d’entreprises, notamment liée aux grèves organisées par certains syndicats opposés à la loi Macron au motif d’une loi dont tout le monde ne mesurait pas les effets. Il y a aussi, malheureusement, l’effet attentats qui explique cette hausse des défaillances constatée au dernier trimestre. De ce point de vue là donc, le quinquennat Hollande est catastrophique.

Une mesure qui aurait pu aider à la réduction des défaillances d’entreprises réside dans le CICE si celui-ci n’avait pas été pensé tel qu’il l’a été, c’est-à-dire que les entreprises payent d’abord les charges et sont remboursées a posteriori. Dans ce cas, on demande aux entreprises de toucher à leur trésorerie, et celles qui auront survécu à l’année se verront alors remettre leur trésorerie avancée. Or on a besoin d’oxygène au moment de la course, pas lorsque celle-ci est terminée : telle est l’aberration économique du CICE. Le quinquennat Hollande a donc été à l’inverse de toute bonne gestion microéconomique et macroéconomique de base. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !