Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Ces médicaments qui tuent

Distilbène, Mediator : des scandales utiles

La justice a reconnu ce jeudi la responsabilité du laboratoire UCB Pharma pour les séquelles causés aux petits-enfants des mamans traitées au Distilbène, pendant leur grossesse... après trente ans de procédures. Les victimes du Mediator, elles, seront peut-être indemnisées plus rapidement. Chaque scandale fait ainsi progresser la pharmacovigilance.

Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur, ancien ministre, est sénateur (PS) du Loiret.

Voir la bio »

Pour couper court à toute réforme d’envergure, les pouvoirs publics cherchent à nous convaincre que le scandale du Mediator® serait le premier d’une telle ampleur. Ne nous laissons pas abuser… Depuis de longues années, les scandales sanitaires se succèdent : Thalidomide®, Distilbène®, Mediator®… A chaque crise particulière, notre société tente, au mieux, d’apporter une réponse spécifique, au pire, de l'oublier.

Le traitement sans cohérence des drames sanitaires conduit à une injustice et à une discrimination majeure. La sur-médiatisation de l'affaire Mediator® est à la mesure du silence que les autres victimes doivent supporter. On ne peut accepter le déni actuel à l’endroit, entre autres, des victimes du Distilbène®, alors que cette histoire exemplaire est aujourd'hui enseignée comme "modèle" des erreurs à ne pas commettre. Ce produit, administré en masse aux femmes enceintes jusque dans les années 80 (1977 en France), a la particularité perverse de toucher non seulement les consommatrices, mais essentiellement leurs enfants, voire leurs petits-enfants. Évoquons également les victimes de réactions rares aux médicaments provoquant des atteintes gravissimes de la peau et des muqueuses (syndromes de Lyell et de Stevens-Johnson). Il est inconcevable que toutes ces victimes doivent – parce que leur pathologie est due à un autre médicament – être les « oubliées » de l’indemnisation.

Toutes ces victimes ont à supporter, à leurs frais, et dans le silence des médias, des années de procédure individuelle, d’expertises et de contre-expertises pour espérer obtenir enfin une reconnaissance de responsabilité et une réparation de leur préjudice, n'ayant pas d'autre choix. Au bout du chemin, certaines découvrent que, parce que le risque était signalé dans la notice, elles n’ont aucun recours légal et se voient déboutées. Pourtant, comme pour le Mediator®, les effets indésirables démontrés et les dommages irrémédiables causés à leur santé sont le fruit de médicaments ou de dispositifs qui ont été validés par les autorités administratives et politiques, et financés par la collectivité. Le médicament constitue un progrès indéniable pour notre société, et l'industrie pharmaceutique contribue à la richesse nationale, mais la gravité de certains effets dit « secondaires » est à la mesure des avantages ainsi procurés.

Aujourd'hui, pourquoi ne pas utiliser le scandale du Mediator® pour obtenir une réponse générale, en permettant l’émergence d’un principe de responsabilité globale fondée sur le risque lié à la prise d’un médicament ? Le gouvernement doit se saisir de cette affaire comme d'un levier pour progresser vers une réponse sociale définitive à un risque collectif avéré. Le profit tiré de la commercialisation d’un médicament est assuré par la solvabilité qu' apportent aux laboratoires pharmaceutiques les remboursements de la Sécurité sociale, laquelle est financée par l’ensemble des contribuables et assurés sociaux. Il ne serait donc pas choquant que, comme pour les risques professionnels, le coût d’indemnisation des victimes soit automatiquement supporté par les entreprises à l’origine de la création du risque. La mutualisation d'un risque collectif, supportée par les laboratoires pharmaceutiques qui en sont à l'origine, présenterait un double avantage : garantir aux victimes une indemnisation rapide, mais aussi, inciter ces entreprises à promouvoir une politique de prévention.

Le scandale du Mediator® devrait être également l’occasion de donner aux victimes les moyens de se défendre en permettant des actions judiciaires collectives. L'absence de procédure collective (« class action ») rend le combat bien inégal. Alors que les victimes des scandales sanitaires n'attendent que cela, pourquoi avoir totalement évacué ce sujet des Assises du Médicament ? S’il est sûrement intéressant de réfléchir des heures à la charte de déontologie des visiteurs médicaux ou à la formation continue des médecins, l’effet d’autorégulation induit par l’épée de Damoclès que représentent les « class action » pour un laboratoire pharmaceutique serait, lui, immédiat.

Le choix reste maintenant ouvert : soit notre société apporte une réponse définitive à la responsabilité du fait des médicaments, soit nous reverrons dans quelques années, voire quelques mois, émerger un nouveau scandale sanitaire. Victimes et citoyens, nous attendons une réaction d’envergure et une solution véritablement politique. Sinon le Mediator® n'aura été qu'un scandale de plus.

Arnaud de Broca
Secrétaire général de la FNATH

Sophie Le Pallec
Présidente de l'association Amalyste

Anne Levadou
Présidente de l'association Réseau D.E.S. France

Jean-Pierre Sueur
Sénateur du Loiret

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !