Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©GONZALO FUENTES / POOL / AFP

Pandémie

Martin Gurri : "Pour les Français, à qui l'on apprend à vénérer l'autorité établie, la révélation des failles de leurs élites politiques et scientifiques a été traumatisante"

Martin Gurri, ancien analyste à la CIA, spécialiste des révoltes populaires et qui avait anticipé la crise des Gilets jaunes, évoque l'impact de la crise sanitaire du coronavirus sur la société française et pour la classe politique.

Martin Gurri

Martin Gurri

Martin Gurri est un analyste, spécialiste de l’exploitation des "informations publiquement accessibles" ("open media"). Il a travaillé plusieurs années pour la CIA. Il écrit désormais sur le blog The Fifth Wave. Il est l'auteur de The Revolt of The Public and the Crisis of Authority in the New Millennium (Stripe Press, 2014).

Voir la bio »

Atlantico.fr : Ces dernières années, nous avons opposé les démocrates aux populistes et les avons souvent présentés comme les deux seules options. Mais était-ce la bonne analyse ? Comme ni Emmanuel Macron ni Donald Trump n'ont réussi à gérer la crise du coronavirus, ne nous sommes-nous pas trompés en opposant une idéologie politique à une autre ? 

Martin Gurri : Je dirais que l'opposition se situe entre les élites et le public, le populisme étant une sorte d'arme parfois brandie par le public dans les nations démocratiques contre les élites.  Macron a pris position avec les élites.  Trump se définit comme anti-élite : il est donc qualifié (généralement par les élites) de populiste.  Les deux jouent dans le cadre de la démocratie libérale.

Plus précisément, tous deux président la machine monstrueuse et lente de l'État moderne.  Les institutions démocratiques actuelles, y compris le gouvernement, sont un héritage de l'ère industrielle, où l'on croyait que la "science" et la "rationalité" entre les mains d'"experts" pouvaient guérir la condition humaine, si l'on appliquait suffisamment de pouvoir.  Le salut est venu du haut vers le bas, comme par la grâce divine.  Les présidents étaient censés parler avec l'autorité jupitérienne.  Chaque crise était un "problème" à résoudre, presque mathématiquement, par des spécialistes qui en décryptaient les données.

La crédibilité de ce modèle d'organisation de la société a été détruite par l'ère numérique.  Il y a tout simplement trop d'informations disponibles.  Nous connaissons toutes les faussetés, erreurs et faux jugements dont les présidents et les gouvernements sont responsables.  Le public s'est vu promettre le salut, mais il est maintenant condamné à élire des personnes ayant peu d'attributs divins.  Il est donc en colère.  Le public était en colère bien avant la pandémie.

Indépendamment de ce que Macron ergote ou Trump twitte, les gouvernements français et américain sont très similaires dans leur structure bureaucratique.  Tous deux fonctionnent comme si nous étions encore au XXe siècle, et non à l'ère du numérique.  De telles structures ne pourraient jamais suivre la vitesse de la contagion.  Macron et Trump ont tous deux fait face à une crise sanitaire avec des instruments inadéquats à leur disposition.  

La connaissance humaine a de graves limites. Le principal vecteur de contagion a été notre ignorance.  Selon les normes mondiales, la France et les États-Unis n'ont pas particulièrement échoué à stopper l'infection.  Le plus grand échec du gouvernement démocratique dans les circonstances actuelles a été un manque d'humilité : faire des proclamations comme si elles provenaient de certaines connaissances, alors qu'en vérité ils ne savaient guère plus que les personnes ordinaires.

Le gouvernement chinois semble assez confiant dans le fait que son heure est venue et que l'Occident est en train d'imploser. Diriez-vous que c'est vrai ? Assistons-nous actuellement à l'implosion de l'Occident et de son idéologie ? 

Tout au long de la crise du coronavirus, la Chine a été exposée comme un régime principalement basé sur la propagande et l'Occident semble maintenant beaucoup plus bruyant à ce sujet. La confrontation entre la Chine et l'Occident semble de plus en plus exacerbée. S'agit-il d'une question institutionnelle ou plutôt d'une question de civilisation (confucianisme contre civilisation occidentale) ?

Je trouve remarquable qu'à la lumière de la crise pandémique, n'importe qui désigne la Chine comme un modèle à imiter.  Pour commencer, ce régime n'est pas vraiment un système ou un modèle.  Comme Mao dans son mausolée, c'est une version momifiée du XXe siècle.  Le régime chinois croit toujours qu'il peut soustraire ce qui est connu de ce qui est révélé, et, plus grave encore dans le cas de la pandémie, qu'il peut contrôler ce qui est révélé par le haut.  On pense que la politique - le pouvoir pur - commande la science, les données, voire la réalité.  La conséquence est un empire de mensonges : les autorités locales cherchent à tromper les autorités provinciales, qui à leur tour cherchent à tromper les dirigeants nationaux, qui à leur tour espèrent tromper leur public et le monde.

L'action réflexive des autorités de Wuhan lorsqu'elles ont été informées d'une nouvelle maladie contagieuse a consisté à arrêter et à discréditer le messager :  le Dr Li Wenliang, le héros maudit de la tragédie du COVID-19.  À la mi-janvier, quelques semaines après l'apparition de la première épidémie, la ville de Wuhan a organisé un festival pour 40 000 voisins.  Il est normal de se demander si la pandémie aurait pu être réduite ou arrêtée si les personnes au pouvoir là-bas avaient eu le moindre sens des responsabilités.  La seule question que je me pose est de savoir si les dirigeants nationaux en Chine ont cru à leur propre propagande ou s'ils ont été complices de la tromperie.

Compte tenu de la relation entre le régime et l'information, on ne peut rien croire venant de Chine.  Toute statistique est forcément faussée par la politique.  Si l'on multipliait le nombre de décès dus aux coronavirus en Chine par dix, vingt, trente fois le nombre officiel, cela ne serait pas surprenant.  

C'est une faiblesse universelle de l'autoritarisme.  Les démocraties bien que confuses et accablées par la pandémie,  ont essayé de servir leurs citoyens.  La priorité de tout autocrate est de rester au pouvoir.  En Iran, le chef suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a accusé les ennemis de l'Iran d'exagérer le danger d'infection. Le vice-ministre de la santé, Iraj Harirchi, a publiquement minimisé les dimensions de la pandémie, un jour avant qu'il ne soit testé positif pour le virus et mis en quarantaine. La vidéo d'un Harirchi maladif prononçant ses dénégations peut servir de parabole pour la fin des illusions dictatoriales sur le contrôle de l'information.

Les démocraties occidentales ne devraient pas s'inquiéter du fait que leur idéologie a été supplantée par la Chine.  Mais les entreprises occidentales, y compris celles de France, devront décider si elles souhaitent garder leurs chaînes d'approvisionnement en produits manufacturés en otage des événements qui se déroulent dans ce pays.  Lorsque la crise actuelle sera terminée, il y aura forcément une vaste remise en question de la place de la Chine dans le monde développé.  Il est presque certain que les conséquences économiques seront néfastes pour ce pays.

L'Europe semblait déjà bien affaiblie avant la crise, pensez-vous que l'union politique puisse y survivre et la dépasser ? 

J'avoue que j'ai trouvé étonnant de voir Angela Merkel, apôtre de l'ouverture des frontières, fermer soudainement les portes de l'Allemagne tout entière.  Pourtant, ce fut la réaction de tous les gouvernements d'Europe.  L'UE a été créée en partant du principe qu'il ne restait plus de menaces existentielles sur le continent.  Lorsque la crise du coronavirus est arrivée, les gouvernements nationaux ont immédiatement pris des mesures pour protéger leur population : c'était comme si l'UE n'existait pas.  Lorsque Viktor Orban a utilisé la crise pour s'attribuer des pouvoirs extraordinaires, il n'y a eu que le silence de Bruxelles.  Lorsque l'Italie a eu désespérément besoin de matériel médical, Bruxelles et les nations européennes ont détourné le regard.

Imaginez si, au premier coup de feu d'une bataille, chaque membre d'un bataillon s'enfuyait et essayait de se sauver, même au détriment des autres.  Ce n'est plus une unité militaire, et ne pourrait plus jamais en être une.  Comment effacer le souvenir de l'égoïsme mutuel et de la lâcheté ?  C'est la situation à laquelle l'UE sera confrontée lorsque les mesures draconiennes actuelles seront levées.  Un énorme élan de pression politique - colère, ressentiment, incertitude - sera libéré, je suppose, à ce moment-là, à l'encontre de tous ceux qui représentent les hypocrisies du passé.

Aux États-Unis, le gouvernement a également, dans de nombreux cas, été inadapté à la crise, et les États sont intervenus pour combler le vide.  Mais nous sommes, par conception, un pays décentralisé.  La pandémie nous a simplement obligés à nous montrer à la hauteur de cet idéal.  À l'avenir, les Européens vont devoir décider du type d'Union européenne qu'ils souhaitent.  Le système actuel est une superstructure bureaucratique peu liée au processus démocratique.  Il représente adéquatement les gouvernements et les élites, mais pas le public européen.  Pourtant, le public est aujourd'hui l'acteur principal sur la scène politique.  Ignorer cela revient à inviter plus de populisme et plus de révoltes dans le style des gilets jaunes.

Rien n'est prédestiné.  L'Europe survivra sous une forme ou une autre.  Mais je serai surpris si des changements fondamentaux n'étaient pas en vue pour l'UE, même à court terme.

Avec la crise du coronavirus, les gens semblent avoir encore perdu confiance dans les experts et les institutions. Diriez-vous que la crise actuelle de l'autorité s'aggrave ? Quelle pourrait être l'issue d'une telle crise ? Devrions-nous maintenant craindre plus que jamais la montée du nihilisme politique ? 

La crise n'est pas seulement politique.  J'ai été fasciné par le drame du Dr Didier Raoult et ses revendications sur l'hydroxychloroquine.  Le Dr Raoult est probablement le meilleur expert en maladies infectieuses en France, et pourtant j'ai vu le terme de "populisme médical" lui être attaché.  Cette accusation mérite un moment de réflexion.

Les experts sont divisés.  Comment cela est-il possible ?  Nous pensons que la science est le grand oracle de la nature, et que les experts scientifiques sont les prêtres et les sibylles qui fréquentent le temple.  Il ne peut y avoir qu'une seule vérité, une seule réponse à chaque question.  Pourtant, tout comme l'oracle de Delphes, la science nous offre aujourd'hui des réponses ambivalentes, et nous regardons les experts se battre comme des politiciens pour savoir qui doit décider de la vérité.  C'est un spectacle profondément révélateur.  Pour les Français, à qui l'on apprend à vénérer l'autorité établie, la révélation a été traumatisante et désorientante.  Les théories du complot COVID-19 qui circulent actuellement parmi le public français sont un acte de foi selon lequel quelqu'un, d'une manière ou d'une autre, doit contrôler la situation.

Nous vivons une époque "d'après-vérité".  La nature n'a pas changé.  La vérité en est toujours une.  Mais nos perspectives se sont fracturées, et personne ne parle avec autorité, personne ne peut fournir une histoire convaincante sur le virus et le remède.  

Je reviens donc à une observation que j'ai faite plus haut.  Il y a de graves limites à la connaissance humaine.  Même nos experts sont aveuglés par l'ignorance.  La science moderne est une magnifique tentative pour repousser cette ignorance, un centimètre à la fois.  La science est un exercice d'humilité, pas un oracle en communion avec les dieux.  Si les élus prennent l'habitude de parler comme s'ils possédaient une omniscience jupitérienne, ils seront démasqués en tant que fraudeurs, et le public sera poussé au désespoir de la démocratie - et, en fin de compte, au nihilisme politique.  

Mais il existe une possibilité encore plus dangereuse.  Si les bureaucrates scientifiques ont pour habitude de parler comme des prophètes infaillibles, leur imposture sera également découverte, et la post-vérité dégénérera en une sorte de nihilisme anti-science.  Des mouvements comme ceux qui rejettent aujourd'hui les vaccins s'avéreront alors être les précurseurs d'une longue nuit d'ignorance délibérée.

L'arrêt actuel de l'activité sociale et économique est sans précédent. Comment pouvons-nous les reprendre une fois que la pandémie sera sous contrôle ? Comment rétablir la confiance dans un système que beaucoup remettent aujourd'hui encore plus en question qu'auparavant ? La couverture médiatique de la pandémie en a fait la plus grande histoire, que pensez-vous de ce bruit médiatique sans précédent ? Diriez-vous qu'il est proportionné à la crise sanitaire elle-même ? 

Les deux questions sont étroitement liées.

Il n'y a jamais eu d'affaire dans la sphère de l'information comme l'histoire de la pandémie.  Les chiffres associés à la maladie elle-même, COVID-19, ne sont pas sans précédent, que ce soit pour une contagion ou comme cause de décès.  Le tumulte provoqué par le fait de parler de la maladie, tant dans les médias de masse que dans les médias numériques, en fait la plus grande histoire de l'humanité, éclipsant complètement tous les autres sujets.  Au mois de mars, les États-Unis ont bombardé des milices pro-iraniennes en Irak.  Un tribunal russe a autorisé Vladimir Poutine à rester président jusqu'en 2036.  Personne ne s'en est soucié.  Rien ne pouvait pénétrer le bruit géant de l'histoire de la pandémie.

Les études sur la définition de l'agenda montrent qu'un événement semble significatif dans la mesure où il domine le débat public.  Le vacarme sans précédent de l'histoire a fait apparaître la maladie comme une catastrophe tout aussi sans précédent.  Une grande partie de la discussion a été consacrée à la recherche paniquée et furieuse de boucs émissaires, de victimes sacrificielles qui pourraient être offertes pour apaiser le fléau.  Les questions étaient constamment répétées :  À qui la faute ?  Qui n'avait pas réussi à nous protéger ?  Dans ce contexte d'information, les gouvernements se sont empressés de traiter le virus comme un mal absolu et sans précédent.  Une économie mondiale prospère a été détruite en quelques semaines.

La mort de milliers de personnes est une horreur, une tragédie.  Mais elle est relative à d'autres formes de mal, comme la misère de dizaines de millions de personnes.  Et elle n'est pas sans précédent.  Actuellement, COVID-19 n'est pas une cause de décès particulièrement élevée au niveau mondial.  La vie humaine est constituée d'une série infinie de compromis : entre les désirs immédiats et le bonheur à long terme, par exemple, ou entre le risque nécessaire et le confort de la sécurité.  Personne ne peut nier que la possibilité d'être infecté par le virus est effrayante.  Mais le rugissement de la sphère de l'information a propulsé cette peur au bord de la panique, où toute discussion sur les compromis est désormais considérée comme impensable et inhumaine. 

Comme je l'ai déjà dit, je pense que nous devrions pardonner aux responsables, qui ont dû faire face à une contagion qui a progressé plus vite que leur capacité de réaction.  COVID-19 a été la première menace existentielle de l'ère numérique.   Les gouvernements démocratiques et les organisations de santé ont pris leurs décisions dans des circonstances très difficiles.  L'impulsion de blâmer et de fulminer, pour le moment, est à la fois futile et stérile.

Mais nous devons garder à l'esprit la distinction entre la pandémie et son histoire alors que nous nous apprêtons à rouvrir la vie économique et sociale.  Nous devons traiter COVID-19 avec une prudence rationnelle, et ne pas réagir au bruit de la panique qui s'élève de la sphère de l'information.  Nous en avons appris suffisamment sur la progression de la maladie pour faire des compromis intelligents.  Nous savons qui est à risque.  Le taux de mortalité est le plus élevé parmi les personnes de plus de 60 ans ou souffrant de maladies préexistantes.  Nous devons faire tout ce qui est possible pour protéger cette population à risque.  Le reste de la race humaine doit, dans un avenir proche, sortir de son abri et se retrouver, aimer, jouer, adorer et travailler.  Nous devons ressusciter la société et reconstruire l'économie meurtrie.

Quel choix avons-nous ?  Je suis peut-être limité dans mon imagination, mais je ne peux pas penser à un ensemble de conditions qui nous permettraient de nous cacher pour toujours.

Pour retrouvez l'analyse de Martin Gurri, publiée sur Atlantico, sur la révolte du public, cliquez ICI

Pour retrouvez l'analyse de Martin Gurri, publiée sur Atlantico, sur les origines de la colère du peuple et de la crise des Gilets jaunes, cliquez ICI

Pour retrouvez l'analyse de Martin Gurri, publiée sur Atlantico, sur le mouvement de révolte à Hong Kong, cliquez ICI 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !