Martin Gurri : « Que tant de personnes sensées croient voir en leurs concitoyens des suppôts de dictatures potentielles est un révélateur de la psychose politique contemporaine » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden marchent ensemble après la photo de famille au début du sommet du G7 à Carbis Bay, le 11 juin 2021.
Le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden marchent ensemble après la photo de famille au début du sommet du G7 à Carbis Bay, le 11 juin 2021.
©LUDOVIC MARIN / AFP

Scénarisation de l'histoire

Martin Gurri : « Que tant de personnes sensées croient voir en leurs concitoyens des suppôts de dictatures potentielles est un révélateur de la psychose politique contemporaine »

Après l'élection de Joe Biden face à Donald Trump, la société américaine semble de plus en plus divisée. Alors que la campagne pour l'élection présidentielle en France va débuter dans les prochains mois, Emmanuel Macron apparaît aux yeux de certains électeurs comme le candidat de l'establishment. Martin Gurri, ancien analyste à la CIA, spécialiste des révoltes populaires et qui avait anticipé la crise des Gilets jaunes, décrypte les fractures et le climat de tensions au sein des démocraties occidentales.

Martin Gurri

Martin Gurri

Martin Gurri est un analyste, spécialiste de l’exploitation des "informations publiquement accessibles" ("open media"). Il a travaillé plusieurs années pour la CIA. Il écrit désormais sur le blog The Fifth Wave. Il est l'auteur de The Revolt of The Public and the Crisis of Authority in the New Millennium (Stripe Press, 2014).

Voir la bio »

Atlantico : De l'extérieur, ces derniers mois, la société américaine semble s'être transformée en une sorte de scénario hollywoodien où le bien a triomphé du mal. Cette scénarisation de l'histoire est-elle une reformulation des faits comme les vainqueurs peuvent le faire aux vaincus ?

Martin Gurri : Il serait amusant de comparer Joe Biden, 78 ans, à certains jeunes protagonistes de films, de westerns - disons John Wayne dans "La Chevachée fantastique" ("Stagecoach") ou Alan Ladd dans "L'Homme des vallées perdues" ("Shane"). Cela ne marche pas.  Ces deux héros, ces cowboys étaient censés être des hors-la-loi et des outsiders. Biden est un membre privilégié et réactionnaire d'un establishment qui souhaitait désespérément vaincre d'abord l'anti-élite Bernie Sanders, puis le semi-nihiliste Trump. Dans les films, il aurait joué le rôle du baron du bétail vieillissant qui brûle les cabanes des colons pauvres pour faire un peu plus de place à ses animaux.

Il n'y a pas eu de transformation en Amérique. Nous sommes les mêmes que toujours, en partie bons, en partie mauvais, et surtout indifférents. L'exorcisme de Trump a supprimé une voix assourdissante de la scène politique. Biden ne peut pas, et ne veut probablement pas, combler ce vide.  Mais le bruit est toujours là. La fracturation de la société en bandes de guerre sectaires, la colère et l'impulsion à la répudiation et à la révolte - tout cela est toujours là.  Il suffira d'un événement déclencheur pour que les rues se remplissent à nouveau de manifestants. Je pense qu'il est imprudent de parler de vainqueurs et de vaincus comme si nous assistions à la fin d'une époque. Ce film ne se termine jamais.

À Lire Aussi

“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014

De nombreux observateurs zélés ont vu en Trump un dictateur potentiel. Plus que la domination d'un leader tout-puissant, la première menace n'est-elle pas la désunion du pays ? L'élection de Biden efface-t-elle les cicatrices américaines ?

J'ai des amis libéraux qui étaient sûrs que Trump était le prochain Mussolini. J'ai des amis conservateurs qui craignent que Biden n'établisse une "dictature douce" sur le pays. Aucun de ces développements n'est possible, même de loin. Le fait qu'ils soient considérés comme probables par des personnes intelligentes et sensées est un symptôme de l'épisode psychotique que constitue notre moment de l'histoire. Premièrement, la réalité s'est fracturée le long de lignes sectaires : pour un républicain fervent, l'inconséquent Biden ressemble vraiment à un dictateur, tout comme les pitreries de Trump semblent, pour beaucoup de gens de gauche, rappeler les délires d'Hitler. Deuxièmement, non seulement les opinions se transforment comme par magie en faits, mais elles doivent être affirmées avec une certitude fondamentaliste et communiquées dans des cris de rage.

La démocratie libérale est devenue la tour de Babel, un endroit peu confortable pour démarrer une dictature. La menace pour les États-Unis - mais aussi pour la France, l'Espagne, l'Italie, la Grande-Bretagne et une foule d'autres nations démocratiques - est définitivement la désunion et le désordre plutôt que la capitulation au principe du führer. Nous vivons une époque de désintégration, où les grandes institutions du siècle dernier souffrent de blessures traumatiques et d'une hémorragie d'autorité.  Nous devons prendre ce danger au sérieux. Les institutions de la démocratie doivent être reconfigurées pour l'époque actuelle.

À Lire Aussi

Martin Gurri : "Les élites sont perdues et impuissantes mais le peuple qui leur fait face est, pour sa part, irrationnel"

Mais ne confondons pas le bruit avec la vérité. J'ai grandi à une époque où le marxisme-léninisme était, pour beaucoup, une alternative supérieure à la démocratie. Mes parents étaient jeunes lorsque le nazisme et le fascisme ont presque conquis le monde.  Aujourd'hui, la démocratie est le seul jeu en ville : elle peut être détruite mais pas remplacée.  C'est à nous de choisir.  Quant au Dr Biden, il est davantage un chirurgien esthétique que le véritable guérisseur des blessures traumatiques dont les États-Unis et le monde ont besoin en ce moment.

Maintenant que Biden est en poste, l'establishment va-t-il faire tout ce qu'il peut pour empêcher le retour d'un candidat hors-système ?

L'establishment fera toujours tout ce qu'il peut pour empêcher les figures anti-establishment d'être élues. C'est dans la nature des choses. Au XXe siècle, la structure de l'information et de la politique permettait aux élites de se sélectionner et de se protéger mutuellement. Au XXIe siècle, le vent souffle dans la direction opposée - et c'est un ouragan, une force puissante et destructrice.

Biden signe des chèques de plusieurs milliards de dollars aussi vite que sa main septuagénaire le lui permet. Il espère clairement acheter pour son parti et sa clique la domination permanente de la politique américaine. Un trillion de dollars par-ci, un trillion de dollars par-là, et très vite, vous vous retrouvez applaudi par beaucoup de nouveaux amis.

Mais les élites ne sont pas en phase avec le Zeitgeist. Elles ne comprennent pas vraiment les aspects les plus significatifs du monde dans lequel elles vivent - les réseaux numériques de gens ordinaires qui se déplacent à la vitesse de la lumière, ce qu'Andrey Mir appelle "l'émancipation de la paternité." Ils sont donc toujours surpris. Le rêve des élites est une pure réaction : un retour aux structures hiérarchiques du siècle dernier. Elles souhaitent notamment transformer les grandes plateformes numériques comme Facebook et Google en une du New York Times des années 1980.

À Lire Aussi

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

Cela n'arrivera pas. Au-delà de l'aspect inconvenant de voir le président d'une nation démocratique se faire passer pour Hosni Moubarak, la sphère de l'information est trop massivement redondante. Pour des raisons pratiques, elle est infinie. Pour la contrôler, il faudrait aller bien au-delà de Moubarak pour devenir Kim Jong-un - et même les républicains les plus morbides ne s'attendent pas à ce que cela se produise. 

Les événements ont échappé au contrôle de l'establishment. C'est un renversement structurel qu'aucune somme d'argent ne peut annuler. Si je devais conseiller le président Biden, je lui dirais :  "Attendez-vous à être surpris."

Emmanuel Macron est considéré par beaucoup comme l'incarnation d'un establishment "à la française", après avoir survécu aux vagues de protestations des Gilets Jaunes et à celles apportées par diverses réformes, pourrait-il à nouveau s'en sortir ?

La circonstance la plus importante pour tout politicien est la qualité de l'opposition. Macron a eu de la chance avec ses rivaux. Si cela continue, il pourrait certainement être réélu (ce que je suppose être ce que vous entendez par "s'en sortir"). Mais voyez ma réponse à votre dernière question. Il y a toujours des surprises, c'est pourquoi la prédiction est un jeu peu rentable.

Macron est une créature de la révolte de l'opinion publique. En Marche n'existait pas un an avant l'élection qui l'a propulsé à la présidence. Il était lui-même trop jeune et inconnu. Comme tous les porteurs de révolte de cette époque turbulente, Macron a prétendu représenter un changement radical. Il a promis une "révolution" mais a appliqué les mêmes politiques sans imagination que ses prédécesseurs. La gauche, dont il est issu, le considère désormais comme un traître. Mais qui portera la bannière de la gauche à la prochaine élection présidentielle - Mélenchon ? La "France périphérique" considère que Macron est la dupe insupportable de l'élite et de l'establishment. Mais pour qui ces gens voteront-ils - Marine Le Pen ?

Bien sûr, personne ne s'attendait à ce que Macron gagne en 2017. Un nouvel acteur peut sortir de l'ombre et occuper le devant de la scène électorale - ou un événement peut transformer l'équation actuelle. L'effet de la pandémie est un facteur inconnu.  Jusqu'à présent, le public français a accepté avec une docilité remarquable la gestion confuse et souvent contradictoire de cette crise par le gouvernement. Cela pourrait changer. Heureusement, ce sera aux électeurs français - et non à un analyste américain comme moi - d'en décider.

À Lire Aussi

Martin Gurri : "Mais que nous réserve l’étrange passivité des opinions publiques européennes face à la crise du Covid ?"

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Martin Gurri : "Pour les Français, à qui l'on apprend à vénérer l'autorité établie, la révélation des failles de leurs élites politiques et scientifiques a été traumatisante"

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !