Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science

Le Rouge et le Blanc

Mars : pourquoi la Planète Rouge n'a pas été toujours rouge (et si vous aviez 370 000 ans, vous le sauriez)

Un scientifique a découvert que la planète est en train de sortir d'une ère glaciaire qui l'a recouverte de glace.

On connaît Mars sous le nom de planète rouge. Mais elle a été, et sera de nouveau bientôt (dans quelques millénaires), une planète blanche.

Notre Terre aussi a connu son ère glaciaire, qui a fini il y a environ 12 000 ans. Mais les extrêmes de température sont beaucoup plus prononcés sur Mars. Aujourd'hui, il n'y a plus que ses pôles qui sont glacés, mais ça n'a pas toujours été le cas.

En cause, explique Isaac Smith, du Southwest Research Institute, dans des propos rapportés par The Atlantic, l'angle d'inclinaison des planètes, qui change l'angle auquel arrive la lumière du Soleil, et donc la température. Nos planètes, tout simplement, oscillent.

Smith a remarqué que l'érosion du vent créait des traces sur les pôles, qui permettaient de retracer leur histoire, et donc de déterminer qu'il y a eu une ère glaciaire sur Mars.

La Terre oscille d'environ deux degrés, sur une période de 20 000 ans pour un côté, et 100 000 ans pour l'autre, ce qui explique notre ère glaciaire. Mais sur la même période, Mars peut osciller jusqu'à 60 degrés. En cause, l'absence de lune importante qui pourrait la stabiliser, et la gravité de Jupiter.

Si Mars oscille d'autant vers le Soleil, l'astre réchauffera les pôles, vaporisant la glace et l'envoyant dans l'atmosphère. Elle retomberait alors sous forme de neige ou de grêlons et recouvrerait la surface d'environ soixante centimètres de neige.

On pourrait voir une telle ère glaciaire même à l'œil nu depuis la Terre, l'astre passant du rouge au blanc.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !