Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Les marchés veillent. C'est pourquoi l'application a été retirée le 25. Pour la première fois depuis l’introduction en bourse, Facebook a dû défendre son projet.
Les marchés veillent. C'est pourquoi l'application a été retirée le 25. Pour la première fois depuis l’introduction en bourse, Facebook a dû défendre son projet.
©Reuters

Main invisible

Les marchés, rempart contre les tentatives d’intrusion de Facebook dans notre vie privée

Depuis son entrée en bourse, Facebook suscite la méfiance. Les marchés veilleront-ils au respect des règles de confidentialité ? Premier test : l'introduction de l’outil "Find Your Friends".

Frédéric Cavazza

Frédéric Cavazza

Frédéric Cavazza est marketing technologist, étudie depuis 20 ans les usages liés au numérique et aide les entreprises à accélérer leur transformation digitale. Retrouvez ses articles sur FredCavazza.net.

Voir la bio »

Atlantico : Peut-on comparer les trajectoires de Facebook et de Google, dont on a fini par se méfier, notamment depuis qu'ils sont entrés en bourse ?

Frédéric Cavazza : Le parallèle est pertinent. Ce sont deux entreprises globales, deux entreprises qui sont liées avec le gouvernement américain. Mais il y a une différence capitale : Google a une fondation - pas Facebook, dont les visées sont moins philanthropiques.

Quel a été l'impact de l'entrée en bourse ?

Pendant 5 ans, tout ce que faisait Facebook était qualifié de miraculeux. Quand ils ont élargi au format XL l’outil pour regarder des photos, c’était la révolution. Alors qu’il n’y a qu’une ligne de code à changer. Au départ, on voyait un jeune entrepreneur qui voulait changer le monde ; aujourd’hui on réalise que le but est de vendre des actions. 

Tous les mois, les conditions d’utilisation changent.
 Auparavant, en tant que simples usagers, les inscrits n’avaient aucun poids. Depuis l’entrée en bourse, les investisseurs ont leur mot à dire. Facebook annonce l'introduction d'un nouvel outils "Find your friends" permettant de voir lesquels de vos contacts se trouvent près de vous. Ils remontent votre carnet d’adresse, l’endroit où vous vous trouvez. Une telle transgression des règles de confidentialité n’est pas possible quand on est en Bourse. Les investisseurs ne veulent pas voir leur image liée à ce genre de pratique, qui pourrait rendre l’action Facebook inéligible.

Les marchés veillent.
 C'est pourquoi l'application a été retirée le 25. Pour la première fois depuis l’introduction en Bourse, Facebook a dû défendre son projet. La lune de miel est terminée.

Quels sont les usages de la géolocalisation sur Facebook dans les entreprises, et quels sont leurs dangers ? 

Le site We know what you're doing, qui permet de retracer la journée d'un internaute grâce aux informations des réseaux sociaux, montre le risque de dérives dans l'entreprise. Il y a des précédents de licenciements par des employeurs qui avaient consulté le statut Facebook de leurs salariés.

Pour la "surveillance" des collaborateurs, l'outil privilégié est plutôt Facebook. Pour l'usage des entreprises en lui-même, Google Maps for Business permet aux entreprises locales d'accroître leur visibilité en ligne de sorte que les internautes trouvent rapidement les établissements proches d'eux.

Depuis quand les investisseurs sont-ils critiques à l'égard de la politique de Facebook ?

Depuis l’introduction en bourse, on a des retours qualitatifs très nombreux, qui n’existaient pas auparavant. Si on fait une approche industrielle, ce n’est pas terrible. Le retour sur investissement est faible. Les analystes financiers réalisent qu’on a surestimé les perspectives de croissance.

D’autre part, les agences et annonceurs américains déplorent l’immaturité de la plateforme d’un point de vue marketing. Les outils de promotion proposés par Facebook ne sont pas adaptés aux grandes entreprises. Gérer des dizaines de pages, cibler différents pays, mener simultanément plusieurs campagnes, est très difficile sur Facebook. Les grands portails, tels que MSN ou Yahoo, ou les moteurs comme Google, ont des outils industriels qui correspondent mieux aux besoins des entreprises. Alors oui, il y a un déclin de Facebook. Non pas du nombre d’utilisateurs, mais un tassement de la croissance.

Facebook est-il arrivé à maturité ? Quel est son potentiel de croissance aujourd'hui ?

Les études sont peu significatives. Depuis l’arrivée de Facebook, elles prolifèrent, mais ne veulent en général rien dire. Il faut voir qui l’a commandée, financée, … Cela dit, le taux d’inscription des internautes à Facebook, qui est de 80%, est un chiffre intéressant. Il y a clairement une saturation.

Les 20% restants sont soit des réfractaires qui ne seront jamais sur Facebook, soit des utilisateurs très occasionnels de l'Internet. On arrive à un tassement de la croissance du nombre d’usagers sur les marchés occidentaux
. L’Amérique du Sud et l’Inde sont conquises. En Chine ou au Japon, les concurrents locaux sont surpuissants. En Thaïlande ou en Indonésie, il y a une barrière culturelle liée à une relation à l’amitié ou au business différente.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !