Mais pourquoi écrit-on que le Salon musulman de Pontoise est "controversé" ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Deux Femen ont fait irruption sur la tribune du Salon musulman de Pontoise.
Deux Femen ont fait irruption sur la tribune du Salon musulman de Pontoise.
©Reuters

Un mot si doux…

Mais pourquoi écrit-on que le Salon musulman de Pontoise est "controversé" ?

Dans ce cas précis – et dans d’autres – ce mot relève d’une lâcheté généralisée.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Controverser vient de controverse. Une controverse, en français normal, se définit comme une discussion sur une question donnée entre personnes d’avis opposés. Dans l’Histoire, la plus connue est la controverse de Vallalodid quand, réunis au Collège San Grégorio, des théologiens confrontèrent leur point de vue sur le fait de savoir si oui ou non les Indiens d’Amérique avaient une âme. Il y a loin, très loin, du Collège San Grégorio au Parc des Expositions de Pontoise.

C’est là que s’est tenu le Salon de la femme musulmane du Val-d’Oise. Une réunion où – parlons français – des simples d’esprits sont venus écouter des prédicateurs haineux. Il a été question de devoir conjugal avec une apologie du viol et de la possibilité accordée à l’homme par un livre saint de battre sa femme. Des milliers de personnes – une pétition en témoigne – se sont émues que de telles infamies puissent se dire librement en France.

La plupart des journaux, prudents et neutres, en ont déduit que ce salon était "controversé". Elémentaire mon cher Watson…Il y avait en effet des pour et des contre. Au nom de quoi les médias, reconnaissant leur incompétence, auraient-ils tranché cette controverse ? Peut-on ou non battre sa femme ? Il y a semble-il débat. Et la progéniture de Ponce Pilate se porte bien en France.

Le mot "controversé" a tous les avantages d’une burqa. Il cache tout et évite donc d’avoir à se prononcer sur ce qui est caché. Il est utilisé pour d’autres sujets sensibles que le salon de Pontoise. Par exemple Dieudonné est en général qualifié "d’humoriste controversé". Chacune de ses déclarations suinte la haine anti-juive la plus abjecte mais nombre de gens l’aiment bien. Donc il y a controverse…

On pourrait faire un livre avec les hommes et les faits "controversés". Hitler soutenu par des millions d’Allemands était le chancelier "controversé" du IIIème Reich. Staline adulé par des dizaines de millions de gens était le chef  "controversé" de l’Union soviétique. Et l’ayatolah Khomeini, qui enflamma les foules de son pays était le guide "controversé" de l’Iran.

Pour parler du salon de Pontoise l’objectivité voulait que nous allions sur oumma.com qui se flatte de donner "un point de vue musulman sur l’actualité". Là le salon n’est pas qualifié de "controversé". Le mot est en revanche utilisé pour Nader Abou Nadas : un "prédicateur  controversé". C’est lui qui affirme que le viol conjugal est légitime et  qui soutient qu’on est en droit de battre son épouse. Ca prête effectivement à controverse.

Deux Femen ont fait irruption sur la tribune au moment même où il développait ses intéressantes théories. Elles ont été châtié. Aux cris de "sales putes, on va vous tuer !" une dizaine d’hommes se sont jetés sur elles pour les frapper. Peut-être une réaction "controversée" ? Au point où nous en sommes je suis tenté, neutre et prudent, d’écrire que l’islam est une religion "controversée"…

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !