Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Thomas SAMSON / AFP

Le malheur des uns...

Macron potentiellement qualifié pour le second tour : pourquoi cela pourrait être une bonne nouvelle pour François Bayrou

Voilà qui pourrait encourager le président du MoDem. Selon un sondage "Elabe Echos radio classique", le candidat Emmanuel Macron pourrait se retrouver au second tour contre François Fillon. Si ce scénario se concrétise, François Bayrou aurait tout intérêt à se présenter à l'élection présidentielle pour essayer de "couper l'herbe sous le pied" du leader du mouvement "En Marche". Evidemment tout se négocie...

Alexis Massart

Alexis Massart

Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.

 

 

Voir la bio »

Selon un sondage Elabe pour "Les Echos" et Radio classique, Emmanuel Macron serait qualifié pour le second tour de la présidentielle face à François Fillon si Bayrou n'est pas candidat. Si ce dernier se présente, est-ce qu'il est possible qu'il "coupe l'herbe sous le pied" d'Emmanuel Macron en représentant une sorte d' "alternative à l'alternative"?

Alexis Massart : C'est assez complexe car en fonction des enquêtes d'opinion qui ont pu être faites, une candidature Bayrou ferait perdre deux trois points à Emmanuel Macron mais il en prendrait aussi à François Fillon. Et deux ou trois points c'est peu et beaucoup en même temps. La seule chose qui importe dans le premier tour de la Présidentielle, c'est la qualification des deux premiers, les chiffres ne comptent pas. Pour preuve en 2002, on a eu un double record. A la fois le plus faible score d'un candidat –en plus sortant- au premier tour et le plus grand au deuxième tour.  Aujourd'hui, la situation est serrée et deux trois points cela peut faire la différence. Même contre Fillon.

 Le calcul politique derrière qui consisterait à dire qu'en se présentant, François Bayrou pourrait prendre des voix à Emmanuel Macron pour favoriser un second tour Fillon-Le Pen, voilà l'idée qu'il y a derrière.  Cela a du sens, la procédure est machiavélique mais résolument classique. Pour autant, je ne suis pas convaincu à ce stade que cela se passe de cette manière.  Nous sommes encore tôt dans la campagne et tant que le candidat socialiste ne sera pas connu, les choses vont être en "stand-by". S'il se confirme que Manuel Valls sorte gagnant, ce serait plus compliqué pour Macron et même pour Bayrou. Par contre si on a un Mélenchon ou un Hamon, qui ne représente pas la gauche du PS, qui émergerait du résultat de la Primaire, cela rebattrait les cartes. Les électeurs de Valls pourraient aller vers Macron ou Bayrou mais c'est difficile à anticiper de manière certaine.

Dans cette optique, est-ce que François Fillon aurait tout intérêt à soutenir une candidature de Bayrou pour assurer ses arrières?

Avant toute chose, il faut se méfier. Il y a une volatilité électorale qui est de plus en plus forte alors on ne peut pas répondre de manière certaine. Les éléments centraux de la négociation de Bayrou dans sa possible présentation, c'est d'abord l'assouplissement du discours et du programme de François Fillon. Il faut quand même donner du fond à un rapprochement, cela ne peut pas apparaître comme un simple calcul politicien puisque les ficelles sont trop grosses  et que l'on a un électorat qui, me semble-t-il, est de plus en plus vigilent sur ces questions. Pour le moment cet assouplissement n'est pas la tendance. C'est à suivre tout comme l'évolution des sondages. Le deuxième élément de négociation pour Bayrou c'est le fait d'obtenir un certain nombre de circonscriptions pour le MoDem et pas uniquement pour lui. Les négociations peuvent aussi se faire pour son fief de Pau. Le fait d'être maire sortant implique qu'il aura moins besoin de soutien, d'efforts pour une réélection. Puis François Bayrou est aussi une des personnalités les plus connue de l'électorat.  Sa réputation n'est plus à faire mais elle peut varier en fonction des résultats du premier tour. Il est évident qu'il n'atteindra pas les 18 % qu'il a obtenu à une époque, est-ce qu'il va prendre le risque de sortir à un faible score… A voir. Enfin, du point de vue de François Fillon, il y a quand même peu de chances de le voir soutenir ouvertement une candidature de François Bayrou. Mais une neutralité amicale, pourquoi pas.

Manuel Valls est lui beaucoup moins en situation d'aider Bayrou, par contre un soutien du Parti socialiste pour ce candidat pourrait être un moyen de contrer Emmanuel Macron pour sauver le parti?

C'est peu probable. Ou alors cela signe effectivement la mort du PS. Ce qui est en train de se jouer dans cette  c'est plus l'après présidentielle que la présidentielle elle-même. Malgré ce que disent les candidats ils ont intégré le fait que sortir vainqueur risque d'être très difficile. Eux sont engagés dans la primaire, ils ont pris un engagement c'est de soutenir le vainqueur. Il peut y avoir des fuite dans leur entourage mais qui iraient plutôt du côté de Mélenchon. Par contre si Mélenchon sort gagnant de la primaire, il n'est pas dit que des proches de Valls n'aillent pas voir du côté de Bayrou ou Macron. On voit bien qu'il y a quelques "classiques" du PS qui soutiennent Macron. Ségolène Royal en dit du bien dès qu'elle en a l'occasion, c'est signe d'un flottement qui va durer jusqu'à la fin de la primaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !