Lutte contre l'homophobie à la maternelle : à quel âge les enfants sont-ils capables de comprendre ce qu’est l'homosexualité ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un enfant de 5 ans aurait dit dans une cour d'école : "Toi, t’as deux mamans, c’est pas normal. Tes mamans, on va les tuer !".
Un enfant de 5 ans aurait dit dans une cour d'école : "Toi, t’as deux mamans, c’est pas normal. Tes mamans, on va les tuer !".
©Reuters

Maman, ça veut dire quoi gay ?

Lutte contre l'homophobie à la maternelle : à quel âge les enfants sont-ils capables de comprendre ce qu’est l'homosexualité ?

Parler d'homosexualité à la maternelle, c'est une proposition, quelque peu surprenante, du syndicat de professeurs du primaire Snuipp. La perception de la sexualité chez les enfants est un débat ancien et complexe.

Jean-Pierre Winter

Jean-Pierre Winter

Jean-Pierre Winter est psychanalyste. Il a notamment écrit  "Il n'est jamais trop tard pour choisir la psychanalyse" (La Martinière), "Les errants de la chair" (Calmann-Lévy) et  "Les images, les morts, le corps, entretien avec Françoise Dolto" (Gallimard). 

Voir la bio »

Atlantico : Selon un article du journal Le Parisien du 5 mai, un enfant de 5 ans aurait dit à une petite fille de 3 ans dans la cour de leur école : « Toi, t’as deux mamans, c’est pas normal. Tes mamans, on va les tuer ! » Cette attaque, rapportée à l’association de familles homo "les Enfants d’arc-en-ciel", vient à l’appui de l’initiative du Snuipp, principal syndicat des professeurs du primaire, qui plaide pour que la question de l’homoparentalité soit abordée à l'école. Que cela vous inspire-t-il ?

Jean-Pierre Winter : Dans cette affaire, la première chose qui saute aux yeux est l’âge des enfants, 5 et 3 ans. Il m’est revenu à l’esprit la phrase attribuée à Zazie : « arrêtez d’emmerder les enfants ! ». Ce qui se passe entre les enfants ne concerne que les enfants.

Lorsqu’il est question de problèmes aussi sensibles que la sexualité et l’affectivité infantiles, le ressenti, le pulsionnel, il est dangereux de croire que les adultes, quand ils parlent de sexualité, parlent la même langue que les enfants. Un grand psychanalyste, qui était un des premiers élèves de Freud, Sandor Ferenczi, avait écrit un ouvrage intitulé « Confusion de langue entre les adultes et l’enfant ». Une des raisons pour lesquelles les adultes n’ont pas à se mêler des jeux des enfants, même s’ils paraissent brutaux, c’est que les mots n’ont pas le même sens pour eux et pour nous.

Vouloir leur imposer notre façon de penser, notre regard sur ce qui est normal et ne l’est pas dans la sexualité, relève du bourrage de crâne. Pourquoi ne pas interdire aux enfants toute manifestation de désapprobation de la « politique politiquement correcte » qui serait en usage dans tel ou tel endroit de la société ? Par exemple, les enfants de 5 ans n’auraient plus le droit de s’exprimer sur ce qu’ils peuvent ressentir devant un maigre, un gros, un petit, un grand ? Pourquoi ne pas étendre la proposition des instituteurs à la prévention de l’antisémitisme, du racisme, etc ? J’ai l’impression que tout cela a pour but de faire taire ce que les enfants pourraient être amenés à dire, les réduire au silence. On voudrait ne les autoriser qu'à dire ce qui, à un moment donné de l’histoire de l’humanité, est considéré comme convenable.

Les personnes qui veulent faire cela sont souvent celles qui se sont révoltées contre l’éducation au catéchisme, l’éducation bourgeoise et toutes les formes d’éducation contraignantes qui font que l’enfant n’a plus le droit de dire ce qui lui vient à l’esprit. Or, on sait que si on censure trop tôt les manifestations d’agressivité, quelles qu’elles soient, cela donne des enfants extrêmement révoltés ou inhibés, et en tous cas angoissés.

Les enfants n’ont donc aucune perception de l’homosexualité ?

Pour les enfants, il n’y a ni hétérosexualité, ni homosexualité. Cela n’existe que dans la tête des adultes. Quand un petit garçon de 5 ans se prend d’affection pour un autre petit garçon de son âge, ce n’est pas de l’homosexualité, et cela ne signe pas un destin homosexuel.

Si on regarde la phrase rapportée dans Le Parisien, ce n’est pas que l’enfant soit « effaré » par le fait que l’autre ait deux mamans qui est répréhensible, mais bien qu’il parle de « tuer ». C’est aux parents d’expliquer qu’on ne tue pas les gens lorsque l’on n’est pas en accord avec eux. Et ils ne doivent expliquer cela que lorsque l’occasion se présente, et au cas par cas. On assiste à un déplacement moral : on a l’impression que la défense de l’égalité entre les différents couples est plus importante que la nécessité d’apprendre à l’enfant qu’on ne tue pas comme cela, tout simplement.

Cet enfant a seulement 5 ans, et il n’y aucune raison de ne pas tenir compte de l’angoisse que suscite chez lui l’idée qu’un autre enfant puisse avoir deux mamans et pas de papa.Sa pensée n’a pas à être appréhendée d’un point de vue politique ou sociologique, mais psychologique. Il faut prendre son angoisse au sérieux, et non lui interdire préventivement de l'exprimer. D’une façon ou d’une autre, si on fait pression sur lui pour lui interdire de l’exprimer, il le fera autrement, puisque c’est ce qu’il pense.

Il peut dire une chose à 5 ans et dire le contraire à 5 ans et demi. On parle d’âges de formation où les pensées vont et viennent, et sont fonction de ce que les enfants entendent ici et là, de pulsions, de ce qu’ils ressentent intimement. Cela est extrêmement complexe et ne peut se  résoudre simplement par le simple fait que des associations militantes viennent dans des écoles maternelles dire aux enfants comment ils doivent penser.

A partir de quel âge est-il préférable de sensibiliser les enfants au problème de l'homophobie ? A trop vouloir faire le bien, le Snuipp fait-il l'inverse ? 

Il faut leur en parler à partir du moment où ils ne sont justement plus des enfants, quand ils ont des relations libidinales d’adultes, qu’ils peuvent envisager – même s’ils ne le font pas forcément – des relations sexuelles. A partir de la puberté, donc. Avant cet âge, cela relève de l’intrusion dans l’intimité de leur formation libidinale, exactement comme on dirait d’une mère qu’elle est intrusive.

Le résultat d'une telle action serait exactement l’inverse de celui attendu par les associations. Selon SOS Homophobie, Il y aurait eu une augmentation de 27% en un an du nombre d’appels signalant des actes, des agressions ou des insultes. Comme le dit l’association dans le Parisien, « ce n’est pas forcément signe d’une augmentation de l’homophobie, mais sans doute que la parole s’est libérée de part et d’autre. » Cela prête à réfléchir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !