Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Dans l'expectative

Lettre ouverte aux candidats, quid de la question de la filiation ?

Dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, Virginie Tellenne (Frigide Barjot) interpelle les deux candidats finalistes sur les questions de l’être humain, de la filiation et de la famille

Virginie Tellenne -Frigide Barjot

Virginie Tellenne -Frigide Barjot

Virginie Tellenne-Frigide Barjot est déléguée générale de l'Avenir pour Tous et co-fondatrice de la Manif pour Tous.

Voir la bio »

Finalistes de l’élection présidentielle après la disparition des candidats traditionnels des primaires, vous avez tous les deux des visions tout à fait opposées de la conception de l’être humain, de sa filiation et de sa famille : pour l’une il s’agit de la filiation biologique entre un enfant et ses deux parents géniteurs, ce qui est pour une majorité de Français un droit de l’enfant, pour l’autre il s’agit d‘établir la filiation des enfants hors de tout lien biologique, selon une volonté des adultes qui créent un lien « de cœur, qui se construit, qui se conquiert ». Et qui détermine surtout son mode de procréation par PMA ou GPA, considéré comme un droit à l’enfant.

Il y a 4 ans et demi des millions de Français étaient dans la rue pour rappeler la réalité naturelle"Tous nés d'un homme et d'une femme" pour le respect de la filiation universelle de chaque enfant, comme de la reconnaissance juridique et sociale des couples homosexuels. Il s’agissait de protéger l’enfant et toute l’Humanité de sa mise dans le commerce, et de bloquer le marché de la reproduction en France, sans discriminer pour cela les couples de personnes de même sexe.

Cette vision est conforme à toute notre tradition française de respect de la personne humaine, qui ne doit en aucun cas être commercialisée, ni manipulée, ni instrumentalisée ; en France, on ne vend ni son sang, ni ses gamètes, ni ses organes. On peut encore moins louer son ventre ou acheter un enfant, même si les progrès scientifiques, le développement du marché et la législation mondiale des droits reproductifs poussent tous à la GPA. La France, pays des droits de l’Homme, doit redevenir celui des droits de l’enfant.

C'est pourquoi je me permets, en tant que leader naturel de la filiation universelle qui a permis la première manifestation du 17 novembre 2012, de m’adresser, à vous deux candidats de ce second tour : l’une ou l’autre deviendra le successeur de François Hollande, en continuation de sa politique ou en rupture avec celle-ci.

Mme Le Pen, vous engagerez-vous à restaurer la filiation naturelle de l’enfant, à donner un statut au conjoint éducateur dans les couples de même sexe dans le statut de l’union civile et à légiférer contre les PMA et la GPA , comme il est écrit dans l’art 87 de votre  programme ?

M. Macron, vous engagerez-vous, une fois connu l'avis du CCNE et avant de légaliser la PMA avec donneur anonyme pour les femmes seules et les couples de femmes, à ouvrir un véritable débat national dans lequel toutes les associations concernées auront le droit de s'exprimer, et à lutter avec elles et au niveau international contre la GPA, comme vous l'avez promis  dans votre programme ?

Je pense bien sûr aux associations comme la nôtre,  qui militent pour l’inscription du droit naturel de tout enfant à avoir sa filiation établie par principe avec ses deux parents géniteurs naturels dès lors qu'ils sont vivants et connus,  et ce quels que soient les types de familles et les parentalités avec ceux qui les élèvent.

Parce que l’enfant naît d’un acte d’amour et pas d’un acte d’achat, nous pourrons faire valoir vos réponses afin de rassembler la majorité de Français qui fera de l’un d’entre vous, le 7 mai prochain, le président ou la présidente de la filiation protectrice de nos enfants, donc avec la France, de toute l’Humanité.
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !