Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

Indiscrétions

Les "opportunes" approximations d'Edwy Plenel concernant l'emploi de sa fille à la mairie de Paris

Se drapant dans une dignité paternelle et journalistique outragée, Edwy Plenel accuse indistinctement les partisans de Fillon et la "fachosphère" de calomnier sa petite famille. Décidément, c'est comme pour la TVA de Mediapart, ce pauvre homme a du mal avec les chiffres !

Google et Yahoo, internet

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

Plenel, en "une" de Mediapart, n'y va pas de main morte. 

Citons-le in extenso : "Ne pouvant contester les informations de Mediapart sur les pratiques financières de leur candidat (conflit d’intérêts, clientélisme familial, etc.), les soutiens de François Fillon ont décidé de se lancer dans une campagne de calomnie à notre encontre. Cette calomnie se double d’une crapulerie puisque, dans l’espoir vain de nous discréditer, ils s’en prennent à ma fille, Eve Plenel, dont l’itinéraire professionnel n’a aucun lien avec Mediapart et ne doit rien à son père. 

Relayant un mensonge diffusé par la fachosphère, ils affirment, sous l’intitulé « Eve Plenel, fille du patron de Mediapart », qu’elle gagne « 3000 € par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris en vivant à Berlin », insinuant que ce pourrait être un emploi fictif. C’est un bobard, et voici la vérité. 

Respectée pour son engagement dans la lutte contre le sida depuis plus d’une décennie, Eve Plenel a été choisie en avril 2016 par la mairie de Paris pour coordonner la stratégie de « Paris sans sida » à l’horizon 2030. Elle a, dans la foulée, démissionné de ses fonctions de directrice générale d’Arcat et du Kiosque Infos Sida, deux structures du groupe SOS, pour ne se consacrer qu’à cette mission. 

Elle est payée mensuellement 1682 euros net pour un temps partiel qu’elle effectue à Paris, ayant un bureau à la mairie. Ses déplacements depuis Berlin, où travaille son compagnon et où sont scolarisés ses enfants, sont totalement à sa charge. 

Attaquer la fille pour salir le journal dirigé par le père est déjà un procédé détestable. Le faire en diffusant des fausses informations ajoute à l’ignominie." 

Hummmm ... Ces propos indignés méritent quelques explications de texte. 

1) D'abord, Plenel est atteint d'un mal communément répandu de nos jours qui consiste à confondre brut, net et coût total employeur pour les rémunérations. 

Référons nous au site 1001 startups qui a mis un ligne un cas type assez proche de la rémunération de fifille : ICI 

"Prenons un exemple. Vous souhaitez engager un salarié avec un salaire brut de 1600€. Voici les calculs : 

1600 x 0.22 = 352€ de charges salariales 

1600 – 352 = 1248€ sera la rémunération nette touchée par le salarié. 

Calcul des charges patronales 

Sur chaque salarié, l’entreprise devra payer des charges patronales. Leur pourcentage est de 42%. Elle regroupe notamment : 

L’assurance maladie 
La contribution solidarité autonomie 
Les allocations familiales 
La cotisation chômage 
La retraite complémentaire 
Les formations professionnelles 

Reprenons notre exemple précédent. Votre futur salarié touchera 1600€ brut. Pour connaître le montant des charges patronales, le calcul est le suivant : 

1600 x 0.42 = 672€ de charges patronales. 

Déterminer le coût total de votre salarié 

Pour récapituler, le coût total d’un salarié revient à effectuer le calcul suivant : 

Salaire brut + Charges patronales 

Ou 

Salaire Net + Charges sociales salariales + Charges Patronales 

Si nous traitons toujours le même exemple. Le coût total de notre salarié touchant 1600€ brut sera de : 1600 (salaire brut) + 672 (charges patronales) = 2272€. 

Si nous utilisons la seconde formule : 1248 (salaire net) + 352 (charges sociales salariales) + 672 (charges patronales) = 2272€." 

S'agissant de fifille, qui touche en net 22 % de plus que l'exemple fourni plus haut, son coût total pour un mi-temps, à la charge du contribuable parisien, sera donc de près de 2600 euros. Pas si loin que ça des horribles affirmations fachosphériques donc ... 

Tiens, c'est curieux, 1682 euros net à mi-temps, c'est plus que la rémunération moyenne d'un assistant parlementaire !!! 

2) Jouant sur les mots, Plenel ne peut gommer une évidence : Fifille vit à Berlin et travaille à Paris. Il ne manquerait plus que la mairie lui paie ses billets ! 

Cela ne choque pas ce bon papa, mais il paraît pour le moins étrange qu'on puisse être efficace professionnellement dans ces conditions s'agissant d'une fonction qui, de prime abord, nécessite beaucoup de contacts humains et de terrain. 

3) Enfin Papa Plenel serait bien inspiré de nous dire s'il trouve normal de louer des locaux appartenant à la ville de Paris, dans un hôtel dit d'entreprises et de passer son temps à organiser colloques, débats et rencontres dans des lieux appartenant à la ville : Maison des Métallos, 104, Théâtre du Rond-Point, etc... 

Les petits curieux trouveront sur le site proposant les services de l'hôtel d'activités ce à quoi il est normalement destiné : "L’hôtel d’entreprises ( 8 passage Brulon propose des espaces à louer dans le secteur : 

des nouvelles technologies, 
de l'artisanat, 
des métiers d’art, 
de la décoration intérieure." 

Papa Plenel, c'est un fameux décorateur et artisan pour sûr ! 

Pour mémoire, rappelons que Plenel aime Hidalgo, a appelé à voter pour elle et que cette dernière le lui rend bien. 

Cliquez LA pour (re)découvrir ces amitiés si particulières ... 

Alors Edwy, toujours aussi indigné ...? 

Cet article a été précédemment publié sur le site de Serge Federbusch, Delanopolis

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !