Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le trou des halles creusé par la Ville de Paris n’est pas celui que vous croyez
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Journal de Paris

Le trou des halles creusé par la Ville de Paris n’est pas celui que vous croyez

Dans l’indifférence quasi-générale, la Chambre régionale des comptes (CRC) a révélé en novembre 2018 les avantages financiers exorbitants accordés par la Ville de Paris au groupe Unibail.

Florence Berthout

Florence Berthout

Florence Berthout est maire divers droite du 5e arrondissement de Paris.

Voir la bio »

Pour la modique somme évaluée par la CRC  à 142 millions d’€,  l’heureux bénéficiaire est ainsi devenu propriétaire  du plus grand centre commercial de l’hexagone en plein centre de Paris, 100.000 m2 pour 1 420 €/m2 !

Qui  dit mieux ? Quand on sait que les parisiens  les plus chanceux trouvent péniblement un local commercial au centre de la Capitale autour de 2000 à 2500 €/m2, sans parler de l’acheteur d’un appartement qui doit investir plus de 10 000 €/m2 dans ce secteur.

Nous sommes nombreux et en particulier Jean-François Legaret, maire du 1er, arrondissement, à avoir dénoncé dès le début de l’opération des Halles, l’absence de mise en concurrence qui explique à l’arrivée le coût d’acquisition minoré  de 142 millions d’€, et qui ne couvre  même pas le quart des travaux entrepris par la Ville pour transformer l’ancien Forum inadapté en termes d’attractivité et de normes de sécurité.

La Ville, dont on ne sait jamais si ce sont les services ou les élus en charge de ce dossier qui étaient chargés de suivre l’ambitieuse opération de réhabilitation n’a pas été capable de limiter l’augmentation impressionnante  des travaux estimés à 250 millions d’€ en 2006, 760 millions d’€ en 2009 pour dépasser largement depuis 2016 le milliard d’euros, soit 1 milliard 200 millions d’€ prévu dans le budget 2019 de la Ville.

Quel artisan, quel commerçant, quel entrepreneur pourraient imaginer poursuivre son activité en laissant filer les travaux de ses établissements à hauteur de 58% ?

Aucun bien sûr, sauf à ce que les clients paient la note !

Les arguments invoqués par la Ville pour justifier l’injustifiable sont sidérants.

Ainsi, il aurait fallu payer des indemnités à Unibail qui occupait déjà le site depuis 1976 lié par un bail de 80 ans à son propriétaire.

Quant à Unibail, il n’aurait pas versé à la Ville –  contrairement à ce qu’affirme la CRC – 142 millions d’€ mais 264 millions d’€.

La Ville faisant mine au passage de ne pas savoir compter, un comble pour la crédibilité financière de la capitale de la France.

Qui va payer pour tant d’incompétence et de mauvaise foi ? Les impôts d’aujourd’hui et la dette, c’est-à-dire les impôts de demain. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !