Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
©LUDOVIC MARIN / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

La taxe sur les GAFA, un faux-nez pour une vraie bêtise

Vous allez voir ce que vous allez voir ! Les GAFA vont être mis au pas et vite fait ! Nous allons réparer l’injustice fiscale que représentent tous ces champions américains qui ont su faire ce que nous n’avons pas osé rêver, et utiliser cet argent pour……rien. Chronique d’un mal français, qui pour égratigner un Américain, est prêt à tuer les Français, les Européens.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio »

Nous n’avions pas de politique du numérique, alors après tout autant tuer nos acteurs. Cela semblerait presque la conclusion logique, de cette pitoyable affaire de la taxe GAFA. 

Alors, chers Amis, pour votre gouverne, ce n’est pas une taxe GAFA, c’est une taxe sur TOUTES les entreprises du numérique, y compris, nos quelques « petits géants » Européens, qui n’ont pourtant rien à se reprocher, si ce n’est d’être resté en France quand ils auraient été plus respectés et mieux traités aux USA. Un projet pour taxer le numérique. On lance dans l’eau digitale, un filet qui éventuellement permettra d’attraper quelques gros poissons, pour le symbole, en tuant au passage les petits. Les nôtres. Pourquoi tant de haine ?

Une taxe sur le numérique dont personne ne sait comment elle sera, ou pourra même être calculée. Un mystère technocratique encore plus insondable que l’ISF à l’époque. C’est l’ISF pour le numérique. Sauf que ce sont les moins riches qui vont trinquer !

Donc oui, éventuellement les GAFA seront taxés de façon supplémentaire. Le supplément pour Apple pourrait représenter 2 jour d’intérêt sur sa trésorerie disponible. Très douloureux ! A peine une égratignure. En revanche pour Critéo, le Bon Coin, Qwant et autres, cela revient à tirer sur des acteurs qui pour certains ne gagnent pas d’argent encore, et vont devoir payer une taxer réelle sur un revenu fantôme. Il n’y a que Bercy, pour être capable d’une telle hérésie. Et ils font de brillantes études pour en arriver là.

Au passage, on s’acharne sur les GAFA, alors que les BATX Chinois, vont et font déjà bien pire que les GAFA. Vous avez déjà utilisé Wish ? Dont les produits arrivent en France, à prix cassés, en concurrence directe avec nos Européens qui eux, paient leurs impôts ? Alors essayez et vous m’en reparlerez. Pourquoi ne pas utiliser nos lois anti-dumping pour punir ou contenir, Amazon ou Ali Baba ? Au lieu de se lancer dans notre discipline préférée, la taxation, comme le chien qui ne peut se contenir et doit en permanence gratter ses puces ?

Cette taxe qui va tuer, va aussi rapporter. Une somme énorme, évaluée à, tenez vous bien… 400 millions !!! Face à 2200Mds de déficit, on parle de goutte d’eau, qui va adorer venir prendre une place minuscule dans cet abyme, pour un bénéfice nul.

Pourquoi ne pas plutôt proposer un crédit d’impôt ou une réduction de charge, ou des amortissements accélérés, à ceux qui sont vertueux ? Et ainsi pénaliser par défaut les autres en avantageant nos entreprises. Plutôt que les remercier du leadership qu’elles donnent à la France, nous préférons les inciter à partir. Pourquoi ne pas imposer aux Américains et Chinois des accords de réciprocité ? Pourquoi ne pas faire jouer une préférence Européenne ? Comme eux. Pourquoi ne pas créer un fonds, auquel les GAFA et BATX seront obligés de souscrire et qui bénéficiera à nos start-up et à nos apprenties ETI, dont nous manquons tellement. Nous avions monté un système assez proche pour la presse il y a quelques années, auquel Google avait dû souscrire. 

Nous avions besoin de 2H de réunion, avec des acteurs de terrain et un gouvernement qui se prétendait « pro numérique » pour trouver des solutions intelligentes et pratiques, qui auraient épargné nos Français. J’imagine à l’avance l’ambiance au « Tech for Good » de Emmanuel Macron à l’heure où il leur fera plutôt la preuve, d’un coup de « Bad for Tech ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !