Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La décision de rendre 11 vaccins obligatoires masque-t-elle une subvention cachée aux labos pharmaceutiques ?
©Reuters

Santé

La décision de rendre 11 vaccins obligatoires masque-t-elle une subvention cachée aux labos pharmaceutiques ?

Le choix d'imposer 11 vaccins obligatoires alors que la communauté scientifique est divisée sur le sujet ne fait pas que des malheureux. Sanofi, principal producteur de vaccins en France, devrait bénéficier des remboursements de la sécurité sociale... soit un joli marché de plus de 150 millions supplémentaires.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

La mesure, adoptée en loi de financement de la sécurité sociale, risque de jouer un vilain tour au gouvernement, tant les conditions de son adoption sont opaques. On se rappelle ici que le Conseil d'État, avait, en début d'année, enjoint à Marisol Touraine d'enjoindre Sanofi à produire le vaccin trivalent obligatoire. Le marché français était alors en pleine pénurie.

 
Curieusement, Marisol Touraine n'en avait rien fait et Agnès Buzyn, sa successeur, se place dans la continuité de cette politique. Au lieu d'imposer aux laboratoires le respect de leurs obligations, on modifie les règles pour suivre les évolutions de leur politique industrielle. 

 

Quel coût pour la sécurité sociale ?

 
Capital.fr s'est essayé à calculer le surcoût de la mesure pour les assurés sociaux. Selon ce site Internet, qui se fonde sur des données fournies par la Fédération des pharmaciens, la vaccination d'un nourrisson coûterait environ 250 euros de plus avec les 11 vaccins qu'avec les trivalents obligatoires aujourd'hui. Vu que les classes d'âge compte environ 700.000 enfants, le chiffre d'affaires nouveau dégagé par les laboratoires se situerait entre 150 et 200 millions € annuels, remboursés par la sécurité sociale et les complémentaires santé. 
 
On notera pour notre part que, selon le site Pharmanity.com, le trivalent de Sanofi est vendu ordonnance à 10€, contre 27€ pour le pentavalent. Il est donc acquis que la vaccination obligatoire nouvelle formule coûtera cher aux assurés sociaux, sans que le coût n'ait été expliqué clairement à l'opinion publique, et sans que l'impact sur le chiffre d'affaires de Sanofi n'ait été détaillé par le législateur. 
 

Une compensation pour l'industrie pharmaceutique ?

 
À la rentrée, l'industrie du médicament a fait part de ses regrets quant aux mesures d'économies annoncées sur le médicament dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018. Les industriels se sont dits déçus au vu du milliard€ d'efforts qui leur est demandé l'an prochain. Mais tout ne sera pas perdu, donc...

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !