Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
police menaces policiers gendarmes forces de l'ordre délinquance agressions

Faut que ça saigne

La chasse est (presque) totalement interdite. Mais il y a une exception pour celle du poulet…

Et les gibecières des chasseurs sont pleines.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La chasse en France est strictement réglementée. On a le droit de chasser de l’automne jusqu’à février. Actuellement, en raison du Covid, elle est limitée au gros gibier. Il est en effet utile d’abattre les sangliers qui ravagent les exploitations agricoles.

La chasse au poulet, elle, ne souffre d’aucune restriction et ne nécessite aucun permis. Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige, elle se pratique en toute saison. Et dans des endroits bien définis, où les chasseurs sont légion.

D’après les statistiques du ministère de l’Intérieur, le nombre de policiers blessés en mission a doublé en 15 ans. 15 ans qui ont permis aux chasseurs d’améliorer grandement leurs performances !

Bon an, mal an on compte environs 8000 policiers blessés. Et rien que cette année il y a eu 60 attaques contre des commissariats. Les chasseurs ont des armements hétéroclites : pierres, boulons, battes de baseball. Et pour les plus entreprenants, des cocktails Molotov qui permettent d’obtenir instantanément des poulets grillés.

Contrairement aux gendarmes, les policiers n’ont pas le droit de tirer. Leur riposte doit être soigneusement proportionnée à l’attaque. Ils devraient donc être munis de pierres, de boulons, de battes de baseball, de cocktails Molotov.

Et dans les cas extrêmes – ça vient d’arriver – après qu’une policière ait été volontairement écrasée par une voiture, ils seraient autorisés à percuter les voyous avec leur véhicule de fonction.

Evidemment rien de tout cela ne se fera. Les poulets continueront d’être la proie des chasseurs. Ils sont un gibier rare : quelques dizaines de milliers seulement, alors qu’ils devraient être des centaines de milliers. Donc il ne leur reste plus qu’à demander la protection de la fondation Brigitte Bardot, soucieuse de la vie animale.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !