Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
©AFP

Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

Pierre-André Taguieff publie "Criminaliser les Juifs : le mythe du "meurtre rituel" et ses avatars (antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme)" aux éditions Hermann. Les Juifs ont souvent été accusés de pratiquer le "meurtre rituel" : de la judéophobie antique à l’antisionisme radical d’aujourd’hui. Extrait 1/2.

Pierre-André Taguieff

Pierre-André Taguieff

Pierre-André Taguieff est philosophe, politologue et historien des idées. Il est directeur de recherche au CNRS, rattaché au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Il est l'auteur de Les Fins de l’antiracisme (Michalon, 1995) et La Couleur et le sang. Doctrines racistes à la française (Mille et une nuits, 2002) et Israël et la question juive (Les provinciales, juin 2011). Il a aussi publié sous sa direction, en 2013, le Dictionnaire historique et critique du racisme, aux Presses universitaires de France. 

Voir la bio »

Si la dictature stalinienne a été une idéocratie ou une « partocratie idéocratique », elle a aussi été une « complotocratie » – pour introduire un nouveau néologisme quelque peu rugueux. Elle a fait de la dénonciation des complots imaginaires attribués aux « ennemis du socialisme » une condition fonctionnelle de l’exercice du pouvoir, qui impliquait en permanence le recours à de grands procès truqués, mis en scène comme des spectacles, et à des « purges ». L’ennemi polymorphe à éliminer englobait tous ceux qui, comme le disait Staline en 1937, « par les actes ou par la pensée – oui, la pensée – menacent l’unité de l’État soviétique » (Staline, 1937 ; cité par Jonathan Brent & Vladimir P. Naumov, Le Dernier crime de Staline. Retour sur le « complot des blouses blanches » [2003], tr. fr. Élie Robert-Nicoud, Paris, Calmann-Lévy, 2006, p. 353). Le « complot des Blouses blanches » a été le dernier des grands complots inventés et dénoncés par Staline, concluant la période 1948-1953 durant laquelle le dictateur aux tendances paranoïaques a exprimé ses délires antijuifs et, en stratège cynique, tenté de réveiller l’antisémitisme russe pour l’instrumentaliser à des fins politiques. Ledit complot contre l’Union soviétique mettait en scène des médecins juifs accusés d’assassinats ou de projets criminels, réactivant ainsi un faisceau de stéréotypes : ceux du Juif cruel, meurtrier, empoisonneur. « L’affaire des médecins » (dyelo vrachey) dénoncée par le gouvernement soviétique était en fait le produit d’un vrai et « gigantesque complot fomenté par l’État, au service des ambitions politiques de Staline ». Mais, à travers cette chasse aux sorcières visant les Juifs soviétiques considérés comme des traîtres et des assassins, c’est le type du « criminel-né » qui était réinventé sur des bases ethniques, comme si, en raison de leurs origines et de leurs connivences, les Juifs étaient voués à trahir, à comploter et à tuer. 

Pour comprendre cette affaire trouble et complexe qu’est le « complot des médecins empoisonneurs » dénoncé par Staline en 1952-1953, il faut remonter à la campagne contre les « sionistes » et les « cosmopolites apatrides » (bezrodny kosmopolitt), qui débute en 1948. Le 24 janvier 1949 est adoptée une résolution marquant le lancement officiel de la campagne contre « le cosmopolitisme sans racines et les forces antipatriotiques ». La presse soviétique s’empresse de démasquer les Juifs qui écrivent sous pseudonymes : la Literatournaïa Gazeta débusque ainsi Holtzmann sous Yakovlev ou Melmann sous Melnikov. Aux dénonciations succèdent les arrestations, puis les condamnations, souvent suivies d’exécutions. La campagne anti-cosmopolite conduisit, d’une part, à l’abrogation des droits des Juifs ainsi qu’à leur élimination des postes de responsabilité de l’appareil d’État et du PCUS, et, d’autre part, à l’exécution des membres du Comité antifasciste juif (CAJ, créé fin 1941), accusés de complot le 12 août 1952, à la suite d’un procès secret, sans procureur ni avocats.

L’épuration antijuive avait réellement commencé quatre ans auparavant. Le 14 janvier 1948, le cadavre de Solomon Mikhoels avait été retrouvé dans une impasse. Le président du CAJ avait été assassiné à Minsk le 12 janvier, sur ordre personnel de Staline, dans la villa du ministre de la Sécurité d’État de Biélorussie, Lavrenti M. Tsanava, et son cadavre jeté sous les roues d’un camion pour camoufler le crime. 

On peut parler à ce propos de la naissance d’un antisémitisme d’État à forte coloration complotiste, illustré par l’affaire dite du « complot des médecins » ou du « complot des Blouses blanches », complot de « médecins empoisonneurs » parfaitement imaginaire qui s’inscrit dans la suite des purges qui frappèrent les milieux de la médecine soviétique à partir de 1948. Plus largement, la dénonciation du « complot des Blouses blanches » obéissait à la logique des grandes purges staliniennes : il s’agissait d’éliminer les traîtres, les saboteurs et les ennemis de l’intérieur, les complices des forces « réactionnaires », « bourgeoises » et « impérialistes ».

L’accusation réactive le mythe du Juif empoisonneur ainsi que celui du Juif meurtrier rituel, en les adaptant au contexte soviétique de l’époque, celle de la guerre froide, qui aiguise la paranoïa de Staline. 

Depuis 1948-1949, les « sionistes » et les « cosmopolites apatrides » étaient particulièrement visés, et les campagnes contre ces ennemis chimériques incitaient puissamment à la haine contre les Juifs. Les premières arrestations eurent lieu en février 1952 et se poursuivirent tout au long de l’année. Au même moment, en République socialiste tchécoslovaque, était lancée une chasse aux sorcières au nom de la lutte contre les « sionistes » comploteurs accusés d’avoir pris la direction du Parti communiste tchécoslovaque. Pour rendre acceptable les « procès de Prague » (1951-1952), qui visaient un imaginaire « centre de conspiration contre l’État dirigé par Slánský », l’origine juive de la grande majorité des inculpés (11 sur 14) fut mise en avant. Tous furent condamnés à mort et exécutés. Au cours de ces procès organisés sur le modèle des procès de Moscou (1936-1938), les référents de la Sécurité, dans les procès-verbaux des interrogatoires des accusés, remplaçaient systématiquement le mot « Juif », considéré comme une injure, par le mot « sioniste », en parfaite conformité avec la propagande soviétique. 

Le « complot des médecins », dénoncé par Staline devant le Comité central réuni les 16 et 17 octobre 1952, fut révélé au grand public par un communiqué de l’agence soviétique Tass, publié dans la Pravda le 13 janvier 1953, deux mois avant la mort du dictateur. Il annonçait au monde la découverte d’un « odieux complot de médecins saboteurs ». Ces docteurs de la clinique du Kremlin, dont le médecin traitant de Staline, Vinogradov, avaient, lisait-on dans le communiqué, « assassiné le chef du Bureau soviétique d’information pendant la guerre, Chtcherbakov, mort en 1945 (La mort d’Alexandre Chtcherbalov, idéologue du Kremlin et antisémite notoire, était due aux effets conjugués d’une insuffisance cardiaque et de l’alcoolisme. Voir Arkadi Vaksberg, Staline et les Juifs, op. cit., p. 169), et le contrôleur en chef des intellectuels, André Jdanov, mort en 1948 ». Agissant pour le compte de « l’organisation internationale juive bourgeoise nationaliste américaine “Joint” (« Joint » : American Jewish Joint Distribution Committee, association philanthropique créée en novembre 1914 pour venir en aide aux victimes juives de la Première Guerre mondiale. Cette association était présentée dans la presse soviétique comme un « ignoble organisme d’espionnage sioniste ». Voir Léon Poliakov, De l’antisionisme à l’antisémitisme, op. cit., p. 87 ; id., De Moscou à Beyrouth, op. cit., p. 43) » – qui les aurait recrutés – et des services secrets américains et britanniques, ils se préparaient à « tuer plusieurs généraux et maréchaux soviétiques ». Cette accusation présentait donc plusieurs figures communistes de premier plan, dont A.A. Jdanov, A.S. Chtcherbakov, G. Dimitrov ou G. Malenkov, comme les victimes d’une conspiration sioniste, dont les agents auraient commis des assassinats ou en auraient préparé avec l’aide des services secrets américains et du MGB – la police secrète, ainsi désignée de 1946 à 1954 –, le service supposé corrompu du ministère de la Sécurité gouvernementale. Les conjurés étaient également accusés de préparer l’assassinat de cinq chefs militaires soviétiques. Au passage, Mikhoels était mentionné en tant que « complice » des médecins criminels, qualifié de « réactionnaire juif bien connu » et accusé d’avoir durant de longues années servi l’impérialisme en accomplissant en Union soviétique des actes de diversion, conformément aux instructions qu’il recevait du « Joint ». Le communiqué précisait que « l’enquête devrait se conclure prochainement », manière d’annoncer le procès des médecins criminels. 

Ce même 13 janvier 1953, les Izvestia dénonçaient avec virulence le « sale visage » de l’espionnage « sioniste ». La presse communiste, partout dans le monde, condamne alors à l’unisson les « médecins empoisonneurs », en mettant en avant des médecins juifs communistes indignés, selon une stratégie bien huilée (En France, les « médecins criminels » sont dénoncés dans L’Humanité le 17 janvier 1953 par Étienne Fajon, suivi, dans La Nouvelle critique, par Maxime Rodinson en février 1953 et par Francis Crémieux en mars. Voir Léon Poliakov, De l’antisionisme à l’antisémitisme, op. cit., p. 93-95). Le 24 janvier, l’hebdomadaire France nouvelle publie un article qui salue « la mise hors d’état de nuire des ignobles médecins espions et assassins, un coup foudroyant aux projets perfides des impérialistes américains fauteurs de guerre », non sans dénoncer avec virulence « la bande de monstres à face humaine, répugnants de lâcheté et hideux d’ignominie […], leurs crimes de cannibales […] et leurs procédés diaboliques, dignes des sorcières du Moyen Âge ». C’est un « grain de sable salvateur » qui mit fin à l’entreprise : la mort de Staline le 5 mars 1953. 

La dénonciation de ce prétendu complot « sioniste » a aussi donné lieu à des rumeurs persistantes sur l’empoisonnement des enfants russes par les pharmaciens et les médecins juifs, ces derniers étant soupçonnés de tuer des nouveau-nés dans les maternités – manière de réactiver l’accusation de meurtre rituel d’enfants non juifs. Les accusations de meurtre rituel circulaient dans les campagnes. Les malades s’affolaient et refusaient de se faire soigner par les médecins juifs qui n’avaient pas encore été licenciés. La Pravda, qui dénonçait le 13 février la « meute de chiens enragés de Tel Aviv », prétendait se faire l’écho d’une puissante vague d’antisémitisme populaire, bien sûr non caractérisée comme telle – on sait que l’antisémitisme était censé avoir disparu en URSS –, les Juifs étant désignés par des patronymes « typiques » mentionnés sans majuscules, comme des noms communs : « Une profonde haine populaire monte contre tous ces chaïn, yarochetzki, grinchtein, perss, kaplan et poliakov » (Pravda Oukraïny, 16 janvier 1953). Dans la presse du PCUS, les Juifs soviétiques étaient explicitement menacés : « Le courroux sacré et la vindicte implacable du peuple soviétique s’abattront sur les adeptes de la secte sioniste. » On mettait en garde contre les « crimes sionistes » (Troud, 13 février). 

C’est dans le cadre de cette propagande antijuive que furent créées des « commissions » de citoyens qui opéraient des contrôles et menaient des enquêtes pour savoir qui avait été baptisé, qui avait un grand-père ou une grand-mère baptisés, qui était un vrai Russe et qui ne l’était pas. Des listes de Juifs sont dressées à Moscou, Léningrad et dans les autres grandes villes. De « bons » citoyens soviétiques se chargent de dénoncer les Juifs et d’autres éléments supposés dangereux pour le régime socialiste. Et ils imaginent divers moyens pour résoudre la « question juive ». C’est ainsi que les ouvriers de l’usine des Tracteurs de Stalingrad votent à l’unanimité une résolution en faveur de la déportation totale des Juifs. 

À la suite du communiqué de l’agence Tass, trente-sept personnes, dont vingt-huit médecins, et leurs épouses, furent arrêtées, accusées d’avoir organisé un vaste complot contre les hauts dirigeants du Kremlin. Fin février 1953, dans l’acte d’accusation contre Viktor S. Abakoumov (ancien ministre de la Sécurité d’État) et ses complices, corrigé par Staline lui-même, il était précisé que « le Comité central a examiné les aveux exceptionnels de criminels préparant un complot terroriste contre le chef [vojd] du peuple soviétique ». Le complot criminel visait donc directement Staline. Le dictateur aurait prévu de faire pendre sur la place Rouge les condamnés après leur avoir extorqué des aveux, d’organiser des pogromes et de « protéger » les Juifs soviétiques en leur offrant un « asile » dans les régions orientales du pays. Cet antisémitisme d’État marque les dernières années de la dictature stalinienne. Selon certaines sources, Staline avait en personne conçu ces projets criminels, comme celui de la déportation massive des Juifs en Sibérie dont le « complot des blouses blanches » devait donner le signal, ou celui de l’orchestration d’une vague de pogromes dans tout le pays (Pour un examen critique de ces plans, dont l’existence même a été contestée, voir Laurent Rucker, Staline…, op. cit., p. 310-318 ; Jean-Jacques Marie, L’Antisémitisme en Russie, op. cit., p. 353-359). Des projets qui, s’ils s’étaient réalisés, auraient pu conduire, comme l’a fait remarquer Annie Kriegel, à une « version soviétique de la “solution finale” ».

Après la mort de Staline, le 5 mars 1953, le régime fit marche arrière et la Pravda annonça dès le 4 avril, par un communiqué du ministère des Affaires intérieures (MVD) – dirigé par Lavrenti P. Beria –, la libération prochaine des médecins victimes d’un complot quant à lui bien réel, un complot d’État visant des citoyens soviétiques intègres et innocents. C’est donc Beria qui, après avoir été l’une des premières cibles (pour de multiples raisons) des campagnes antisémites de l’après-guerre et de l’affaire des « Blouses blanches », prit l’initiative de libérer et de réhabiliter les médecins 36. Il fit également arrêter et emprisonner Sergueï Ogoltsov et Lavrenti M. Tsanava – respectivement vice-ministre de la Sécurité d’État et ministre de la Sécurité d’État de Biélorussie –, pour avoir organisé l’assassinat de Mikhoels en janvier 1948.

Extrait du livre de Pierre-André Taguieff, "Criminaliser les Juifs: Le mythe du "meurtre rituel" et ses avatars (antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme)", publié aux éditions Hermann

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !