Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy figurent en tête du sondage Atlantico

Sondage exclusif

Juppé, Sarkozy, Le Pen : le trio de tête des personnalités dont les Français souhaitent qu’ils aient plus d’influence sur la vie politique

Un sondage CSA exclusif pour Atlantico permet de se rendre compte du niveau de confiance que suscitent chez les Français Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen ainsi que 22 autres figures politiques. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac occupe le haut du tableau, avec 37 % des Français qui souhaitent le voir exercer davantage d’influence sur la vie politique française.

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio »

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Atlantico : A la question "à l’avenir souhaitez-vous qu’Alain Juppé ait plus d’influence qu’aujourd’hui sur la vie politique française ?", 37 % des personnes interrogées ont répondu "oui". Nicolas Sarkozy est derrière, à 28%, tout comme Marine Le Pen. Comment expliquer cette poussé de popularité chez l’ancien Premier ministre ?

Yves-Marie Cann : Les résultats de ce sondage confirment une tendance déjà perçue ces derniers mois : parmi les personnalités que nous testons régulièrement, Alain Juppé est la personne qui bénéficie de la meilleure image. Au-delà de l’image on constate au sein de la population un souhait important et significatif d’un Alain Juppé qui pèse davantage sur les débats publics.

>> Lire également en deuxième partie : Le moment Juppé ? Ce qui pourra le porter, ce qui pourra le plomber

Alain Juppé a l’avantage d’être perçu comme davantage au-dessus du jeu partisan que les autres personnalités politiques, et notamment au-dessus des bisbilles qui occupent le devant de la scène à l’UMP. IL fait certes partie de la direction collégiale de l’UMP, mais celle-ci est surtout perçue comme un facteur d’apaisement, et un passage provisoire dans la perspective de la prochaine élection à  la présidence de l’UMP, à laquelle on sait qu’Alain Juppé n’est pas candidat. Sa figure de grand sage et son expérience reconnue dans tous les partis ne sont pas pour  rien dans la bonne perception que les Français ont de lui.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Pourquoi François Fillon, assez proche de Juppé en termes d’expérience, ne profite-t-il pas de la même popularité ?

François Fillon a perdu beaucoup de points, de sympathie et de crédibilité auprès de l’opinion publique en raison du duel qui l’a opposé à Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP. Cela s’est produit il y a un an et demi maintenant, mais a laissé un goût amer chez une partie des Français.

Pour 56 % des Français (sondage CSA pour BFMTV) François Hollande a eu raison de faire sortir Arnaud Montebourg du gouvernement. Pourtant il est en 4e place de ce classement, avec 27 %...  Comment expliquer ce paradoxe ?

Une majorité juge utile ou nécessaire l’éviction d’Arnaud Montebourg, mais cela ne doit pas être interprété comme le souhait que l’ancien ministre de l’économie ne pèse pas sur la scène politique. De par son positionnement sur le made in France, sa défense de l’industrie, son protectionnisme, sa critique des politiques européennes d’austérité, il est écouté par une partie non négligeable de la population qui est particulièrement sensible à ce type de discours, surtout alors que François Hollande et Manuel Valls ne sont pas encore en mesure d’apporter la preuve du bien-fondé de leur ligne politique. Il est intéressant de relever que ceux qui aspirent à voir Arnaud Montebourg tenir un rôle plus important dans la vie politique sont principalement de gauche, hors Parti socialiste. 67% des sympathisants du Front de gauche et 37 % de ceux d’EELV se prononcent en sa faveur, alors qu’au PS on se situe dans la moyenne nationale avec un score de 28 %.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Marine Le Pen obtient 28% contre 10 % pour son père. Est-ce uniquement l’effet de l’âge ?

Marine Le Pen incarne l’avenir, alors que Jean-Marie Le Pen est associé au passé sur lequel on ne mise plus. Au-delà des effets de l’âge, les attributs personnels jouent beaucoup : autant la personnalité de Jean-Marie Le Pen et ses dérapages sont clivants, autant sa fille a beaucoup travaillé pour paraître ferme mais plus moderne.

L’ancienne ministre du Logement Cécile Duflot est légèrement devancée par Florian Philippot. Cela témoigne-t-il du caractère effectif des aspirations à la respectabilité formulées par les cadres du FN ?

La quête de respectabilité est évidente chez les leaders du FN, cela se perçoit dans leur discours. Florian Philippot n’a pas l’avantage du patronyme de Marine, mais commence à être connu de l’ensemble des Français. Lorsque l’on regarde les résultats auprès des sympathisants du FN, on observe un différentiel entre ce qu’ils souhaitent pour Marine Le Pen – 84 % d’entre eux veulent qu’elle ait d’avantage d’influence sur la vie politique – et pour les autres cadres - 38 % pour Florian Philippot. La figure de proue du FN reste donc Marine Le Pen, et de loin.

François Bayrou a obtenu 26 % d’avis favorables. S’inscrit-il dans le sillage d’Alain Juppé ?

François Bayrou bénéficie depuis un certain temps maintenant d’un cote de popularité qui traduit un bon niveau de bienveillance des Français à son égard, dans un contexte de forte défiance à l’égard du politique. il a pris du champ par rapport à la vie politique nationale en se concentrant sur sa mairie de Pau, mais cela n’empêche pas sa parole d’être attendue et entendue. Même auprès d’autres familles politiques que le Modem, l’UDI et EELV, sa prise parole est considérée comme intéressante.

Martine Aubry est la deuxième personnalité de gauche dans classement, après Arnaud Montebourg. Cela traduit-il une forte attente du côté du Parti socialiste ?

Cela montre que les personnalités de gauche dont on attend le plus se trouvent en dehors du gouvernement et ont pris du recul sur la vie politique française. Parmi les sympathisants de gauche, 50 % souhaitent qu’elle ait plus d’influence, et chez les sympathisants du PS elle est à 51 %. C’est le signe d’une crédibilité forte à gauche, favorisée par le fait qu’elle n’est pas associée au gouvernement. Elle reste la dame des 35 heures, et constitue pour bon nombre de Français un élément rassuré.

Les quadras de l’UMP comme Laurent Wauquiez, Bruno Le maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet se situent entre 18 et 16 % dans le classement. Cela signifie-t-il qu’ils sont encore condamnés à jouer les "seconds couteaux", et encore laisser la place aux plus anciens ?

Sans aller jusqu’à parler de seconds couteaux, ils se trouvent dans une sorte d’entre-deux. Même si des personnalités comme Juppé ou Sarkozy dominent, on voit émerger des figures à droite. Leurs résultats sont très honorables, et bien que la prochaine élection présidentielle ne voie sans doute pas l’un d’entre eux s’imposer,  ils sèment les cailloux qui leur permettent de se créer leur propre espace politique et leur socle de soutiens au sein de l’opinion publique. Cela leur sera particulièrement utile au cours des prochains moins, ainsi que dans l’hypothèse d’une alternance politique lors d’une éventuelle alternance politique en 2017.

Ce n’est pas tant leur score auprès des Français qui est intéressant, que ceux auprès de leur famille politique : 36  % des sympathisants UMP souhaitent que NKM joue un rôle plus important, 35 % pense ainsi vis-à-vis de Laurent Wauquiez, 31 % aussi pour Bruno Le Maire. Dans un contexte où les « anciens » occupent beaucoup de place sur le plan médiatique, ce sont des chiffres très encourageants pour eux.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

Méthodologie :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !