Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: François Lenoir / Reuters

A choisir...

Je continue à préférer Brigitte Bardot...

Il y a quelques années, invité dans les Grandes Gueules à la suite de la publication d'un livre, j'avais eu droit, de la part des excellents Marschall et Truchot, à un questionnaire auquel j'avais répondu avec un mélange de sincérité et de provocation.

Philippe Bilger

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui ont défrayé la chronique judiciaire et politique (Le Pen, Duverger-Pétain, René Bousquet, Bob Denard, le gang des Barbares, Hélène Castel, etc.), mais aussi dans les grands scandales financiers des années 1990 (affaire Carrefour du développement, Pasqua). Il est l'auteur de La France en miettes (éditions Fayard), Ordre et Désordre (éditions Le Passeur, 2015). En 2017, il a publié La parole, rien qu'elle et Moi, Emmanuel Macron, je me dis que..., tous les deux aux Editions Le Cerf.

Voir la bio »
Article initialement publié sur le blog de Philippe Bilger 
 
Qu'a donc proféré BB de si intolérable par rapport aux pensées correctes et bienséantes concernant le féminisme, de quelle abstention quasiment criminelle s'est-elle rendue coupable ?
 
Elle a bien précisé que son propos ne se rapportait pas à toutes les femmes mais seulement aux actrices. On peut la créditer d'une certaine connaissance de ce milieu.
 
Elle osait avancer que des actrices "allumaient" les producteurs et qu'après pour faire bien, elles se plaignaient de harcèlement. Elle dénonçait ce qui lui apparaissait comme un jeu "ridicule, hypocrite et sans intérêt", au regard de sujets bien plus importants, et soulignait qu'elle n'avait jamais confondu les compliments flatteurs et même osés sur sa beauté allant jusqu'à "un joli petit cul" - avec du harcèlement dont elle n'avait jamais été victime.
 
Bien sûr c'est BB et on veut bien présumer que son caractère, sa personnalité et son incroyable gloire durant plusieurs années la plaçaient dans un statut privilégié, totalement à part. Il n'empêche qu'aussi radicale et globale que soit sa charge, elle fait du bien. On a besoin d'esprits libres et d'âmes bien trempées, on aspire à une résistance de la part de ceux qui peuvent se la permettre et parfois en font preuve. On a besoin d'une Brigitte Bardot qui, aussi détestable qu'elle puisse apparaître à certains, nous console pourtant de la mièvrerie humaniste chronique d'une Marlène Schiappa. Dont les injonctions doucement totalitaires donneraient presque absurdement l'envie de les fuir.
 
Je prends mes risques mais si j'étais confronté à cette alternative qui vaut bien celle par laquelle j'ai commencé, je n'en démordrais pas. Je continuerais à préférer Brigitte Bardot à Marlène Schiappa - la femme dans sa nature, sa liberté et sa vérité plutôt que la femme devenue une cause politique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !