Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

L'Assemblée nationale a voté une loi dans ce sens.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

On connaissait les « minorités visibles ». Il va nous falloir maintenant entourer de notre sollicitude les « minorités auditives ». A une écrasante majorité, nos parlementaires ont en effet adopté un texte pénalisant la glottophobie.

Sans doute ont-ils eu écho de la souffrance vécue par des Chtis, certes méritants, mais écartés d'un emploi enviable à Marseille à cause de leur accent. Et ils ont certainement eu connaissance des cas de Marseillais qui, pour les mêmes raisons, se sont vus refuser un logement à Lille.

Certains pensent que nos députés enc... les mouches. Je les rejoins. Pour autant que l'on sache, les très chantantes intonations de Fernandel n'ont pas nui à sa carrière. Et des millions de Français ont adoré le parler des personnages de Pagnol. On ne comprend pas ce qu'avaient en tête les députés. Une hypothèse très vraisemblable : ils ont voulu se porter au secours de Jean Castex, discriminé en raison de son accent catalan.

Notons que cette loi, si elle est votée par le Sénat, ne s'appliquera pas à ceux qui ont l'accent africain. En effet, elle ne leur est pas nécessaire : ils sont déjà discriminés en tant que Noirs. Pareil pour ceux qui s'expriment en wesh-wesh : ils sont déjà stigmatisés en tant qu'Arabes.

La glottophobie nous ouvre le chemin vers d'autres phobies. La pogonophobie (phobie des barbes), que d’aucuns appellent islamophobie. La nanophobie (phobie des petits). Sûr que des élus Républicains déposeront un projet visant à la pénaliser pour faire plaisir à Sarkozy.

Il y a encore la grossophobie. Quand la loi sur la glottophobie arrivera en deuxième lecture au Sénat, où la droite est majoritaire, soyons certains que les sénateurs y ajouteront un codicille spécial destiné à apaiser les tourments de Gérard Larcher. Concernant les parlementaires qui ont voté ce texte grotesque à l'Assemblée, c'est un autre mot qui nous vient à l'esprit : coulrophobie. Ce qui veut dire phobie des clowns.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !