Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gérald Darmanin communique désormais régulièrement sur les saisies de drogue. En omettant de comparer ses chiffres aux volumes totaux de stupéfiants en circulation en France.
Gérald Darmanin communique désormais régulièrement sur les saisies de drogue. En omettant de comparer ses chiffres aux volumes totaux de stupéfiants en circulation en France.
©NICOLAS TUCAT / AFP

Efficacité de la lutte contre le trafic de drogue

Guerre contre la drogue : grandes démonstrations, tout petits effets

Gérald Darmanin communique désormais régulièrement sur les saisies de drogue. En omettant de comparer ses chiffres aux volumes totaux de stupéfiants en circulation en France.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

Pendant qu'à pleines pages, des médias bienveillants (ni objection, ni murmure) lais­sent M. Darmanin vanter de douteux succès, les criminels, pas émus pour un sou, se déchaînent :

- La périphérie de Blois vit une guérilla urbaine : incendies, pillages, ravages, après un énième refus d'obtempérer de voyous ivres d'impunité,

- Dans le quartier coupe-gorge de La Duchère, à Lyon, des véhicules de police municipale re­çoivent des blocs de pierre du haut des immeubles. Petit rappel de physique : une simple brique de maçon pèse 2 kg ; jetée d'un 6e étage, elle a, 15 mètres plus bas, une potentielle force d'impact mortelle de 25 kg.

Ce, pour le seul soir du 16 mars.

"Nous les dérangeons " dit le ministère de l'Intérieur - foutaise : bien plutôt, ces bandits les ignorent. Comme preuve de qui contrôle vraiment ces zones hors-contrôle, l'affiche placar­dée voici peu dans une toxique cité des quartiers nord de Marseille. Lisez bien ce mes­sage des caïds du narcotrafic aux habitants du cru :

"Nous souhaitons faire passer un message à tous les locataires de La Savine. À qui envisage de coopérer avec la police : nous le saurons et nous nuirons à votre vie. Merci de faire atten­tion et de faire les bons choix pour votre sécurité. Nous vivons avec vous tous les jours, eux sont de passage. ALERTE".

Affiches collées aux murs, au vu de tous. Même la progressiste Provence parle avec ef­froi d'"étreinte féroce" des narcos. Bien sûr, une opération coup de poing ensuite - mais 48h après, retour au durable ordre criminel.

Venons-en à la stratégie anti-stupéfiants de M. Darmanin.

- En vantant ses saisies de drogue, M. Darmanin ne mesure pas les progrès anti-crime des forces de l'ordre (cambriolages... vols avec violence... vols de véhicules, etc.) ; il mesure SON PROPRE TRAVAIL : à l'hopital, cela reviendrait à soigner le patient, non sur son propre bilan de santé, mais avec celui du médecin : est-ce sérieux ?

- Saisies de cannabis en 2020 : 96 tonnes, dit M. Darmanin. Analysons. En 2020 (dit l'OFDT, organisme officiel) la France a fumé ± 30 tonnes de cannabis par mois, 360 T. par an. Là-dessus, 96 tonnes constituent une ponction de 26,7%. Or en France toujours, le taux maximal d'imposition des sociétés est de 31%.

Les narcos ne risquent donc pas la ruine, la preuve :

- (OFDT toujours) : le narcotrafic dégage, ces dernières années, un chiffre d'affaires (CA) de 3,5 milliards d'euros. Après la taxation-Darmanin, reste aux narcos un CA net de 2,56 mil­liards d'€. Le taux de profit du narcotrafic étant de ± 50%, le bénéfice net des caïds dépasse 1,2 milliard d'€ par an. Pas de quoi frémir lors des coups-de-poing show­biz de M. Darmanin.

Mais alors, que M. Darmanin pourrait-il faire de sérieux ? Pacifier d'abord les zones hors-contrôle, bien sûr. Et cibler pour de bon ces "Mineurs non accompagnés" (MNA) qui

errent en France depuis des années, à leur gré. Or, dit la Préfecture de po­lice de Paris, des données venues du Maghreb montrent qu'à 95%, ce sont de faux mineurs, expulsables à l'instant. Selon ces officiels toujours, "de 2 000 à 3 000 de ces MNA sont délin­quants" - plus en fait, avec les clandestins. Mais admettons, et prenons la moyenne de 2 500 délinquants-MNA. À 2 infractions par semaine (minimum pour ces prédateurs hyperactifs), cela fait 260 000 crimes et délits par an - ± 800 000 de 2018 à 2020.

Enfin, M. Darmanin pourrait stimuler un peu son collègue de la justice, Me Dupont-Moretti, dont le laxisme anéantit tout le travail policier.

Récente semaine d'émeutes à Beauvais : déprédations énormes, blessés, appels au meurtre de policiers, etc. Sur place, le premier ministre M. Castex, déclare comme d'usage (BFMTV, 5mars) "Rien ne restera impuni... La loi républicaine aura toujours le dernier mot". Tremblez, racailles ! Or, la sentence réelle tombe peu après :

- 4 émeutiers traduits en justice (sur une cinquantaine...),

- Un relaxé,

- Trois condamnés "à huit mois de prisons ferme" dit une presse servile. Mensonge ! Kenny M., Mohamed B. et Bakary N. risquaient 5 ans de prison et ± 50 000 euros d'amende. Le premier prend 10 mois avec sursis, les deux autres, 8 mois "ferme"... sans man­dat de dé­pôt. Tous trois sortent du tribunal les mains dans les poches.

Police, justice : activisme futile, répression factice, voilà la réalité. 

A lire aussi : Seine-Saint-Denis : la "misère sociale", vraiment ?

A lire aussi : Sécurité, agressions et voie publique : la France et son autre vrai problème (celui qui demeurera une fois le virus disparu)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !