Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Francis Lalanne : "avec 100%, nous lançons un appel au boycott des grands candidats"
©Charles Platiau / Reuters

100%

Francis Lalanne : "avec 100%, nous lançons un appel au boycott des grands candidats"

L'artiste français demande à ses concitoyens de ne pas se laisser influencer par les partis politiques du "système", et appelle à voter pour les petits candidats.

Francis  Lalanne

Francis Lalanne

Francis Lalanne est auteur-compositeur-interprète et acteur. En décembre 2018, il a annoncé qu'il lançait un "rassemblement gilet jaune citoyen" en vue des élections européennes de mai 2019.

Voir la bio »

Atlantico : Vous demandez à ce que les Français arrêtent de voter pour les grands partis politiques traditionnels. Pourquoi? Que leur reprochez-vous ?

Francis Lalanne : La situation politique en France est grave. Selon la Constitution française, la République est un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Mais aujourd'hui, nous sommes dans une République de l'État, par l'État et pour l'État. On a confisqué aux Français leur souveraineté. Le système nous présente aujourd'hui des candidats aux élections présidentielles qu'il a lui-même mis en place. Ils nous sont imposés : les médias leur donnent plus d'importance qu'aux plus petits candidats. C'est pour cela que, Avec 100%, nous lançons un appel au boycott des grands partis. Regardez ce que l'on nous propose : un corrompu. Un fils spirituel de François Hollande. Une femme qui ne cherche que la division. Un PS qui disparaît, et une caricature de la pensée de gauche qui n'existe plus. Ce n'est pas ce que l'on veut. On est face à une organisation mafieuse qui ne nous donne plus le choix. On nous lave le cerveau. Il faut que cette mafia s'arrête. Mais tout n'est pas perdu : les Français ont encore la possibilité de mettre un terme à cette dictature des partis politiques en votant pour un des petits candidats.

Quelle démarche appelez-vous à suivre ? Qui est concerné ?

Je sais très bien que tous les citoyens ne vont nous suivre. D'une part, il y a des gens qui vont voter de manière partisane. Ils donnent leurs voix aux candidats parce qu'ils appartiennent à un des grands partis. Ensuite, il y a ceux qui votent "émotionnellement", en suivant bêtement les idées de leurs parents. Ils ne se posent pas de questions : ils votent à gauche parce que leurs familles votent à gauche. Mais pour eux, il est trop tard. On ne peut pas les récupérer, ils ont déjà été assujettis.

Nous, nous adressons aux électeurs qui ont encore leur libre arbitre. Ceux qui refusent de voter pour le "club des cinq", imposé par le système. Aujourd'hui, l'empêchement d'un candidat est impossible. Le vote blanc profite aux cinq. Mais on peut voter utilement : c’est-à-dire choisir un des petits candidats. On ne demande pas aux Français de descendre dans la rue, et tout casser. Juste de changer les choses grâce à leur bulletin de vote.

Qu'en est-il du "vote utile", qui est de voter pour le candidat pas forcément le plus proche de ses idées, mais ayant une chance de gagner ?

Ça, c'est un vote inutile ! C'est une mise en scène. On nous fait croire qu'il faut, par exemple, faire barrage au FN. Mais tout cela est programmé par le gouvernement. Il faut soi-disant choisir Emmanuel Macron, le gentil chevalier blanc, contre le méchant dragon, Marine Le Pen. Mais c'est faux.

Que pensez-vous des primaires, où des petits candidats des grands partis ont pu se révéler ?

Les primaires ne sont qu'un des instruments de cette mafia. Les petits candidats qui y sont présentés ne sont que des "faire-valoir" du parti. Ils obéissent à des mécaniques internes. Ils ne font qui miroiter une forme de concurrence, de démocratie. Mais tout cela n'est que des tours de passe-passe, d'illusions.

Quel soutien offrez-vous aux plus petits candidats aux élections présidentielles, tel que Jean Lassalle qui s'est associé à votre mouvement écocitoyen "100%"?

Notre soutien se manifeste d'abord avec cet appel au boycott des cinq grands candidats. On ne veut pas rompre avec l'État. On veut de la continuité. Mais pas avec ceux qu'on nous présente comme des magiciens, qui ont des pouvoirs capable de redresser la situation. Croire dans ces candidats, c'est comme encore croire au Père Noël. Mais les élections présidentielles sont des élections mineures en réalité. Celles qui comptent le plus, ce sont les élections législatives. Celles où nous avons présenté 577 candidats de 28 groupes écologistes réunis dans un seul mouvement écocitoyen, 100%.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !