Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Info Atlantico

Forte envie d'autres têtes : 78% des Français prêts à voter pour un candidat ni issu ni soutenu par un parti et 66% pour un candidat en dissidence avec le sien

Par ailleurs, pour 59% des Français, le programme est l'élément-clé pour leur vote en 2017, dans un sondage exclusif Elabe pour Atlantico.

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio »

Cliquez pour agrandir

Atlantico : quels sont les principaux enseignements de ce sondage ?

Yves-Marie Cann : Les résultats du sondage réalisé par Elabe pour Atlantico témoignent du climat particulièrement dégradé auquel doivent faire face aujourd'hui les organisations politiques et ceux qui les animent. Invités à préciser ce qu'évoquent aujourd'hui pour eux les partis politiques, une large majorité de répondants (74%) se positionnent sur un item négatif : 40% éprouvent de l’inquiétude à propos des partis politiques et jusqu’à 34% de la colère. S’ajoute à cela le fait que les partis politiques suscitent l’indifférence de 22% des personnes interrogées. Au final, seuls 4% nous donnent une réponse positive : 1% répondent que les partis leur inspirent de l’enthousiasme et 3% de la confiance. De tels résultats illustrent l'impasse dans laquelle semblent aujourd'hui se trouver les formations politiques françaises, comme en témoigne d’ailleurs la faiblesse numérique de leurs effectifs d’adhérents. De partis de masse dans les années 70 et 80, nous avons désormais face à nous des partis qui s'apparentent pour l'essentiel à des partis de cadres, c'est-à-dire des groupements d'élus, de collaborateurs d'élus et de leurs proches. Jamais sans doute depuis des décennies la distance avec les citoyens et la base électorale n'a été aussi grande. 

Cette situation n'est pas sans conséquences pratiques puisque comme le montre notre sondage la marque partisane s'avère extrêmement faible dans la perspective de l'élection présidentielle. Certes, elle fonctionne toujours comme un repère utile pour se positionner dans le champ politique, mais elle ne garantit pas pour autant le vote en temps d'élection. Ce sont ainsi 78% des personnes interrogées qui nous répondent qu'elles pourraient voter pour un candidat qui serait ni issu ni soutenu par un parti politique à l'élection présidentielle, un tiers allant même jusqu'à répondre "oui, certainement" à cette proposition. Enfin, invités à préciser quel est l’élément qui compte le plus dans leur choix à l’élection présidentielle, 59% répondent le programme du candidat, 20% son expérience, 16% sa personnalité… et seulement 5% le ou les partis qui le soutiennent.

De tels résultats peuvent expliquer au moins pour partie pourquoi la dynamique se trouve aujourd'hui du côté d'Alain Juppé et non de Nicolas Sarkozy dans la perspective de la primaire des 20 et 27 novembre. Le premier s'est engagé dans une stratégie hors du parti alors que le second a tout misé sur la présidence de l'ex UMP pour s'imposer comme le candidat naturel de son camp. Bien sûr, la primaire n'est pas jouée d'avance et la campagne n'a pas véritablement commencé, mais les rapports de force actuellement mesurés dans les enquêtes d'intentions de vote ne peuvent être négligés pour autant.

Dans quel contexte médiatique et politique a-t-il été réalisé ?

Un contexte général marqué du sceau de la défiance des Français à l'égard de leurs gouvernants ou de ceux qui aspirent aux plus hautes responsabilités. Le président de la République tutoie désormais ses plus bas niveaux de popularité de l’automne 2014 sans que l’opposition gagne pour autant en crédibilité. Ainsi je suis frappé d'observer que depuis plusieurs mois dans l'Observatoire politique réalisé par Elabe pour Les Echos et Radio Classique aucune personnalité politique, à l'exception d'Alain Juppé, n'obtient une cote de popularité majoritairement positive. Il faut aussi avoir à l’esprit que notre terrain d’enquête a été réalisé après un remaniement gouvernemental très critiqué et une convention nationale de LR marqué par l’absence remarquée de plusieurs ténors le dimanche 14 février, autant d’éléments qui n’améliorent sans doute pas l’image des partis auprès des Français.

A la décharge de ces derniers, notons toutefois qu’ils paient sans doute au prix fort le fait que l'intérêt à adhérer aujourd'hui à un mouvement politique est loin d’être évident pour beaucoup de Français, sauf à vouloir s'engager dans une carrière politique et donc obtenir une investiture. Les primaires ouvertes ont ainsi vidé d'une grande partie de leur substance les formations politiques : alors qu'il fallait autrefois être adhérent pour éventuellement désigner son candidat à l’élection présidentielle, nul besoin aujourd'hui d'être encarté, ce qui change considérablement la donne.

Si l'on ajoute à ceci les déconvenues et les déceptions suscitées à droite et à gauche par l'exercice des responsabilités présidentielles et gouvernementales, le désenchantement est sans doute à son zénith à l'égard de partis politiques qui s'avèrent de surcroît incapables de faire émerger des idées nouvelles et de renouveler leurs cadres pour les incarner.

>>>>> Lire aussi : SOS vision politique : les Français atterrés par leurs partis et prêts à voter pour des candidats dissidents… mais pourquoi est-il devenu si difficile de les convaincre ?

Observe-t-on des différences en fonction de la couleur politique de la personne sondée ?

Il existe des différentes, mais celles-ci s’avèrent minimes et nettement insuffisantes pour changer la donne observée à l’échelle de l’ensemble de l’échantillon interrogé. Ainsi, quelle que soit la préférence partisane exprimée par les personnes interrogées, les évocations négatives à l’égard des partis politiques l’emportent très majoritairement. A titre d’exemple, 52% des sympathisants socialistes nous répondent que les partis politiques leur inspirent aujourd’hui de l’inquiétude, de même que 51% des sympathisants LR. Et si les sympathisants FN sont moins nombreux à mentionner leur inquiétude (31%) c’est parce qu’ils sont 50% à ressentir de la colère, ce résultant constituant d’ailleurs la plus forte proportion de réponses observée pour cet item toutes familles politiques confondues.

Par ailleurs, les sympathisants de gauche s’avèrent un peu plus prompts que ceux de la droite et du centre à prendre en compte le ou les partis qui soutiennent un candidat à l’élection présidentielle (10% contre 2%). Mais là encore, les écarts observés s’avèrent négligeables puisque dans le même temps ils affirment privilégier à une très large majorité son programme (60% à gauche, 54% à droite). Fait intéressant toutefois on observe que les sympathisants de la droite et du centre sont beaucoup plus nombreux que ceux de la gauche à privilégier l’expérience du candidat : 27% des premiers citent cette dimension contre seulement 15% des seconds.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !