Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©Eduardo Munoz

Sur le sentier de la guerre

Et voilà comment les Peaux Rouges de la CGT ont eu le scalp du Visage Pâle Pierre Gattaz …

"Hugh !" a dit, joyeux Philippe Martinez. "Hugh !" ont dit les guerriers de la CGT-Energie. "Hugh !" disons-nous à notre tour pour ne pas avoir d'ennuis.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Vous avez aimé La charge héroïque, Les Cheyennes, Little Big Man, Le Soldat Bleu ? Bien sûr que oui ! Vous serez donc déçu sans doute par notre western bien à nous. Mais ne faites quand même pas trop la fine bouche : il s'agit d'un western estampillé France. Pas d'un western spaghetti : c'est bon pour les Ritals. Un western ricard : c'est bon pour le moral. 

Les Peaux Rouges de la tribu CGT avaient été gravement insultés par Pierre Gattaz, le patron du Medef. Il les avait traités de "voyous" et de "terroristes", ce qui ne pouvait rester impuni. Ce dernier, courageux, mais pas téméraire, avait pris peur et avait retiré le qualificatif de "terroristes". Mais ne voulant pas perdre la face, il s'était obstiné à maintenir l'appellation "voyous". Comment des guerriers fiers et courageux auraient-ils pu tolérer un tel affront ? Comment auraient-ils osé se montrer, sans rien faire, devant leurs squaws très remontées ? 

Il fut donc décidé, après les danses rituelles d'usage, de s'emparer du scalp de l'ignoble Gattaz. Mais ce dernier, qui tenait à son cuir chevelu, était solidement barricadé dans son domicile parisien. Force fut de se rabattre sur sa résidence varoise de Saint-Raphaël, vacante en cette saison. Quelques jeunes guerriers, des plus vaillants, s'y introduisirent de nuit. Là ils démontèrent le compteur du patron du Medef. 

 

Tel un scalp, l'objet fut triomphalement rapporté au siège varois de la tribu. Et le trophée fut brandi devant la foule enthousiaste des Peaux Rouges. On entendit : "Terroristes ? Non ! Voyous ? Non plus !" Et le chef local expliqua qu'il s'agissait "d'une réponse technique à l'agression subie par la CGT". Les guerriers l'acclamèrent, et bombant le torse, rentrèrent dans leurs tipis où, dociles et énamourées, les attendaient leurs squaws. Ils avaient eu le compteur, ils auraient les femmes...

La petite histoire dit que le Visage Pâle Gattaz se tourna vers le Grand Chef blanc, un certain Manuel Valls, pour lui demander l'intervention de la cavalerie fédérale, afin de récupérer le précieux compteur. Il lui fut répondu sèchement :  "Tu veux qu'on me prenne aussi mon scalp ? Qu'on enlève les compteurs de Matignon ?" Penaud, Gattaz s'enferma chez lui et, radin comme il l'était, se mit à compter le nombre de Kw/h qu'il allait économiser grâce à l'attaque des Peaux Rouges de la CGT.

Vous êtes certainement nombreux à penser que ces méthodes-là sont des méthodes de voyous. Mais nous, nous ne dirons surement pas une chose pareille ! Vous ne vous voulez quand même pas qu'ils viennent démonter les compteurs d'Atlantico ? Ou pire, le mien ? Vous vous consolerez avec la grande Histoire. Elle dit que les Visages Pâles ont triomphé des Peaux Rouges. Et que ces derniers ont fini dans des réserves. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !