Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Grace Mugabe est née le 23 juillet 1965 en Afrique du Sud.

En embuscade

Et voici Grace Mugabe, celle qui est bien partie pour devenir la première femme dictateur au monde

Grace, l'épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe, prépare activement la succession de son mari qui fêtera ses 91 ans en février 2015. En l'espace de quelques semaines, tout a été mis en place pour faciliter sa future campagne présidentielle.

Grace Mugabe, âgée de 49 ans, a d'abord été la secrétaire particulière du président zimbabwéen, avant de l'épouser en 1996. Sans jamais dissimuler son caractère ambitieux ni son appétit démesuré pour le monde du luxe et de l'argent, Grace Mugabe est progressivement devenue femme d'affaires (elle possède notamment plusieurs propriétés immobilières au Zimbabwe et à travers le monde, ainsi que des exploitations de vaches laitières), avant de s'impliquer de plus en plus activement dans la politique du pays.

Ces dernières semaines, tout s'est accéléré pour que Grace succède sans encombre à son mari (aujourd'hui âgé de 91 ans) lors de la prochaine échéance présidentielle. Le 12 septembre dernier, Grace Mugabe a obtenu un doctorat en philosophie de l'Université de Harare… où elle ne s'était inscrite que quelques mois plus tôt. Au Zimbabwe, ce diplôme n'a pas manqué de surprendre l'opinion, même si son obtention en un temps record apparaît clairement comme une recherche de crédibilité en vue de sa marche vers le pouvoir.

Tout récemment, Grace a été nommée présidente de la ligue des femmes du Zanu PF (Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique) lors du congrès du parti le 7 décembre. Quelques jours plus tard, sa rivale, la vice-présidente du Zimbabwe, Joice Mujuru, a été soudainement démise de ses fonctions après avoir été accusée d'être à l'initiative d'un complot visant à tuer le président Mugabe. Joice Mujuru représentait en effet un obstacle de premier plan pour Grace Mugabe en vue de sa campagne présidentielle.

Connue pour ses séances de shopping à la limite de la décence dans les boutiques de luxe du monde entier, Grace Mugabe a longtemps été raillée dans son propre pays. Avant que le couple Mugabe ne soit interdit de séjour en Europe en 2002 pour ne pas avoir respecté la charte des droits de l'homme, Grace avait ses habitudes à Paris, Londres, Rome, ou New York.

D'après plusieurs indiscrétions, celle que l'on surnomme volontiers "Disgrace" ou "Gucci Grace" aurait déjà dépensé plusieurs millions de dollars pour sa garde-robe en 2014, qui compte notamment 62 paires de chaussures Ferragamo, 33 paires de Gucci, 12 bagues à diamant, une montre Rolex à 115 000 dollars, et un appui-tête incrusté de diamants à 300 000 dollars.

Interrogée sur les sommes astronomiques qu'elle dépense pour s'offrir des chaussures de créateurs alors que son peuple est touché par la famine, Grace Mugabe avait un jour répondu : "J'ai des pieds très étroits, donc je ne peux porter que des chaussures Ferragamo".

Dans son ouvrage "Reines d'Afrique", (Perrin, 2014), Vincent Hugeux rapporte quant à lui une anecdote hors du commun : " Il lui arriva même, au grand dam d’une centaine de passagers, de dérouter sur Barcelone, un avion de ligne censé rallier Londres-Gatwick, histoire de s’y procurer carrelage et sanitaires". A n'en pas douter, Grace Mugabe dispose en effet d'une force de persuasion assez naturelle...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !