Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Un vendeur de toilettes, en Inde.
Un vendeur de toilettes, en Inde.
©NARINDER NANU / AFP

Technologie dépassée

Et si la pandémie avait prouvé qu’il était grand temps de sérieusement investir dans nos toilettes ?

Les technologies employées dans les toilettes et les infrastructures de traitement des eaux usées ont peu évolué depuis un siècle. Elles doivent pourtant s'adapter à de nouveaux défis.

Chelsea Wald

Chelsea Wald

Chelsea Wald est une journaliste spécialisée en science et environnement. Elle est l'autrice de Pipe Dreams: The Urgent Global Quest to Transform the Toilet (Avid Reader Press / Simon & Schuster).

Voir la bio »

Atlantico : L'année dernière, la pandémie qui a déferlé sur le monde a rappelé l'importance d'un des sujets les plus importants pour les hommes et les femmes de la planète : les toilettes. Conçu il y a plus de 100 ans, le système de toilettes a-t-il suffisamment évolué depuis lors ? Investissons-nous suffisamment de ressources dans ce domaine ?

Chelsea Wald : Les technologies de base qui constituent les systèmes de traitement des eaux usées "de référence", à savoir les toilettes à chasse d'eau, les égouts et les stations d'épuration centralisées, ont plus de 100 ans. Les personnes qui les ont développées ne pouvaient pas imaginer les nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, comme le changement climatique, la pénurie de ressources, l'urbanisation rapide, les produits chimiques toxiques, la pollution plastique et les agents pathogènes résistants aux antibiotiques. Aujourd'hui, nous avons la possibilité non seulement d'améliorer ces systèmes conventionnels, mais aussi de développer et d'adopter de nouveaux types de systèmes de toilettes qui répondent mieux à ces défis, en rendant les toilettes plus saines et plus durables, et en étendant leur portée aux milliards de personnes dans le monde qui ne disposent pas d'un système d'assainissement sûr. Pour atteindre ces objectifs pour tous les habitants de la planète, il faudra investir davantage de ressources et d'attention que ce que nous faisons actuellement.

La recherche de Covid-19 dans les eaux usées doit-elle nous amener à repenser nos canalisations ?

La surveillance des eaux usées pour le Covid-19 et d'autres problèmes de santé est un moyen pour les villes disposant d'égouts et de stations d'épuration centralisées de mieux utiliser ces systèmes. Il existe également d'autres utilités intéressantes, comme la récupération de l'eau, des nutriments, de l'énergie et d'autres matériaux qui circulent dans les canalisations. De nombreuses villes dotées de systèmes conventionnels s'orientent dans cette direction en utilisant des technologies établies et nouvelles.

Ceci étant dit, la surveillance des eaux usées montre que le sujet des toilettes est un symbole des inégalités dans le monde. Elle ne fonctionne pas aussi bien avec les systèmes d'assainissement autonomes tels que les latrines à fosse et les fosses septiques, de sorte que les personnes qui utilisent ces types de toilettes ne peuvent pas facilement bénéficier de cette évolution.

À Lire Aussi

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

Les systèmes conventionnels de traitement des eaux usées dans le monde sont-ils assez performants pour gérer les toilettes face aux différents défis du changement climatique ?

Le changement climatique entraînera un nombre croissant de phénomènes météorologiques extrêmes, tels que des sécheresses, des inondations, des vagues de chaleur et des gels, qui peuvent mettre à rude épreuve les systèmes conventionnels et parfois les briser. En outre, les systèmes conventionnels nécessitent des quantités substantielles d'énergie pour pomper les eaux usées et faire circuler l'air à travers elles pour les traiter, et ils émettent des gaz à effet de serre tels que le méthane. Il existe des moyens de rendre les systèmes conventionnels plus résistants et plus économes en ressources, ainsi que de réduire leur impact sur le climat.

Mais de nouveaux types de systèmes de toilettes, comme ceux qui utilisent beaucoup moins d'eau, ou des systèmes distribués à plus petite échelle qui desservent des bâtiments ou des quartiers individuels, ont le potentiel d'être encore plus performants. Étant donné que chaque communauté sera confrontée à des défis différents à l'avenir, il est logique de développer une plus grande variété de systèmes de toilettes qui s'adapteront à un plus grand nombre de contextes. Les populations pourront alors choisir ce qui leur convient le mieux.

Devrions-nous sérieusement envisager d'utiliser les programmes de relance actuels pour améliorer nos toilettes et créer les toilettes de demain, plus respectueuses de l'environnement et plus accessibles ?

Les gouvernements du monde entier injectent de l'argent frais dans les infrastructures. Tout comme ils repensent les systèmes d'énergie et de transport pour mieux répondre aux défis de l'avenir, ils devraient également profiter de l'occasion pour repenser les systèmes de toilettes.

À Lire Aussi

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

Chelsea Wald vient de publier "Pipe Dreams: The Urgent Global Quest to Transform the Toilet" (non traduit en français) aux éditions Avid Reader Press / Simon & Schuster

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !