Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Crédits Photo: MAURO PIMENTEL / AFP

Anusual suspects

Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…

Depuis les années 90, on a observé une augmentation de la surface végétale de type boisée sur la planète. Cette augmentation serait selon la NASA équivalente à la surface boisée de la forêt amazonienne et la Chine et l'Inde seraient les premiers pays à porter cette dynamique dans le monde.

Thierry  Gauquelin

Thierry Gauquelin

Thierry Gauquelin est professeur à Aix Marseille Université et chercheur à l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE)

Voir la bio »

Atlantico: Pourquoi  la Chine et l'Inde ont-elles vu leur surface végétale augmenter très fortement ces dernières années ? 

Thierry Gauquelin: L'augmentation des surfaces « boisées » en Inde et Chine résulte principalement de très importants programmes de reboisement, certains très récents, comme ces pays s’y étaient engagé lors de la COP21.

Dans les pays d’Europe du Nord, notamment en France, la situation est très différente car cette augmentation spectaculaire des forêts que l’on y observe aussi est le fait ces dernières décennies d’une colonisation naturelle d’espaces abandonnés par l’agriculture et l’élevage, les reboisements ayant plutôt été réalisées de la deuxième moitié du 19ème siècle jusqu’au années 50-70.

Mais attention! les millions d’hectares plantés d’arbres en Chine et Inde, même si ils sont si importants pour fixer du carbone, ne peuvent être assimilés - pour l’instant- à de véritables forêts, caractérisées par la complexité des interactions et de leur fonctionnement et par leur biodiversité.
 

Est-ce que cela pourrait avoir un effet sur le changement climatique ? 

Effectivement augmenter les superficies forestières et faire pousser des arbres permet, par la photosynthèse, de fixer du carbone provenant du CO2 atmosphérique et donc le limiter l’augmentation la concentration de ce CO2 dans l’atmosphère,  principal gaz à effet de serre, et donc de limiter le réchauffement.  On parle ainsi de puits de carbone pour les forêts et ce puits est encore à l’échelle mondiale très efficace. Ceci correspond à ce que l’on appelle des solutions fondées sur la nature. Encore faut-il que ces forêts ne soient pas rapidement coupées et utilisées comme bois de chauffage, pour faire la cuisine ou comme bois-énergie... auquel cas le carbone repartira rapidement dans l’atmosphère.

 

De quelle manière la reforestation peut-elle améliorer la qualité de l'air ou la fertilisation des sols ?

Concernant la qualité de l’air, outre le fait que la forêt en croissance permet de diminuer la concentration en CO2, cette même forêt peut limiter la pollution par filtration des poussières, 

Concernant les sols, la litière issue des arbres enrichit progressivement le sol en matière organique et cette matière organique participe grandement à la fertilité des sols. Le sols forestiers constituent aussi un important puits de carbone  encore insuffisamment étudié.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !