Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Certains pays d'Asie comme la Chine et l'Inde n'ont pas connu d'amélioration de leurs habitudes alimentaires depuis 20 ans.
Certains pays d'Asie comme la Chine et l'Inde n'ont pas connu d'amélioration de leurs habitudes alimentaires depuis 20 ans.
©

Alarmant

Et les pays qui ont les pires et les meilleurs régimes du monde sont…

Si la Belgique était déjà mondialement connue pour ses gaufres, ses frites et son chocolat, les chercheurs expliquent que ses habitudes alimentaires comptent parmi les pires du monde. Et elle n'est pas la seule...

Une étude réalisée à l'échelle planétaire et publiée dans le "Lancet Global HealthJjournal" a recensé les différentes habitudes alimentaires répandues dans 197 pays, qui englobent 4,5 milliards de personnes, soit 90% de la population mondiale. 

Les 197 pays concernés par cette étude entre 1990 et 2010 ont été jugés selon trois critères. Tout d'abord, les chercheurs ont analysé la consommation de dix produits sains tels que les fruits et légumes, le poisson ou encore le lait. Ils ont ensuite analysé la consommation de sept produits contenant des ingrédients peu recommandés, comme les sodas, les graisses saturées, etc.

Enfin, les chercheurs ont noté ces pays sur leurs habitudes alimentaires globales. Ils ont notamment tenu compte des différences d'âge, de sexe, et de PIB selon chaque pays, avant d'attribuer à chacun d'entre eux un score allant de 0 à 100. Pour mener à bien cette étude, l'équipe de chercheurs internationaux a analysé la consommation de 17 produits alimentaires phares, ainsi que celle des aliments responsables de l'obésité et de différentes maladies cardiaques.

Les spécialistes ont constaté une amélioration particulièrement significative des régimes alimentaires dans les pays développés entre 1990 et 2010, où la consommation d'aliments sains comme les fruits et légumes a enregistré une hausse, alors que celle d'aliments gras a légèrement diminué. 

Malgré cela, les habitants des régions les plus riches comme les Etats-Unis, le Canada, l'Europe de l'ouest et l'Australie adoptent toujours des habitudes alimentaires détestables comparativement aux autres pays du monde. Ceci peut être expliqué par la consommation de nourriture grasse qui reste encore la plus importante au monde dans les pays riches, estiment les chercheurs. 

Sur la question des habitudes alimentaires globales, le Tchad, le Mali et la Sierra Leone occupent les places de tête, alors que l'Arménie, la Hongrie et la Belgique sont les pays où la nourriture consommée est la moins saine. Si la Belgique était déjà mondialement connue pour ses gaufres, ses frites et son chocolat, l'étude révèle que ses habitudes alimentaires comptent parmi les pires du monde.

Plusieurs pays d'Afrique et certains pays d'Asie comme la Chine et l'Inde n'ont toutefois pas connu d'amélioration de leurs habitudes alimentaires au cours des 20 dernières années. Les auteurs de l'étude dressent un tableau alarmant selon lequel les mauvaises habitudes alimentaires ont pris le pas sur les régimes sains dans la plupart des régions du globe. Dans une majorité de pays, les personnes âgées et les femmes semblent adopter des habitudes alimentaires plus saines que le reste de la population. 

Le Docteur Imamura, qui compte parmi les différents auteurs de cette étude a commenté : "D'ici à 2020, les prévisions indiquent que les maladies non-transmissibles représenteront 75% du total des décès. Le fait d'améliorer ses habitudes alimentaires jouera un rôle capital dans la réduction de ce chiffre. Nos travaux vont être utiles aux gouvernements et aux organismes internationaux à travers le monde. Les tendances alimentaires très distinctes que nous avons soulignées attestent d'un besoin d'identifier différentes causes, qu'il s'agisse de l'agriculture, de l'industrie, des politiques de santé publique. Des actions sont nécessaires dans différents domaines pour aider les populations à adopter des habitudes alimentaires optimales".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !