Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©ABDULMONAM EASSA / AFP

C'était le bon temps

Et la grande manif pro-Macron sur les Champs-Elysées, c'est pour quand ?

Il faudrait une imagination très fertile pour y croire. Et comme elle n'aura pas lieu, difficile de penser que le chef de l'Etat soit très populaire.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Samedi, Paris avait un petit air de mai 68. Des barricades, des pavés contre les flics, des charges contre la police. A cette différence - notable - qu'il y a 50 ans on ne pillait pas et ne cassait pas. Bien-sûr, comparaison n'est pas raison. Mais on peut quand même rappeler que mai 68 fut une révolte étudiante soutenue d'abord puis abandonnée par la CGT à la demande Moscou qui appréciait beaucoup la politique étrangère du général. On peut aussi rappeler que cette révolte se termina le 30 mai 1968. Et c'est là que nous voulions en venir.

Ce jour-là, une foule immense déferla sur les Champs Elysées. Des drapeaux avec la Croix de Lorraine. Des cris " Vive De Gaulle". La France de ce qu'on n'appelait pas encore les territoires était venue en masse pour dire qu'elle refusait la chienlit. de quoi faire rêver Macron, son gouvernement et les innombrables parlementaires LREM. Ce serait si beau une foule enthousiaste sur les Champs Elysées "Macron on t'aime" ou "Manu le peuple est avec toi". Ce serait... car le conditionnel s'impose ici avec force. Les députés LREM en contact avec la population font remonter vers Paris des informations douloureuses. Les gens ne veulent plus de Macron. Ne veulent plus des taxes, ne veulent plus d'un pouvoir qu'ils jugent méprisant. Ca s'appelle le dégagisme.

Ils ont marché une fois en 2017. Ils ne marcheront pas une deuxième fois. Voilà pourquoi ils n'iront pas soutenir Macron sur les Champs Elysées. Et si ils y vont, ce sera pour défiler avec les Gilets Jaunes.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !