Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Entretien politique

Marion Maréchal Le Pen : “Entre Juppé et Sarkozy, plutôt que de choisir entre la peste et le choléra, il faut choisir le remède”

Marion Maréchal Le Pen explique les motivations de sa participation à la Manif pour Tous ce dimanche 16 octobre. L'occasion également d'aborder ses points de divergences avec Marine Le Pen.

Marion Maréchal Le Pen

Marion Maréchal Le Pen

Marion Maréchal Le Pen est membre du bureau politique du Front national et députée de Vaucluse. 

Voir la bio »

Atlantico : Vous participez dimanche 16 octobre à la Manif pour tous contre la loi Taubira sur le mariage homosexuel et les "nouvelles offensives contre la famille et la société". Que faut-il entendre par-là ?

Marion Maréchal Le Pen : Le mariage et l’adoption homosexuels ont constitué la réforme la plus médiatique mais de nombreuses attaques beaucoup plus pernicieuses continuent d’être menées contre la famille et la filiation. Je pense au système des mères porteuses, aujourd’hui interdit en France, mais dont le recours à l’étranger est facilité par le gouvernement à travers une circulaire : la circulaire Taubira qui oblige la retranscription à l’état civil français d’un enfant né d’une mère porteuse à l’étranger. Une décision identique de la Cour européenne des droits de l’homme n’a pas fait l’objet d’appel de la part du gouvernement français alors qu’il en a encore la possibilité jusqu’au 21 octobre. C’est ainsi une véritable incitation au contournement de la loi française qui est menée par le gouvernement. De même, une circulaire punissant les gynécologues orientant leurs patientes vers l’étranger pour recourir à une PMA sans père a été abrogée récemment. Par ailleurs, les attaques fiscales contre la famille n’ont cessé de se multiplier sous ce quinquennat. Enfin, la lutte contre l’apprentissage de la théorie du genre à l’école est une bonne raison supplémentaire de manifester. Et que l’on ne me dise pas que cela n’existe pas, Christian Estrosi cette semaine a fait voté en commission plénière de nombreuses subventions pour des actions dans les lycées de PACA prônant la théorie du genre. 

Marine Le Pen ne semble pas vouloir vous suivre sur cette question. Quel est l'objet de votre désaccord concrètement ? Et votre position trouve-t-elle des alliés chez les cadres du parti ?

La seule divergence sur cette question a relevé de la participation ou non aux manifestations. A l’origine, il faut se souvenir que Frigide Barjot refusait de donner la parole aux élus du FN quant elle la donnait à tous les autres, il y avait donc de bonnes raisons pour que Marine Le Pen, eut égard à l’importance de son rôle politique, n’accepte pas de se faire traiter de la sorte.

Je rappelle que l’opposition à la loi Taubira a été votée à l’unanimité en bureau politique, que cette opposition apparaissait déjà dans le programme présidentiel de 2012 et que le Front national est le seul parti à avoir défendu sans tergiverser l’abrogation de cette loi.

Cet été, des divergences ont pu être observées entre vous et Marine Le Pen, notamment sur la loi travail. Si le FN a fustigé le projet de loi qui, selon lui, pourrait "précariser les salariés", vous avez avec Gilbert Collard déposé 25 amendements qui allaient dans un sens plutôt libéral. Comprenez-vous les personnes qui s'interrogent sur un risque de division pendant la campagne présidentielle ? Que souhaitez-vous leur répondre ?

Je leur dis qu’il m’amuse beaucoup de voir une telle pugnacité à vouloir monter en épingle de soi-disant antagonismes au Front alors que tout le monde trouve cela normal de voir cohabiter Hamon et Valls au parti socialiste ou NKM et Guaino chez les Républicains. Il n’y a pas de lignes contradictoires au Front national, il peut y avoir des analyses plus personnelles sur certains sujets d’actualité, ce qui est logique. Nous sommes un parti de rassemblement où chacun vient avec son parcours et sa sensibilité politique. Notre base commune c’est la défense de l’identité française et la de sa souveraineté, autrement dit le contenu et le contenant. Quant à la loi travail, nous avons tous conclu à l’inutilité de cette loi, Florian a mis l’accent sur le risque que faisait peser cette loi sur une concurrence au sein même des branches professionnelles, j’ai mis l’accent quant à moi sur les difficultés supplémentaires qu’elle ferait peser sur les entreprises (comme l’augmentation des heures syndicales) ainsi que sur l’absence de sujets au cœur de leurs difficultés économiques (coût du travail, charges, trésorerie, délais de paiement, effets de seuil… etc).

Quel rôle souhaitez-vous jouer justement pendant cette campagne ? 

Je n’ai pas émis de souhait particulier. Je n’aurai pas le temps de m’investir dans l’exécutif de campagne mais je continuerai de porter la parole par voie médiatique ainsi qu’à faire de nombreux meetings partout en France.

Vous êtes issue d'une famille où la politique semble être une voie presque naturelle. Souhaitez-vous continuer dans cette direction dans les prochaines années ?

Oui, je suis comme Obelix, tombée dans la marmite quand j’étais petite. Ce n’est pas moi qui choisirai mais surtout les électeurs !

Cette semaine, Louis Aliot, vice-président du FN, a déclaré que les électeurs frontistes n'iront pas "gaspiller leur temps" à aller voter à la primaire de la droite et du centre. Pourtant, plusieurs sondages montrent que ces derniers pourraient se déplacer et voter pour Nicolas Sarkozy. Comment évaluez-vous cette question ? Ce phénomène constitue-t-il une question sur laquelle les cadres du parti se penchent ?

Probablement y-aura t’il à la marge quelques électeurs frontistes qui iront voter mais sur le terrain les retours marquent plutôt du désintérêt. Nous n’appelons pas à voter pour la primaire car il ne s’agit pas de notre famille politique. Entre un Juppé et Sarkozy, l’un ne fait que dire tout haut ce que l’autre pense tout bas. C’est le même bilan du chômage, de la dette, de l’augmentation des impôts, de l’immigration légale et clandestine de masse, du communautarisme et de l’islamisme, de l’atlantisme, de la déstabilisation du Proche et du Moyen-Orient et d’une Union européenne impuissante et technocratique. Plutôt que de choisir entre la peste et le choléra, il faut choisir le remède. 

Bien que je critique ce système des primaires, importation néfaste du système américain, et que je ne souhaite pas y participer, je reconnais néanmoins la qualité politique et humaine de Jean-Frédéric Poisson dont je me sens la plus proche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !