Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

L'année prochaine, peut-être ?

Emmanuel Macron, pourquoi n'arrivez-vous pas à dire « joyeux Noël » aux Français ?

Sans doute qu'aux yeux du président de la République, « Noël » est un mot interdit.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Dans la rue, des inconnus vous croisent et vous disent « joyeux Noël » et on leur répond en leur disant la même chose. Dans les magasins, les vendeurs et les vendeuses vous souhaitent « joyeux Noël ». Vos proches, vos amis, prononcent également les mêmes mots. Noël est une fête pour tous, qui a depuis longtemps perdu sa connotation religieuse.

Moi, je dis « joyeux Noël » à tous ceux que j'aime et même à tous ceux que je ne connais pas. Macron, lui, ne peut pas. Pourtant, il est le président de tous les Français et pas seulement des musulmans. Encore que, nombreux sont ceux qui, parmi eux, déposent des cadeaux au pied du sapin de Noël.

Le chef de l'Etat n'a donc pas pu, pas voulu, prononcer les mots « joyeux Noël ». Tous les autres chefs des grands Etats n'ont eu aucune difficulté à le faire. Boris Johnson a dit « joyeux  Noël » aux Britanniques. Donald Trump et Joe Biden en ont fait de même pour les Américains. Même Erdogan, pieux musulman s'il en est, a imité leur exemple.

Macron s'est abstenu de les suivre ou de les précéder. Sans doute, dans une frilosité imbécile, a-t-il craint de choquer les tenants de Mahomet. Mais il y a là – et surtout – un manque flagrant de savoir vivre. Le jour de Noël est en effet un moment festif et amical qui efface tout.
Le 24 décembre au soir, tout est réuni pour qu'on soit heureux et que les enfants bondissent de joie quand ils ouvrent leurs cadeaux. Souhaiter un « joyeux Noël », c'est comme dire « bonjour ».

Emmanuel Macron ne sait pas dire « bonjour » aux Français. Un manque flagrant d’éducation. Il nous revient qu'un jour, il a été extrêmement poli avec ceux qui comptent les années d’après le calendrier de l'Hégire. Il s'était alors rendu au Conseil français du culte musulman pour rompre avec des imams le jeûne du ramadan. C'était l'iftar, une fête qui, contrairement à Noël, est strictement religieuse.
Nous ne demandons toutefois pas à Macron d'installer une crèche à l'Elysée. Mais puisqu’il a pu célébrer l'iftar, peut-être que l'année prochaine il pourra assister à une messe de minuit ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !