Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron a créé une "bulle médiatique".
©Reuters

Ça mousse

Emmanuel Macron, le miracle, la bulle

Le Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique Emmanuel Macron est porté aux nues par les médias, qui le voient comme l'homme providentiel de la politique française. A tort ou à raison.

Jean  de Belot

Jean de Belot

President d’Aria Partners. Ancien Directeur de la redaction du Figaro.

 
Voir la bio »

La passion qui emballe certains milieux parisiens pour l’hypothèse Macron est saisissante. Symptomatique, par son ampleur de la gravité de nos maux : puisque nous échouons beaucoup, sur presque tout, il faut un miracle, pour parvenir à tout, presque tout retourner.

Ce mouvement est régulier qui saisit certaines élitesrégulièrement, les médias très souvent et parfois le pays tout entier pour un homme providentiel. A peu près à chaque présidentielle. Encore un fois, la chimère parait cependant bien étrange.

Non qu’Emmanuel Macron ne soit pas séduisant, brillant, intelligent, décalé, moderne, adroit ; homme de gauche et banquier d’affaires ; conseiller du prince et ministre actif, séducteur et homme marié, compétent et souriant, sérieux et détendu, il est tout ; et en tout cas, couvre tout.

C’est le point d’achoppement. Car à bien y regarder, quel est son positionnement.

Depuis deux ans Macron joue dans une équipe en en critiquant le jeu. Posture confortable puisque le sélectionneur du club le garde pour qu’il étouffe le capitaine. Il dit libéral et pro-business dans une majorité social-interventionniste ; il dit, sur certains sujets, ce qu’il faudrait faire, mais en ne le faisant pas. II est à gauche avec un discours libéral. Provocateur brillant, il n’a cependant pas d’appui politique stable de ce côté-là.

Pourrait-il en avoir de l’autre ? Croit-on que les opposants d’aujourd’hui proposeraient de faire équipe avec celui qui, chaque jour a conseilléFrancois Hollande, pendant les deux années les plus calamiteuses d’une Présidence de la V ème ? Croit-on que sa posture moderne-sociétale rencontre l’assentiment de ces électeurs-là ?

Emmanuel Macron est très doué, mais il parait se tromper sur les relations entre politique et communication. Le verbe n’est pas l’action ; la critique ne fait pas l’art ; la posture ne fait pas la stature.

Il le sait très bien. Que la bulle gonfle l’amuse.  Dans le sens le plus honorable qui soit. Bien sûr.Le jeu de l’homme providentiel est doux pour qui peut demain changer de terrain ! La vraie question est plutôt pour les médias : à souffler dans la bulle, sont-ils sûrs de ce qu’ils y voient ? De la voir encore. De l’étudier ?  Quand elle éclatera, qui sera secoué ?

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !