Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©ludovic MARIN / POOL / AFP

On attend

"Edouard Philippe ne sera pas candidat contre Macron en 2022" (Gilles Boyer). Et si Macron n’y va pas ?

Etrange déclaration : ça n’allait pas de soi ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Un jour de 2017 le ministre de l’Economie vint voir le président qui l’avait nommé. Il lui annonça qu’il était dans ses intentions de se porter candidat aux élections présidentielles. Un peu estomaqué Hollande répondit : « Et si je me présente ?».

Macron resta silencieux. Le message fut immédiatement compris par François Hollande. Sa courbe de popularité étant en baisse alors que celle du chômage montait, le président de la République s’inclina devant la détermination de son ministre de l’Economie. Il renonça à se présenter et Emmanuel Macron fut élu.

Cet épisode prend tout son sens à la lumière de la dernière déclaration de Gilles Boyer, député européen LREM. Il est l’ami le plus proche d’Edouard Philippe. Difficile donc d’imaginer qu’il ait parlé sans l’avoir consulté au préalable. Il a donc lâché : « Edouard Philippe ne se présentera pas contre Emmanuel Macron en 2022 ». Ce qui pourrait aussi se comprendre par : « mais si Macron ne se représente pas, rien n’est exclu ».

Rappelons que le Premier ministre est au plus haut dans les sondages alors que le président de la République poursuit sa descente aux enfers. Imaginons – et en tout cas Gilles Boyer l’a imaginé pour nous – la scène suivante. Edouard Philippe annonce à Macron sa décision d’être candidat en 2022. « Et si je me présente ? » réplique Macron. Edouard Philippe ne répond pas.

La question qui se pose dès lors est de savoir si Macron est plus solide que Hollande. La déclaration de Gilles Boyer a beaucoup de points communs avec un poignard dissimulé dans un gant de velours. On ne peut y voir autre chose qu’une menace ou qu’un chantage.

Le contexte s’y prête. Tout Paris parle d’un remaniement ministériel et l’éjection d’Edouard Philippe fait partie des hypothèses souvent envisagées. Et là Boyer est encore plus clair. « Edouard Philippe est un point de repère pour l’électorat de centre-droit. Ce sera utile en 2022 ».

Puis il enfonce le clou : « Emmanuel Macron le sait. Il prendra donc la bonne décision ». La bonne décision ? En langage de voyous ça se dit « à bon entendeur salut ». Mais Gilles Boyer est quelqu’un de très bien élevé.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !