Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Crédits Photo: NICHOLAS KAMM / AFP

Tarifs douaniers

Des vendeurs de clous à Harley Davidson : ces premières victimes américaines qui montrent que la guerre commerciale n'est pas la bonne solution pour corriger les déséquilibres mondiaux

De Harley Davidson au producteur de clous Mid Continent Nail, les entreprises américaines commencent à souffrir de la hausse des tarifs douaniers.

Brad Setser

Brad Setser

Chercheur principal en économie internationale du Council on Foreign Relations de New York. Son expertise comprend la macroéconomie, les flux de capitaux mondiaux, l'analyse de la vulnérabilité financière, les restructurations de la dette souveraine et la gestion des crises financières. Il blogue sur Follow the Money (https://www.cfr.org/blog/Setser ).

Voir la bio »

Atlantico : Harley Davidson et Mid Continent Nail (un fabriquant de clous) sont parmi les premières entreprises américaines à réagir suite à l'instauration de tarifs douanier touchant l'acier et l'aluminium aux Etats-Unis. Comment peut évaluer l'impact de ces décisions sur l'économie américaine ? Qui en sont les gagnants et les perdants ?

Brad Setser : Les gagnants et les perdant sont faciles à identifier. Les gagnants sont les entreprises américaines qui produisent de l'acier et de l'aluminium et les employés de ces secteurs économiques. Les perdants sont les entreprises qui utilisent l'acier et l'aluminium dans leur production. Et il est évident qu'il y a bien plus d'entreprises qui utilisent de l'acier et de l'aluminium que de producteurs de ces métaux. Le nombre de secteurs, d'entreprises, et de travailleurs qui sont négativement impactés sont bien plus nombreux que ceux qui sont affectés positivement.

Les décisions prises par ces entreprises productrices de clous peuvent être directement liées à cette décision de relever les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium. Pour produire des clous, il faut de l'acier, et les tarifs douaniers rendent cette matière plus chère qu'ailleurs. Et il est plutôt évident que tous les producteurs de clous américains vont souffrir d'un désavantage concernant leurs coûts. La clé, pour une telle entreprise est le prix relatif de l'acier aux États-Unis comparativement aux prix de l'acier à l'étranger, donc la question n'est pas celle de l'augmentation du prix de l'acier au cours de ces derniers mois. Il est objectivement clair que les tarifs douaniers ont conduit les prix de l'acier américain à augmenter comparativement aux prix de l'acier en Chine ou dans d'autres marchés.

Si vous imposez des tarifs sur l'acier et pas sur les clous, vous allez désavantager les producteurs de clous. Je pense donc que la décision prise est bien liée aux tarifs douaniers.

Concernant Harley Davidson, ils avaient déjà des plans de produire en dehors des Etats-Unis, mais il n'y a pas vraiment de doute que la décision européenne de cibler Harley Davidson en guise de riposte, a contribué à leur annonce de délocalisation.

Puisque la Chine et la zone euro affichent des excédents commerciaux vis-à-vis des Etats-Unis, peut-on en conclure que ces deux zones économiques ont plus à perdre d'une guerre commerciale ? Cette guerre peut-elle avoir pour objectif de forcer ces zones à supporter plus fortement leur demande intérieure pour équilibrer leur balance commerciale ?

Il serait peut-être trop simple de penser qu'un excédent commercial est synonyme de plus grande vulnérabilité. C'est un facteur pertinent, mais il n'est pas le seul. La capacité des entreprises américaines à supporter des prix plus élevés sur ses importations, puisque les tarifs douaniers touchent également d'autres biens, n'est pas infinie. Vous ne pouvez pas juste dire que la Chine exporte plus vers les Etats-Unis que l'inverse, et que les Etats-Unis gagneront en "moyenne", parce que les coûts imposés par les tarifs douaniers sur l'économie américaine, sur ses importateurs, ses consommateurs, sont importants.

Je pense qu'il y a des problèmes majeurs du côté de la demande en Europe et dans une partie de l'Asie, et dont la résorption pourrait permettre de rendre la demande mondiale plus forte, et plus saine dans le cas de la Chine (qui se repose bien trop fortement sur l'investissement plutôt que sur la consommation). Il est certain qu'il serait bien plus sain de voir apparaître une réponse de ce type de la part de l'Europe et de la Chine.

Mais il faut également noter que la hausse du déficit budgétaire américain, malgré ces décisions sur les tarifs douaniers, peut conduire à une augmentation du déficit commercial américain. Notamment parce que le dollar augmente, qu'il est donc plus difficile pour les Etats-Unis d'exporter et que cela créé de nouvelles opportunités pour les entreprises européennes et chinoises. Vous ne pouvez pas exclusivement regarder le commerce bilatéral pour déterminer comment une économie va réagir à la hausse des tarifs douaniers.

Quel est l'impact des décisions prises par Donald Trump sur ses électeurs ? Est-ce que l'objectif politique de protéger les emplois industriels peut produire un résultat économique ?

Il y a bien quelque chose que Donald Trump veut montrer aux entreprises et aux salariés ; qu'il agit là ou les autres n'ont rien fait. Il espère que ses actions vont les différencier des présidents précédents aux yeux des électeurs. Mais il ne faut pas minimiser la vision économique de Donald Trump sur le commerce mondial. Cela vient de ses convictions personnelles et non pas uniquement d'un simple calcul politique. Ces actions sont le résultat d'idées ancrées profondément et depuis longtemps chez lui ; que les Etats-Unis sont victimes de mauvais accords commerciaux avec le reste du monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !