Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Crédits Photo: M. KORNMESSER / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP
trous noirs trou de ver

Galaxie

Des scientifiques découvrent des mini tunnels de trous noirs qui pourraient être utilisés pour voyager aux confins de l’univers

Des experts viennent de publier un article scientifique dans lequel ils émettent l’hypothèse que certains trous noirs supermassifs pourraient déboucher sur des trous de ver. Que savons-nous actuellement de l’existence des trous de ver dans l’espace ?

Olivier Sanguy

Olivier Sanguy

Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Des experts de l’observatoire astronomique de Pulkovo en Russie émettent l’hypothèse que certains trous noirs au centre de certaines galaxies pourraient être l’entrée de trous de ver. D'abord qu'est-ce qu'un trou de ver ? Ensuite, ces derniers relient-ils deux points dans l’espace et dans le temps comme le pensent certains chercheurs ?

Olivier Sanguy : Les trous de ver sont des objets théoriques et constitueraient en effet (le conditionnel est important !) une passerelle ou un raccourci entre 2 points de l’espace-temps. En passant par le trou de ver, on voyagerait d’un point à l’autre de l’univers (ou vers un autre univers selon certains modèles) bien plus rapidement que si on devait accomplir le trajet classiquement avec la vitesse de la lumière comme limite incontournable. Même s’ils ont été abondamment utilisés dans la science-fiction, les trous de ver ont une base théorique mathématique. Mais il faut comprendre que cela reste très spéculatif. Plusieurs scientifiques ont ainsi construit des modèles en équation sur ce que serait un trou de ver, mais pour le moment aucun n’a été observé. C’est d’ailleurs pourquoi Mikhail Piotrovich de l’observatoire de Pulkovo que vous citez, avec 3 collègues, a émis l’idée que l’observation des rayonnements gamma des trous noirs pourrait permettre de détecter un trou de ver. Dans une publication du 21 août 2020 sur Arxiv (), ces scientifiques avancent que certains trous noirs supermassifs au centre des galaxies pourraient en fait être des trous de ver. Pour différencier un «faux» trou noir d’un trou de ver, il faudrait détecter des radiations gamma émises selon certaines conditions et qui seraient alors la signature d’un trou de ver.

Que savons-nous actuellement de l’existence des trous de ver dans l’espace ? Sont-ils similaires aux trous noirs ?

Toujours selon Mikhail Piotrovich et ses collègues, les trous de ver peuvent ressembler sur le plan observationnel à un trou noir. Sur le plan théorique en revanche, si le trou noir est, dans son concept actuel, une sorte de puits sans fond gravitationnel, le trou de ver serait lui cette passerelle, ce tunnel reliant 2 points de l’espace-temps. Il n’y a au passage pas un seul modèle théorique de trou de ver puisqu’on peut développer plusieurs «solutions» mathématiques. Le tout sera de savoir si ces objets ne sont que théoriques ou s’ils correspondent à une réalité.

À la manière d’Interstellar, pouvons-nous penser ne serait-ce qu’une minute qu’un vaisseau pourrait voyager à l’aide de ces trous de ver ?

L’idée est tellement tentante ! Pour son film, Christopher Nolan a fait appel au physicien couronné par un Prix Nobel Kip Thorne en tant que consultant. Ce qui a été abondamment souligné par la campagne promotionnelle d’Interstellar au passage. Kip Thorne a en effet bâti avec Michael Morris le trou de ver dit Morris-Thorne qui est théoriquement traversable. À nouveau, si la construction mathématique tient debout, on ne sait pas si elle correspond à une réalité physique. L’attrait du trou de ver réside dans cette possibilité de voyage en s’affranchissant de la limite de la vitesse de la lumière, mais sans violer la relativité d’Einstein. Dans son roman Contact de 1985 adapté au cinéma en 1997 avec Jodie Foster, l’astronome américain Carl Sagan imaginait qu’une civilisation extraterrestre nous envoyait par ondes radio les plans d’une machine pour les rejoindre et entamer une première discussion (le contact du titre). La solution retenue par Carl Sagan était le trou de ver. Kip Thorne aurait donné à l’époque à Sagan l’idée de ce mode de transport. On le voit, le concept n’est pas récent et depuis il est toujours un modèle théorique qui attend d’être confirmé ou infirmé par l’observation.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !