Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Si la plupart des Français comprennent l’urgence de l’accueil des migrants, ils posent quelques conditions légitimes qu’il est interdit d’ignorer."
"Si la plupart des Français comprennent l’urgence de l’accueil des migrants, ils posent quelques conditions légitimes qu’il est interdit d’ignorer."
©Reuters

L'herbe, plus verte qu'ailleurs

Débat sur les migrants : le Parlement saura-t-il éviter le piège de la haine de soi ?

Les parlementaires français doivent statuer mercredi 16 septembre sur la question des migrants. Lors de la crise, nombreux ont été les commentateurs à montrer en exemple l'Allemagne... Quitte à mettre sous le tapis les conditions particulièrement avantageuses d'accueil dans l'Hexagone.

Fabrice Haccoun

Fabrice Haccoun

Fabrice Haccoun est vice-président de l’UDI 95, entrepreneur, et magistrat au sein du Conseil des Prud’hommes de Paris. Il est également auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (50eme AED) et membre du Conseil Stratégique pour l’Attractivité.
Voir la bio »

1995, Jacques Chirac décide de reprendre les essais nucléaires dans le pacifique. L’Australie qui conteste la présence de la France dans cette région prend la tête d’une campagne de dénigrement d’une rare violence. Des commerces français basés en Australie déposeront le bilan, Le boycott mettra certaines entreprises françaises en difficulté. A Paris en guise de réponse à ce déferlement de haine, le Wolomolo, restaurant Australien de la place de la Bastille ne désemplit pas. Pire même, de nombreux Français prendront le parti de l’Australie sous couvert de bonnes intentions écologistes.

1995, j’avais 25 ans, je me sentais bien seul à souhaiter que nous répondions a la grossière manipulation politique australienne avec les même armes. Déjà à l’époque, je trouvais que mes concitoyens avaient bien peu d’amour propre.

A l’occasion de cette crise dite "des migrants" je ressens à peu près à même chose. D’où vient cette détestation de soi qui anime les français ? Je ne trouve pas de mot assez fort pour qualifier ce que j’éprouve lorsque j’entends des responsables politiques, des artistes nationaux et beaucoup de nos concitoyens qualifier les Français d’égoïstes et de racistes. Les accuser d’ostracisme par comparaison avec les gentils et généreux Allemands.

Je pose donc quelques questions : Dans quel pays au monde, un étranger en situation irrégulière peut se faire soigner gratuitement et pas seulement pour des soins d’urgence. Dans quel autre pays, il a le droit à une assistance juridique gratuite. Dans quel pays au monde, un être humain quelle que soit sa nationalité accède gratuitement à un système de soin complet, a un système scolaire développé tout aussi gratuit, a un enseignement supérieur aussi accessible, a des allocations de toutes sortes y compris quand il est en infraction avec le droit de la famille. Il suffit de se promener dans les quartiers populaires de Paris en ce moment pour y croiser des milliers de personnes fraichement immigrées. A chaque fois que j’ai besoin de travaux de proximité chez moi, je fais appel à une association dénommée Tremplin. Celle-ci m’envoie des salariés tout justes arrivés en France en provenance du Rwanda, du Maroc ou de Tunisie pour les trois derniers que j’ai sollicitée. AME (aide médicale d’état), RSA (revenu de solidarité active), CMU (couverture mutuelle universelle) et autres allocations ne sont pas des acronymes vides de sens mais bien des milliards d’euros issus de la solidarité des Français et distribués sans distinction aux Français comme aux étrangers que nous accueillons. Certains étrangers bénéficiant de l’AME sont même mieux soignés que de nombreux Français. Voilà une singulière expression du racisme et de l’égoïsme !

Quant à la comparaison avec l’Allemagne, elle appelle deux remarques : la première est que si le gouvernement Allemand qui joue à l’apprenti sorcier démographique a l’air plutôt enclin à accueillir des réfugiés, il ne semble pas que ce soit le cas de tous les Allemands si on en juge au nombre d’agressions de migrants qui a eu lieu là-bas. La seconde est que je veux bien que nous nous comparions avec l’Allemagne à condition que nous le fassions pour tout. En effet, si ce pays peut se permettre d’accueillir des migrants et d’y consacrer des ressources, c’est qu’il est installé sur des bases économiques solides, qu’il a mené ses réformes et qu’ainsi, il dispose des marges de manœuvre pour envisager des mesures d’accueil et d’intégration.

C’est un euphémisme de dire qu’en France nous en sommes loin. Notre industrie est en lambeau, nous menons une politique sociale aussi dispendieuse qu’improductive, le train de vie de l’état est insoutenable, le modèle d’intégration républicain est en panne, nous avons tellement laissé filer les déficits que le service de la dette à lui seul devient insupportable, l’ordre républicain n’est plus assuré sur tout le territoire, les services publics en particulier ceux liés aux soins sont exsangues, nous sommes en retard sur la construction de plusieurs centaines de milliers de logements et notre code du travail exclue tous les jours plus de citoyens de l’emploi. Comment dans ces conditions pouvons-nous décemment massivement accueillir des étrangers. Comment allons-nous expliquer au six millions de personnes (françaises ou étrangères) mal-logées que tout à coup nous avons trouvé les ressources pour abriter des gens. J’entends déjà les bien-pensants me traiter de facho et d’inhumain parce que je pose des questions essentielles. J’entends même par avance ceux qui vont me renvoyer mes origines à la figure un peu comme Bruno Mazure l’a fait via Twitter avec Arnaud Klarsfeld qui a eu l’audace de poser une question de bon sens. Question qui s’avère justifiée si on en juge par la véritable histoire du petit Aylan et de la famille Kurdi. La machine à abrutir les masses est en marche. A la manœuvre, la gauche, celle qui a désintégré la République avec la complicité passive et coupable d’une droite trop complexée, encore enferrée dans Vichy et la Guerre d’Algérie. En renfort, le gotha des stars et autres célébrités millionnaires, ces vedettes qui font la tournée des enfoirés dans des Palaces et qui viennent donner des leçons de générosité a des Français qui n’arrivent plus à payer leur loyer. 

Si la plupart des Français dont je suis, comprennent l’urgence de l’accueil des migrants, ils posent quelques conditions légitimes qu’il est interdit d’ignorer :

  • Que les pouvoirs publics fassent un travail de pédagogie à leur égard et qu’ils répondent aux questions qu’ils se posent au lieu de les traiter de racistes et d’égoïstes.
  • Qu’ils fassent preuve de discernement dans l’octroi du statut de réfugié et ne réagissent pas exclusivement sous le coup de l’émotion. Que l’effort soit fait et coordonné au niveau européen.  Cette Europe si nécessaire et rendue impotente par un élargissement irrationnel. Pour mémoire la France est le pays d’Europe qui a le plus faible taux d’expulsion des étrangers dont la demande d’asile politique a été rejetée. A force d’abuser des droits, nous finissons par les rendre inopérants au moment où il faudrait légitimement les appliquer.
  • Que des conditions d’accueil dignes soient établies pour que la France ne devienne pas un Sangatte géant. Lorsqu’on se promène à Barbes ou à Stalingrad, on est en droit de s’interroger sur la manière dont l’accueil des migrants est géré par l’administration française.
  • Et enfin que, tout en traitant l’urgence, nous trouvions des solutions de fond, militaires mais aussi économiques. Le Co-développement est un des grands échecs des pays riches, il est temps qu’ils se remettent en question sur ce sujet et qu’ils préparent des maintenant l’après-crise comme l’ont fait Roosevelt, Churchill et Staline à Yalta alors que la 2eme guerre mondiale battait encore son plein. Le monde a changé et beaucoup de responsables politiques continuent à utiliser une grille de lecture dépassée. Parce que nous ne pourrons ériger de murs autour de l’Europe, il faut que nous fixions les populations sur place et pour cela, il n’y a qu’une solution, le développement économique.

 

Il est temps que notre pays, à travers ses concitoyens retrouve un peu d’estime de soi, qu’il rompt définitivement avec cet esprit de repentance. Ce sentiment stérile qui pousse certains dirigeants à nier l’histoire de France, à la réécrire parfois tout en culpabilisant les Français. Il faut rompre définitivement avec  cette idéologie archaïque marxisante qui empêche la France d’entrer de plain-pied dans le 21eme siècle. La France n’est pas raciste et égoïste,  elle en fait même bien plus que la plupart des autres pays et pas seulement depuis que cette crise des migrants n’apparaisse. Elle est juste très mauvaise en communication. Contrairement à l’Allemagne, championne toute catégorie de nombre de travailleurs pauvres qui est en train de régler sur le dos du reste de l’Europe son souci de vieillissement de population en faisant passer cela pour de l’altruisme. L’Allemagne dont l’avantage compétitif est mis à mal par ce vieillissement a opportunément choisi cette crise des migrants pour régler son problème tout en se rachetant une virginité humaniste. Cette Allemagne que toute l’Europe honnissait pour avoir imposé l’austérité est devenue en quelques semaines l’exemple à suivre. Que mes concitoyens me pardonnent mais nous ne sommes pas égoïstes ni racistes. Il faut juste que nous soyons bien cons pour tomber ainsi dans le panneau.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !