Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Il n'y a pas eu de pugilat entre François Fillon et Alain Juppé.

Pas de vagues

Débat décisif : ex æquo sur la forme, Fillon vainqueur sur le terrain des valeurs de droite

Dans un débat concentré, parfois tendu, Alain Juppé n'a pas réussi à prendre l'ascendant sur son rival en dépit de ses interpellations répétées.

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Avant le débat de l'entre deux tours de la primaire de droite et du centre, il restait un peu de suspense : François Fillon, qui avait déjoué tous les pronostics du premier tour en se détachant en tête avec 44,1%  des voix pouvait-il encore être battu par Alain Juppé qui totalisait 16 points de moins de moins que lui au soir du premier tour ? Oui, s'il s'était produit un de ces évènements qui renversent la table, un échange comme celui qui avait marqué le tournant de la campagne de 1974, lorsque Valéry Giscard d'Estaing lança à François Mitterrand : "Vous n'avez pas le monopole du coeur "! Ou encore si François Fillon s'était retrouvé sur la défensive à la suite d'un échange particulièrement ciblé.                       

Or, il n'en a rien été. Le débat s'est déroulé dans une ambiance certes concentrée voire tendue par moments, mais les deux protagonistes n'étaient pas à "couteaux tirés". Il n'y a pas eu de pugilat et Alain Juppé n'a pas réussi à prendre l'ascendant sur son rival en dépit de ses interpellations répétées. Au risque de paraitre raide, François Fillon est resté dans son sillon, préférant regarder devant lui plutôt que de se tourner vers Alain Juppé qui le "cherchait", sans toutefois l'agresser. Le début de polémique lancée par Alain Juppé  à propos de la position de François Fillon sur  l'avortement a provoqué des réactions indignées dans les rangs des Républicains et de l'UDI, et entrainé un repli du maire de Bordeaux, qui a certes réclamé une clarification sur ce sujet à son rival, mais sans tomber dans l'invective. C'est donc avec une certaine tranquillité que François Fillon a pu parler de "caricature" et affirmer qu'il n'a jamais songé à remettre en cause le droit l'avortement. "Nous n'aurions pas dû avoir ce débat stupide", a-t-il  même ajouté.

Alain Juppé se plaint des attaques "ignominieuses" dont il a été l'objet et de la campagne de désinformation dont il est victime à propos de ses liens présumés avec l'islam? Son concurrent minimise "il ne faut pas exagérer". Quant à leurs projets respectifs  en matière de suppression du nombre de fonctionnaires, de code du travail, de dépenses de santé, ils ont été clairement exposés,-avec un peu plus de précisions techniques, (-technocratiques, diront ses adversaires),  par Alain Juppé,- avec plus de volonté politique par François Fillon, qui parle d'objectifs sans entrer dans les détails. Alain Juppé démontre-t-il qu'il sera difficile  de supprimer 500.000 emplois  publics ou d'organiser un référendum dès le mois de septembre 2017 (-trois mois après la présidentielle et les législatives), pour faire adopter certaines réformes? Fillon répond que le temps de travail augmentera ! A voir! Alain Juppé l'interpelle-t-il sur les soutiens qu'il reçoit de la part de personnalités d'extrême droite ? François Fillon temporise : il ne les a pas débauchées, et il ne pactisera "jamais" avec Madame Le Pen. Au cours du débat il n'a pas été mis en difficulté, même si Alain Juppé a semblé avoir davantage étudié la faisabilité des réformes.

Mais aujourd'hui la Droite le juge trop tiède et  n'aspire pas au "rassemblement "prôné par Alain Juppé, qui est comme François Fillon en faveur de la suppression de l'ISF, et de l'augmentation du plafond du quotient familial .Cela a été rapidement démontré : l'instantanéité étant  devenue la règle ,on a appris aussitôt le débat terminé que 57% des téléspectateurs, (-et 71% des téléspectateurs de droite), ont jugé François Fillon le plus convaincant , et 66% des téléspectateurs consultés pensent qu'il est celui qui "veut changer les choses". Par ailleurs, autre critère des temps modernes, c'est François Fillon qui  a eu le plus de nouveaux abonnés Twitter (1629 de plus), entre 19 et 23 heures. Pour autant Alain Juppé n'en a gagné que 800 au même moment, même s'il détient le compte le plus populaire.

Que se passera-t-il dimanche prochain ? Ce débat va-t-il remobiliser les électorats respectifs ou seulement celui du vainqueur présumé ? Lors de la primaire de la Gauche en 2011, le nombre d'électeurs du deuxième tour avait augmenté par rapport au premier, confortant la victoire de François Hollande. Ses amis se réjouissent de la probable désignation de François Fillon. Ont-ils raison?

>>> A lire aussi : Revivez le débat décisif de l'entre-deux-tours entre François Fillon et Alain Juppé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !