Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Reuters

Vieux frères fâchés ?

De la droite forte au Collectif horizon : pourquoi Guillaume Peltier ne soutiendra pas Geoffroy Didier dans sa campagne pour la primaire

Les pères de la Droite Forte ont choisi deux voies différentes en vue de 2017. L'un vient d'annoncer sa candidature à la primaire, l'autre fonde un nouveau mouvement pour peser sur le débat d'idées. Ils pourraient ne pas soutenir, in fine, le même candidat.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio »

Ça s'appelle avoir le sens du timing. Geoffroy Didier avait à peine fait deux, peut-être trois, plateaux télé pour défendre sa candidature à la primaire que son vieille acolyte, Guillaume Peltier, annonçait la création d'un nouveau mouvement. Horizon est né du rapprochement de la Droite Forte avec Sens commun -émanation politique de La Manif pour tous de 2013- et l'UNI, le syndicat des étudiants de droite. Objectif : peser dans le débat de la primaire de la droite et du centre sur trois thématiques : l'éducation, l'Europe et la famille. Et les fondateurs de préciser, fort à propos, que le mouvement n'a pas encore choisi le candidat qu'il soutiendra. Mais quid de Geoffroy Didier ? N'est-il pas le candidat naturel du mouvement dont il est l'un des fondateurs ? Ecartelée entre ses deux papas, la Droite Forte serait-elle en train de succomber. A moins qu'elle ne fasse des bébés?

"La Droite forte, je continue, affirme Geoffroy Didier, j'ai seulement exprimé ma liberté en étant candidat. J'ai prévenu Guillaume de ma démarche, je ne l'ai pas consulté. Je l'ai informé comme Brice Hortefeux et Valérie Pécresse avec qui je travaille à la Région". Et le candidat ajoute, comme sur la défensive: " de nombreux militants soutiennent ma démarche. Guillaume, lui, veut peser dans le débat d'une manière différente".

"On veut faire en sorte de passer d'un débat de personne à un débat d'idées, que les idées soient le vecteur du rassemblement", confirme Olivier Vial, président de l'UNI qui entend ainsi faire valoir ses positions en faveur de la lutte contre l'illettrisme.

"Guillaume et Geoffroy sont arrivés tous les deux à des choix différents, ça ne veut pas dire qu'ils ne s'entendent plus", affirme l'ancienne complice, elle aussi cofondatrice de la Droite Forte, Camille Bedin qui planche aujourd'hui sur le programme de Jean-François Copé. Pour elle, la démarche de Guillaume Peltier est porteuse d'avenir : " ça veut dire que les idées que l'on a porté sont diffusées. C'est bien qu'il aille dans ce sens-là, qu'il ne soutienne aucun candidat ça ne fait pas de mal. On porte des idées pas des hommes, on cherche à diffuser un message auprès des candidats qui se positionneront en temps voulu". Et d'ajouter: "Jean François Copé sera ravi de les entendre, je vais d'ailleurs solliciter Horizon pour échanger avec eux sur l'éducation. Sur le mariage, en revanche, la position de mon candidat est très claire et ça ne le fera pas évoluer". L'idée pour les fondateurs d'Horizon est donc d'organiser des réunions publiques, de publier des tribunes, afin de rendre leurs idées incontournables et de forcer les candidats à se déterminer par rapport à elles.

Ce serait donc une question de méthode qui aurait séparé les deux hommes, l'un convaincu que les idées doivent être incarnées par un homme, l'autre préférant la démarche collective et visant plutôt les législatives. Le mouvement entend, en effet, peser sur les investitures

Mais la méthode n'est pas la seule divergence entre les deux anciens complices. Selon leurs proches, l'un aurait pris ses distances par rapport à Nicolas Sarkozy et l'autre non. "Ils ont été en désaccord sur ce point, pour l'un d'eux, le candidat naturel, c'est Nicolas Sarkozy alors que Geoffroy a bien insisté sur le besoin de renouveau".

La démarche de Guillaume Peltier viserait-elle à réconcilier l'ancien Président avec les opposants au mariage pour tous qu'il a déçu en affirmant que la loi Taubira ne serait pas abrogée. L'homme serait-il en service commandé ? "Le candidat naturel de Guillaume ça aurait été Laurent Wauquiez, mais si Laurent ne se présente pas, Guillaume appellera à voter Sarkozy", croit savoir un proche.

Et pour éviter d'être pris en otage, les partenaires de la Droite Forte ont imposé une règle: "Nous sommes trois organisations avec des logiques très différentes, des agendas différents, on a donc décidé de se fixer des grandes dates, et notamment nous nous sommes mis d'accord pour ne soutenir aucun candidat avant le mois de Septembre et le début de la campagne officielle, après chaque structure reprendra sa liberté. L'UNI ne donnera aucune consigne de vote", explique Olivier Vial. La Droite Forte en revanche...

Mais s'ils ne sont d'accord ni sur la méthode ni sur les hommes à soutenir, les deux amis ont toujours un objectif commun : faire avancer les idées de la droite de la droite. Comme le résume Camille Bedin: "La Droite Forte on s'en fiche, l'important c'est notre famille politique". La motion défendue par la Droite Forte lors des élections internes de 2012 avait obtenu 28% des voix, arrivant bonne première, reste à savoir si Guillaume Peltier et Geoffroy Didier auront le même pouvoir d'influence séparément.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !