Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©Stefan Puchner / dpa / AFP

Eins, Zwei, Polizei

Criminalité en Allemagne : cinquante nuances d'enfumage statistique

La diminution de la criminalité en Allemagne est une supercherie statistique.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

Est réel ce qui m'arrange: selon ce (puéril) principe, les médias-des-milliardaires et leurs séides acclament toute baisse (réelle ou factice) de la criminalité - mais nient en revanche, toute hausse du crime - signalée par les mêmes sources. Il est alors risible de voir ces médias multiplier de pointilleuses contorsions, genre "sait-on bien ce qu'on mesure... les instruments sont-ils pertinents..."

Récemment encore, tel est le cas avec l'Allemagne, où la criminalité aurait baissé malgré la vague migratoire - suivez mon regard. Or ladite "baisse" est factice : même superficielle, toute vérification le démontre. Ce bien sûr, si l'on lit les statistiques en allemand.

BIDONNAGES DE LA POLICE ALLEMANDE (BKA, BundesKriminalAmt) :

- sa statistique (PolizeilicheKriminalStatistik, PKS) compte comme infraction tout passage illicite d'une frontière nationale; après la vague migratoire de 2015, quand par exemple 100 000 clandestins de moins entrent dans le pays, la statistique du BKA diminue d'autant.

- Les données du BKA incluent les seules infractions fédérales élucidées (AufgeklärtenStraftate) ; or 45% des crimes et délits connus de la police allemande ne le sont pas - ni bien sûr, le "chiffre noir" (écart entre infractions commises et connues). 1 cambriolage sur 6 est par exemple élucidé : on imagine l'effet d'entonnoir que le comptage de ces seuls faits suscite... De plus, le syndicat de police Bund Deutscher Beamter estime que 90% des crimes sexuels sont "oubliés par les statistiques" (hou-hou, les féministes !)

• Rappel 1 : crimes sexuels imputables aux migrants : 2013, 2 par jour ; 2014, 3/jour ; 2015, 5/jour ; 2016, 9/jour ; 2017, 13/jour.

• Rappel 2 : en Allemagne, 1 habitant sur 8 est étranger ; sur 3 inculpés de crime, 1 étranger. Donc : ± 9% des étrangers y commettent ± 33% des crimes (infractions les plus graves). A l'inverse, 68% des victimes de crimes violents sont Allemands.

• Rappel 3 : infractions commises en Allemagne par 100 000 individus : Allemands, 153/100 000 ; étrangers en général, 768/100 000 ; demandeurs d'asile, 2 437/100 000 ; rapport de 1 à 6 entre Allemands et migrants.

• Rappel 4 : le bazar règne jusqu'aux homicides - d'usage, les statistiques les plus fiables : nombre d'homicides criminels seraient ainsi récemment"oubliés", nul ne vérifiant jamais la mention "mort naturelle" d'un médecin légiste allemand - peut-être étourdi ou soudoyé.

FACE AU CRIME, L'ETAT ALLEMAND EN DÉROUTE

- Avortement de justice - nouvel an 2015 à Cologne : 650 femmes portent plainte pour agression sexuelle ; 290 enquêtes ouvertes ; 52 inculpés "la plupart d'origine algérienne ou marocaine", 50% en Allemagne depuis peu ; 43 procédures judiciaires lancées. Enfin, 3 condamnations, dont deux sursis.Au-delà, une enquête fédérale du début 2017 (dernière disponible) révèle que 38,8% des viols sont le fait d'étrangers (± 11% des résidents enAllemagne).Sur les 6 476 infractions à caractère sexuel connues en 2016 (par million d'individus): Allemands, 54/1 million ; étrangers en général, 279/1m. ; demandeurs d'asile (Zuwanderer), 875/1 m.(hou-hou, les féministes !)

- Avortement administratif : sur 3 800 signalements de migrants-criminels de guerre - donc individus dangereux, assassins putatifs, etc. - 28 enquêtes ouvertes, résultats inconnus.

- De janvier à mai 2018 (derniers chiffres disponibles) 23 900 expulsions sont décidées (déboutés du droit d'asile, criminels, etc.) Seules 11 100 sont diligentées ; 53% de ces individus dangereux restent en Allemagne ; plus de 100 000 au total, de 2015 à la fin 2018.40% des infractions attribuées aux migrants étant le fait de 1% de ceux-ci, la présence de criminels endurcis parmi eux est avérée.

Ainsi, sous la statistique-tisane du BKA, l'examen précis des chiffres disponibles révèle:

- Que l'Allemagne subit bien une crise criminelle,

- Ce largement du fait de non-Allemands, souvent migrants.

Les Allemands voient bien que la situation s'aggrave - malgré les 78 milliards d'euros dépensés entre 2014 et 2018 pour gérer l'afflux de migrants -tout comme le lien crime-migration. (Sondage ARD, juillet 2018) :

- L'immigration est traitée dans la négligence et le désordre : oui, 72%

- Je suis hostile à la politique migratoire de Mme Merkel : oui, 78%.

Nos sources sont à disposition sur demande.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !