Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'une de vos stratégies d’autodéfense consiste à communiquer à la personne sur quel sujet elle est autorisée à vous attaquer.
©Flickr/educationdynamics

Vaisselle cassée

Comment se défendre lors d’une dispute amoureuse (et comment s'en sortir indemne)

"Qui aime bien, châtie bien". Cet adage explique peut-être pourquoi les querelles amoureuses sont souvent si violentes. Hartley Karinch et Maryann Karinch livrent quelques clés pour organiser sa défense et être moins affecté par une dispute avec sa moitié. Extraits de "Comment démasquer les menteurs et obtenir la vérité" (2/2).

Hartley Karinch et Maryann Karinch

Hartley Karinch et Maryann Karinch

Hartley Karinch et Maryann Karinch sont les auteurs du livre "Comment démasquer les menteurs et obtenir la vérité" aux éditions de l'Opportun.

Voir la bio »

La meilleure autodéfense dans une dispute amoureuse, comme dans le domaine professionnel, consiste à personnaliser la discussion – à faire en sorte qu’il soit dangereux pour la personne de suivre le fil de sa pensée, parce que son attaque contre vous est une attaque contre elle-même. Vous voulez que cette personne ait tout intérêt à ce que vous restiez entier. Fondamentalement, c’est une variation sur l’argument employé avec le patron qui essaie de vous licencier : « Vous m’avez choisi et vous êtes quelqu’un d’intelligent, alors comment pourrais-je être mauvais ? »

Malheureusement, dans les disputes intimes, je sais que ce n’est pas aussi simple. Peut-être ce que vous pouvez espérer de meilleur est-il d’échapper à la discussion en conservant un minimum de respect de vous-même. Pendant que quelqu’un vous attaque verbalement, cherchez ses points faibles. Ne réfutez pas tout de suite ses arguments – ou ne les réfutez pas du tout. Retenez simplement les erreurs concernant les faits, les défauts de logique, les réactions émotionnelles. Que ces erreurs grossières vous construisent tout le temps où cette personne essaie de vous démonter.

[…]

Nous vivons à une époque où nos existences sont tellement saturées par les médias que nous avons du mal à séparer les faits de la fiction. Consultez le site "Urbanlegends" si vous voulez un échantillon des choses ridicules que les gens sont prêts à croire – souvent construites sur une logique circulaire. Chaque fois que vous avez affaire à quelqu’un qui ne peut pas trouver une raison à quelque  chose, mettez en doute la source de l’information. Très souvent, vous découvrirez que l’argument s’appuie sur la supposition d’origine pour soutenir sa réalité. La logique circulaire dans une discussion permet à quelqu’un de vous faire emprunter un chemin tortueux qui ne s’appuie sur aucun fait réel. Quand quelqu’un projette ses échecs sur vous parce que vous l’avez embauché et que le licencier vous retomberait dessus, c’est un exemple de logique circulaire. Défendez-vous avec une véritable logique.

Quand j’étais un spécialiste de 21 ans, un adjudant-chef m’a hurlé dessus pendant 45 minutes. Au cours de sa péroraison, il m’a lancé divers qualificatifs et a aboyé : « Vous ne porterez jamais de galons verts dans mon bataillon. » Les galons verts sont un signe distinctif porté par les troupes d’infanterie et des armes combattantes quand elles accèdent à un poste dirigeant. Je n’étais pas dans une spécialité militaire qui m’aurait qualifié pour obtenir des galons verts. Après trente-cinq ans dans l’armée, ce type aurait dû le savoir. Son ignorance m’amusa, ce qui me distança de sa tirade. C’est exactement le genre de stupidité sur lequel vous voulez vous concentrer quand quelqu’un se déchaîne contre vous.

Une autre part de votre stratégie d’autodéfense consiste à communiquer à la personne sur quel sujet elle est autorisée à vous attaquer. Par exemple, je veux que vous attaquiez le gamin rouquin aux grandes oreilles. Je sais me défendre contre ça. Je ne veux pas que vous attaquiez mon incompétence pour ce qui est de réparer la toiture, ou ma procrastination concernant la réparation de la toiture, qui maintenant s’est mise à fuir. Si je suis coupable de ces fautes, mes défenses sont plus faibles. À quel sujet votre conjoint va-t-il s’en prendre à vous ? Vous êtes gros. Vous êtes maigre. Vous avez un gros nez. Vous ne regardez pas où vous allez. Vous envoyez la voiture dans le mur. Vous avez raté votre brevet. Vous êtes mauvais cuisinier. Vous êtes au chômage. Vous faites des fautes d’orthographe. Vous buvez trop. Quel que soit le sujet, vous êtes déjà au courant. Mémorisez un mot-clé qui vous fait passer en mode défensif fort, et faites-le résonner sans relâche dans votre tête quand quelqu’un le mentionne lors d’une attaque contre vous. Vous devez pouvoir penser : « Si c’est tout ce que tu as à dire, tu es un incapable. Je suis bien d’autres choses que ça, et tu ne peux pas y toucher. »

Pour me répéter, trois techniques vous aideront à sortir de la discussion avec un minimum de respect de vous-même et de clarté mentale :

- Neutralisez l’effet de l’attaque verbale en vous concentrant sur ses défauts.

- Projetez la part de vous-même que cette personne est autorisée à attaquer. Concentrez l’attention sur un aspect de vous que vous savez défendre. Vous voulez éviter d’inviter des mots ou actions qui vous mettront en mode limbique.

- Activez votre champ de force. Vous vivez avec cette personne. Vous savez sur quoi se fondent ses attaques. Ayez des pensées protectrices fermement ancrées dans votre esprit : « Si j’entends X, je pense à Y. »

Et quand vous vous retrouvez en train de glisser dans le mode limbique, sortez-en immédiatement. Visualisez. Calculez combien cela vous coûterait d’aller passer une semaine de vacances à Cancun. Prenez n’importe quelle autre initiative qui vous ramènera à un mode de pensée cognitif.

____________________________________________

Extraits de "Comment démasquer les menteurs et obtenir la vérité" aux éditions de l'Opportun (14 avril 2011)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !