Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Comment le chat est devenu le malheureux souffre-douleur du monothéisme chrétien
©Luis ACOSTA / AFP

Bonnes feuilles

Comment le chat est devenu le malheureux souffre-douleur du monothéisme chrétien

Tout le monde connaît l’imaginaire superstitieux qui entoure le chat noir et l’image d’Épinal liant le chat et la sorcière. Mais nous sommes loin de connaître toutes les légendes inspirées de cet animal mystérieux. Chats devins, météorologues ou vampires, on a souvent prêté d’étranges pouvoirs aux félins. Extrait du livre "Le chat : légendes, mythes et pouvoirs magiques" de Christian Doumergue aux éditions de l'Opportun (2/2).

Christian Doumergue

Christian Doumergue

Christian Doumergue est un des plus grands spécialistes français de l'énigme de Rennes-le-Château. Passionné par l’Histoire, les symboles et l’ésotérisme, ses derniers ouvrages L’Ombre des Templiers et Le Secret dévoilé ont trouvé un large écho.

Voir la bio »

La haine démentielle que l’Église jeta sur les chats est difficile à comprendre. Sans doute parce qu’il ne reste plus, de ces âges sombres, que des fragments; que l’histoire n’est qu’un miroir brisé, dont bien des éclats ont disparu, avalés par le grand néant des siècles.

Néanmoins, à travers les voiles du temps, se devine une histoire oubliée. Celle d’une ancienne divinité combattue par le monothéisme chrétien. L’Église, lorsqu’elle persécuta les animaux, le fit parce que ceux-là incarnaient les anciens dieux. Étaient les anciens dieux. L’ours fut destitué par Rome de son statut de roi des animaux au profit du lointain lion, et traqué aussi bien dans l’héraldique que dans les forêts. Le chat connut-il le même sort ? ou la haine que lui voua le clergé ne fut-elle le fruit que de son caractère nocturne?

Les informations recueillies au xixe siècle par un archiviste d’Ypres, Jean-Jacques Lambin (1765-1841), laissent entrevoir que, dans certains cas, les persécutions de chats furent bel et bien commandées par la volonté de l’Église d’éradiquer dans les esprits un ancien culte.

Ypres fut en effet, durant des siècles, le théâtre d’un sordide « jour du chat ». D’abord à l’occasion de l’Ascension, puis le jour de la foire d’Ypres, on jetait un ou deux chats vivants du haut d’une tour. Ce fut d’abord celle du château, puis le clocher de l’église Saint-Martin, enfin le beffroi.

Lambin avait assisté plusieurs fois à la scène qu’il avait vue pour la dernière fois en 1817. Ce qu’il écrit à ce sujet laisse entrevoir quelque chose de fascinant. D’après une ancienne tradition qu’il évoque, cette sordide persécution de chats aurait en effet été originellement organisée pour faire oublier aux populations locales leur ancienne divinité.

« On sait que les Parsis ou Guèbres, restes des anciens Perses, ont la vénération pour les chiens ; mais ce qui n’est pas généralement connu, c’est qu’une ancienne tradition nous apprend que, sans parler des autres Morins dont ils faisaient partie, les Yprois adoraient le chat comme une divinité, jusqu’au moment où ils furent convertis à la religion chrétienne, et que Baudouin III, comte de Flandre, ordonna, en l’an 962, que le jour de la foire annuelle de l’Ascension, on jette de la tour du château, appelé les trois tours, un ou deux chats vivants, pour faire voir aux étrangers que les Yprois avaient réellement et sincèrement renoncé au culte des idoles. » Les faits dont le souvenir a été conservé par Jean-Jacques Lambin dans les premières décennies du xixe siècle appartiennent à ces fragments d’une histoire oubliée qui parsèment l’Europe. La tradition rapportée, comme la date avancée des premiers jets de chats à Ypres, montre clairement que la persécution des chats y trouve sa raison dans le combat de l’Église contre un ancien culte païen du chat. Un culte dont la survivance et les racines, peut-être tout autant nordiques qu’égyptiennes, se perdent dans l’obscurité de l’histoire. Ainsi, au songe de l’antique divinité féline, se mêle celui des sorcières, qui, héritières d’anciennes religions, furent peut-être les continuatrices de ce culte du chat dont on ignore tout…

Extrait du livre "Le chat : légendes, mythes et pouvoirs magiques" de Christian Doumergue aux éditions de l'Opportun 

"Le chat : légendes, mythes et pouvoirs magiques" de Christian Doumergue

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !