Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Thomas SAMSON / AFP

Miracle ?

Chute libre dans les sondages : Sylvain Fort, l’homme qui tente de (re)vendre Emmanuel Macron aux Français

"Sylvain Fort est chargé à la fois de débarrasser Emmanuel Macron de l'image de Président "des Riches", "arrogant", et de mettre en perspective l'An 2 de l'ère Macron".

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Juste avant de s'envoler pour New York où il participe à l'Assemblée Générale de l'ONU, et au Sommet International pour la Terre ( One Planet Summit ) où il va être sacré Champion pour la Terre, Emmanuel Macron a présidé le Conseil des Ministres consacré au Budget 2019. Il a laissé le soin aux  Ministres de l'Economie Bruno Le Maire et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, relayés par les porte paroles de la REM le soin d'en vanter les mérites - ce qu'ils ont fait avec exaltation, devant micros et caméras, laissant peu d'espace médiatique au président de la Commission des Finances LR qui dénonce "un budget illisible".

A l'Elysée c'est le nouveau patron de la Communication, Sylvain Fort, qui a pris le relais pour faire passer le message auprès de la presse. Avec beaucoup de prudence, et de nuances. Ce normalien de 46 ans, qui avait dirigé la communication du candidat Macron, avant de le suivre à l'Elysée pour écrire les discours du président, prend la main dans un contexte difficile, au moment où le Chef de l'Etat bat des records d'impopularité. Il est chargé à la fois de débarrasser Emmanuel Macron de l'image de Président "des Riches", "arrogant", et de mettre en perspective l'An 2 de l'ère Macron, ce qui revient en l'occurrence à changer radicalement de méthode dans la manière de communiquer et dans les rapports avec la presse. Un an après avoir voulu casser la baraque avec le " Nouveau Monde", l'Elysée re-découvre les vertus du Monde Ancien, celui du dialogue et de la pédagogie. Impossible cependant de convaincre que le président n'est pas " arrogant", sans analyser  "comment on en est arrivé là", et sans passer par  la case autocritique, en l'occurrence la critique des méthodes passées: celles qui ont par exemple consisté à diffuser des vidéos des activités présidentielles" sans commentaire". La plus illustre de ces vidéos est celle du "pognon de dingue" que coûtent les prestations sociales, dénoncé par Emmanuel Macron en pleine réunion de travail interne. Cet extrait était destiné à sensibiliser les Français avant un discours d'Emmanuel Macron consacré à la solidarité. Effet non seulement raté mais désastreux : on n'a parlé que du " pognon" et le discours de la Mutualité est passé totalement inaperçu. A cela sont venus s'ajouter les "séquences" qui ont produit des effets tout aussi catastrophiques pour l'image présidentielle, à  la vaisselle de l'Elysée commandée à la Manufacture de Sèvres , l'affaire Benalla, et plus récemment celle de l'horticulteur au chômage.
 
Pour Sylvain Fort  "le seul moyen de se défaire de ces images,  c'est l'action", accompagnée  de "pédagogie au long cours..."Il devient urgent de faire de la pédagogie, d'autant que les dirigeants de l'opposition font le pari du simplisme", précise ce fin lettré . De la pédagogie, au long cour, tout ce qui n'a pas été fait pendant l'An1 ? C'était "une première année sans opposition ", réfléchit-il..." On a laissé s'installer la parole de l'opposition, le  sobriquet... A défaut de combat politique, on a axé le débat  sur la personne du Président,... il est possible que le président se soit laissé enfermer dans un  certain nombre de reproches, le sentiment d'arrogance peut  découler de l'action sans justification", concède -t-il.... Alors de quoi sera fait l'an 2 du macronisme?  Son  marqueur sera le Travail : "Nous voulons que le travail paie...on fait du travail ( et de la formation), une véritable arme de réinsertion sociale. Quand la formation professionnelle ne concerne que 10% des chomeurs, il y a un  problème", plaide le porte parole d'Emmanuel Macron. La théorie du ruissellement a vécu ! Sylvain Fort se montre beaucoup plus prudent que les ministres et les députés LaRem de la Commission des Finances pour vanter les 6 milliards de réduction d'impots, annoncés à l'occasion de la présentation du Budget. Ce chiffre magique, cette "arme fatale" avait été  dégainée par Emmanuel Macron devant les membres de la Commission des Finances vendredi dernier; un argument choc pour frapper l'opinion .Mais une arme à double tranchant , car l'opinion attend des actes et non des annonces et elle est  plus sensible à l'augmentation du prix de l'essence qu'à celle du déficit  inférieur à 3% du PIB pour la 3e année consécutive. Les gains de pouvoir d'achat promis pour le mois d'octobre avec la baisse, voire la suppression de la taxe d'habitation, en attendant l'exonération de cotisations sociales des heures supplémentaires, seront-ils suffisants pour redresser l'image du président et de l'exécutif, et surtout pour faire baisser le chômage dans un contexte de croissance molle et de menace de crise financière internationale ? Le gouvernement veut " clairement baisser les impôts, mais pas donner de coups de rabot"... plaide l'homme de l'Elysée qui s'interroge sur le moment propice pour Emmanuel Macron  de s'adresser à nouveau aux Français, et qui tente de concilier pédagogie au long cours avec impératif médiatique.
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !