Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président russe Vladimir Poutine lors une visioconférence à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 29 avril 2021.
Le président russe Vladimir Poutine lors une visioconférence à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 29 avril 2021.
©ALEXEY DRUZHININ / SPUTNIK / AFP

A sa botte

Ces influenceurs russes que Poutine paierait bien plus cher que ses profs

D'après les révélations du mouvement anti-corruption de l'opposant Alexeï Navalny, la chaîne de télévision Russia Today verserait des salaires importants à des youtubeurs, des blogueurs ou des leaders d'opinion sur Internet afin qu'ils relaient la parole et la doctrine du Kremlin.

Carole Grimaud Potter

Carole Grimaud Potter

Carole Grimaud Potter est analyste géopolitique, spécialiste de la Russie et des espaces post-soviétiques. Fondatrice du Center for Russia and Eastern Europe Research, pour lequel elle a publié des analyses et articles sur sa zone de spécialisation, elle a également publié pour le Groupe d'Etudes géopolitique de l'Ecole Normale. Professeure en géopolitique de la Russie à l'Université de Montpellier et à Montpellier Business School, où elle enseigne la géopolitique et les stratégies inter-étatiques, à EMLyon Business School (géopolitique, globalisation et cyber-espace).

Voir la bio »

Atlantico : Selon une enquête du mouvement anti-corruption d’Alexeï Navalny, la chaîne publique Russia Today (RT) verserait des salaires mirobolants (plus de 6000 euros mensuels pour certains) à des blogueurs, des youtubeurs ou autres leaders d’opinion numériques pour qu’ils propagent la parole du Kremlin. Ces révélations sont-elles surprenantes ?

Carole Grimaud Potter : Je ne suis pas du tout étonnée par ces pratiques de la part de Russia Today. En 2014, au moment de l’annexion en Crimée, la journaliste américaine et présentatrice sur RT avait démissionné en direct pour manifester son opposition à Poutine. Elle avait alors donné le montant de son (confortable) salaire, révélé les agissements de la chaîne, les pressions du Kremlin, les fausses images diffusées, ce qu'on lui demandait de dire etc.

Lors d’une visite à Moscou en 2016, j’avais visité les locaux de RT et rencontré un responsable de la rédaction. Je lui avais posé la question de la formation des journalistes de RT. Il m’avait répondu que les gens qui y travaillaient n'étaient pas tous journalistes. La plupart ne l'étaient pas parce qu'on leur demandait autre chose que du journalisme. C’est d'ailleurs pour ça qu'ils emploient beaucoup de jeunes, souvent entre 20 et 25 ans, à qui on leur demande une grande réactivité et une forte présence sur les réseaux sociaux.

L’argent est-il un moyen efficace pour le Kremlin de s’assurer une présence permanente en ligne ?

À Lire Aussi

Russie : Alexeï Navalny, l'opposant à Poutine rêvé par les occidentaux.. moins par les Russes

C'est en effet un moyen d'attirer et de fidéliser des militants. Quand vous êtes rémunérés 6000 euros par mois à Moscou, il n'y a pas de raison d' aller voir ailleurs. Quand on vit avec ce train de vie, c'est difficile de s'en détacher et de reprendre son indépendance. 

Ce n’est pas nouveau en soi. Les « trolls » de l’usine à trolls de Saint-Pétersbourg, qui diffament les opposants de Poutine aussi bien en Russie qu’à l’international, sont également grassement payés. Il y a une interview qui est passée sur Dojd, une chaîne de télévision russe indépendante, d’un ancien troll de la Saint Petersburg Factory. Il racontait que ceux qui y travaillaient étaient des jeunes, pas forcément très qualifiés mais très bien payés. Comme il le disait lui-même, ce sont simplement des jeunes gens qui ont besoin de payer leurs factures. Ce jeune troll devait commenter les informations politiques sur différents blogs ou sites internet. Il avait aussi une vingtaine de faux comptes (américains notamment) pour diffuser du contenu favorable à Donald Trump. 

Pourquoi ce choix de s’appuyer sur des relais intermédiaires très présents sur les réseaux sociaux ?

C’est dans l’ADN de RT qui se targue de pouvoir publier les informations de n’importe qui. Ils sont dans cette idée que tout le monde peut être « journaliste ». N'importe qui peut leur envoyer une vidéo choc, ils ne vérifient pas et la publient tout de suite. Parmi ceux qui leur envoient régulièrement du contenu, les plus fidèles sont payés. C'est de l’information qui leur arrive de partout ; ils prennent le plus sensationnel. 

À Lire Aussi

Vladimir Poutine a-t-il la puissance nécessaire pour que sa répression de l’opposition ne lui revienne pas en boomerang ?

Quel écho rencontrent les enquêtes du mouvement de Navalny en Russie ?

Certaines enquêtes de Navalny ont eu un impact fort, notamment toutes celles liées aux corruptions des élus. La corruption est un sujet très important pour les Russes. Si l'on remonte aux années 2000, Vladimir Poutine a été élu pour lutter contre la corruption. Cela faisait partie du contrat passé avec le peuple russe qui était d'accord pour avoir un président ferme à la condition qu'il les sorte de ces années de chaos, de ces années Eltsine qui ont été marquées par la corruption et l'oligarchie. 

Sur cette histoire de salaires exorbitants, les Russes sont malheureusement habitués à voir les salaires de certains hommes politiques révélés. Quant aux oligarques, n'en parlons pas… Je ne suis pas sûr que ce soit cette enquête qui va dissuader les gens de regarder RT. 

 

À Lire Aussi

Vladimir Poutine aurait-il vraiment eu intérêt à empoisonner Alexeï Navalny ?

Droit de réponse de RT France :

Madame Carole Grimaud Potter porte ici des accusation graves et attentatoires à la probité de RT France et à celle de ses plus de 100 journalistes, des professionnels titulaires de cartes de presse françaises. Nous réfutons catégoriquement avoir recours à de telles pratiques contraires à l'éthique, à la déontologie de la profession et à la Charte de Munich. RT France rappelle par ailleurs qu’elle a conclu une convention avec le CSA, renouvelée en décembre 2020 par le régulateur, aux termes de laquelle elle s’est engagée à suivre un certain nombre d’obligations dont le respect d’honnêteté de l’information qu’elle diffuse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !