Ces autres tensions que les nouveaux militants anti-racistes ne veulent pas voir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Ces autres tensions que les nouveaux militants anti-racistes ne veulent pas voir
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Chantage idéologique ?

Ces autres tensions que les nouveaux militants anti-racistes ne veulent pas voir

L'anti-racisme est-il exploité à des fins politiques autres que celles qu'elles défendent ? La question de l'universalité semble être éludée par les militants antiracistes. Comment expliquer ce phénomène ?

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il publie "Confessions d'un enfant du demi-siècle" aux éditions du Cerf et "L'imposture du vivre ensemble: Quelques points de repères" aux éditions de L'Artilleur. 

Voir la bio »

Atlantico.fr : Il existe aux États-Unis et en France, un racisme dans les communautés elle-mêmes sans que cela fasse les titres. Qu’est-ce qui explique un tel oubli médiatique ? 

Paul-François Paoli : Il n'y a pas à proprement parler d'oubli médiatique mais une focalisation médiatique sur certains phénomènes qui participent de ce que j'ai appelé voici quelques années "L'antiracisme idéologique" dans un livre paru en 2012 aux éditions François Bourin: "Pour en finir avec l'antiracisme idéologique". Il est évident que moults journalistes télé et radio ont été formés par une certaine vulgate idéologique qui stipule que si un policier "blanc" violente un délinquant "noir" c'est que son attitude rélève du "racisme". Mais alors de quoi s'agit t'il quand il violente un délinquant "blanc"? En fait le prétendu racisme est un état d'esprit absolument insaisissable, sauf chez certains individus qui proclament ouvertement leur haine ou leur mépris pour les gens que l'on appelait autrefois "de couleur". Le racisme authentique est en réalité rare dans un pays comme la France où la police est d'ailleurs de plus en plus multiraciale mais ce qui est courant c'est l'amalgame qui est fait entre le racisme et des comportements méprisants qui peuvent être ressenti par ceux qui s'en disent les victimes comme relevant du racisme. En réalité si l'on considére que la condescendance ou le sentiment de supériorité de tel groupe humain à l'égard d'un autre relève du racisme on peut dire que nous sommes tous, un jour ou l'autre, virtuellement racistes. Prenons l'exemple du mépris parfois affiché de certains chinois pour les "Noirs" ou les "Arabes", pourquoi en parle t'on si peu? Et bien tout simplement parce que pour les idéologues de l'antiracisme, seuls les "Blancs" sont suspects de racisme puisque ce sont les Européèns-Anglais, Portugais, Espagnols, Francais- qui ont été les principaux acteurs de la colonisation au XIX e siècle. En realité l'anti racisme n'est que la version la plus basse et la plus médiocre de l'exploitation de la culpabilité occidentale.

L’anti-racisme est-il exploité à des fins politiques autres que celles qu'elles défendent  ? 

Il s'agit d'exploiter le sentiment de culpabilité de certaines élites progressistes qui ont laicisé et sécularisé le sentiment du Pêché. Le racisme est le pêché majeur d'un Occident post chrétien qui s'est libéré de toutes les normes mais qui a gardé le goût de se flageller au nom d'une Vérité à laquelle il ne croit même plus.  La tendance collective à la méa culpa est un symptôme majeur de dégénérescence civilisationnelle. Où et quand les Musulmans se sont t'il excusés pour avoir été "la religion esclavagiste par excellence" selon Fernand Braudel qui écrit cette formule dans son grand livre "Grammaire des Civilisations'(Flammarion, 1964)?  Les élites décadentes d'Europe de l'ouest sont relativistes sur le plan des moeurs tout en étant intransigeantes dés qu'il s'agit de dénoncer un acte prétendument raciste. Si un Noir évoque sa "race" il est écouté complaisamment par ceux là même qui regardent comme un monstre un "blanc" qui utiliserait le terme de "race blanche". En 1965 lors de la conférence de presse où il justifie l'établissement des relations entre la France et la Chine De Gaulle évoque la "race chinoise" et personne ne l'a repris à l'époque. 

La question de l'universalité semble éludée par les militants antiracistes. Comment l'expliquer ? 

Les anti racistes sont pour beaucoup devenus identitaires car ils considèrent que le discours universaliste républicain relève d'une forme d'occidentalisme, ce qui mériterait d'être débattu car la question est complexe. En réalité et c'est la thèse que je développe dans mon dernier livre "Aux sources du malaise identitaire français, valeurs, identité, instinct de collaboration" (Artilleurs)la réponse adéquate aux identitaires anti racistes n'est pas l'exhortation universaliste qui ne sert à rien. Pour la simple raison que l'universalisme est un discours sur les valeurs qui ne répond pas à la question de l'identité. Quelles sont au juste les valeurs des Allemands? Sont elles différentes des nôtres? Ils sont Allemands parcequ'ils se sentent Allemands et en affinité avec l'Allemagne qui est leur pays. Nous sommes Français parce que nous avons une relation de familiarité avec la France sa géographie, sa langue et ses moeurs que n'ont pas le Maliens ou Franco maliens qui défilent pour Adama Traoré. Cette familiarité a  à voir avec un sentiment de co appartenance à un pays ou à une région que n'ont généralement pas les émeutiers de banlieue. Leur pays ce n'est pas la France, ni une région particulière c'est leur quartier comme le montre d'ailleurs le Film Les Misérables.  Pourquoi  est ce que ce sont toujours des descendants de nos anciennes colonies qui hurlent contre le racisme en France et jamais des Chinois ou des Portugais? Parcequ'ils n'ont pas réglé leur complexe d'infériorité et sont souvent sous performants à l'école. Pour beaucoup ils ne ressentent pas la France- sa géographie qu'ils ignorent, son histoire qu'ils suspectent ou sa langue qu'ils massacrent- comme étant leur pays malgrè le fait qu'on ait attribué la nationalité française à ceux qui sont nés ici . Ce n'est pas en les exhortant à l'Universel et à la République dont ils se moquent comme d'une guigne que l'on combattra les identitaires antiracistes c'est en remettant en cause aussi bien le droit du sol que la double nationalité qui permet à des familles comme celle d'Adama Traoré de faire du chantage idéologique et émotionnel. Les identitaires anti racistes combattent l'universalisme? Chiche, donnons leur satisfaction en défendant l'identité majoritaire de ce peuple: celle des Francais d'origine caucasienne pour qui la culture et la cilvilisation françaises ne sont pas négociables.

Paul-François Paoli a publié "Aux sources du malaise identitaire français, valeurs, identité, instinct de collaboration", (Chez Artilleurs).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !