Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ce que les Français attendent vraiment de leur ministre de la Culture
©JOEL SAGET / AFP

Exception culturelle

Ce que les Français attendent vraiment de leur ministre de la Culture

Franck Riester a été nommé ministre de la Culture à l'occasion du remaniement du 16 octobre. Pour lui, c'est clair, la redevance audiovisuelle devrait être étendue à tous les foyers sans conditions.

Frédéric Micheau

Frédéric Micheau

Frédéric Micheau est directeur du département Opinion d'OpinionWay depuis juillet 2014

 

Voir la bio »

Atlantico : Le ministère de la culture est  hautement symbolique en France. Quels sont les rapports qu'entretiennent les Français avec le ministère de la culture ? Qu'attendent-ils de sa part ?

Frédéric Micheau : Dans la mesure où le ministère de la culture ne fait pas partie des ministère régaliens, les attentes des Français à son égard sont faiblement constituées et restent d’ordre très général. A leurs yeux, la rue de Valois doit garantir les fondamentaux de la politique culturelle française, notamment l’accès de tous à la culture, la préservation et le développement de la créativité artistique nationale et le rayonnement de la culture française.

Selon l'un de vos récents sondages (Opinion Way pour le Sénat) réalisé en juillet 2018, les Français se montrent relativement critiques concernant l'audiovisuel public. S'ils sont conscients de l'importance du secteur public, seulement une petite majorité" (56%) se disent satisfaits. Comment expliquez-vous le fait que les Français ne soient pas convaincus par l'audiovisuel public ?

Dans le sondage que vous évoquez, une courte majorité des Français interrogés se montrent satisfaits des programmes proposés par les médias du service public (56%). Ce taux de satisfaction est beaucoup plus faible que celui que nous avons mesuré dans d’autres pays européens. 86% des Britanniques se disent satisfaits de la BBC.  Les Allemands (61%) et les Espagnols (60%) déclarent également une satisfaction plus forte qu’en France. Seuls les Italiens se déclarent moins satisfaits que les Français (50%). Cette insatisfaction française se nourrit de plusieurs éléments. D’abord, les spécificités des contenus diffusés par l’audiovisuel public n’apparaissent pas clairement en comparaison des programmes des médias privés. Le secteur public semble également manquer d’audace. Ce déficit d’innovation qui concerne les contenus est regretté par les Français.  

Néanmoins, il faut relever un attachement profond à l’audiovisuel public : 82% des personnes interviewées considèrent que l’existence de médias du service public à la télévision est importante. Les Français reconnaissent à l’audiovisuel public sa capacité à remplir sa triple mission : informer, éduquer et divertir. Ils observent également qu’il joue un rôle fédérateur et créé du lien social.

Qu'est-ce que les Français attendent de l'audiovisuel public ? 

La principale attente adressé par les Français à l’audiovisuel public concerne la continuation et le renforcement de ses missions de services public. Concrètement, il s’agit de conserver une attitude de proximité avec les Français et leur vie quotidienne, en évitant toute forme d’élitisme culturel.  L’audiovisuel public devrait également de remplir encore mieux sa fonction d’information et d’éducation, en particulier en favorisant le pluralisme et en luttant contre la désinformation et les fake news. La poursuite de son rôle fédérateur autour de grands évènements qui créent du lien national constitue également une attente forte.  Enfin, un effort de modernisation doit être conduit pour adapter l’offre aux nouveaux usages de consommation médiatiques, tant dans les contenus eux-mêmes que dans leur accès, qui doit être mieux digitalisé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !