Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
©MEHDI FEDOUACH / AFP

Agriculture

Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2

L'agriculture biologique ne présente pas d'avantages significatifs, tant gustatifs... qu'environnementaux.

Philippe Joudrier

Philippe Joudrier

Philippe Joudrier, ex-Directeur de recherche à l’INRA et ex- président du Comité d’experts en biotechnologie de l’AFSSA, dernier ouvrage «OGM : Pas de quoi avoir peur !» Le Publieur 2010

Voir la bio »
André Heitz

André Heitz

André Heitz est ingénieur agronome et fonctionnaire international du système des Nations Unies à la retraite. Il a servi l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Dans son dernier poste, il a été le directeur du Bureau de coordination de l’OMPI à Bruxelles.

Voir la bio »

Atlantico : Dans un reportage intitulé "Multinationales : hold-up sur nos fruits et légumes", les journalistes de Cash Investigation montrent l'appauvrissement en vitamines et antioxydants des variétés de fruits et légumes actuelles par rapport aux anciennes, notamment à cause des semences hybrides et de la culture hors-sol. Partagez-vous le constat fait par ce reportage ?

André Heitz : Les aguiches de l'Envoyé spécial du 18 juin 2019 intitulé « Multinationales : hold-up sur nos fruits et légumes » laissaient entrevoir un grand moment d'intoxication, non pas alimentaire, mais intellectuelle. Nous avons été servis !

C'est un titre qui nous ramène à 1983 et Seeds of the Earth (Les semences de la terre) de (Roy) Pat Mooney, l'ouvrage princeps d'un mouvement militant qui a fait le bonheur et la notoriété, voire l'aisance, de nombre de militants anti-technologies et anticapitalistes. L'apocalypse annoncée il y a 36 ans ne s'est pas réalisée. Mais c'est sur ce fumier que prospèrent les balivernes. Envoyé spécial ne fera probablement que raviver des légendes urbaines... et entretenir la légende des pourfendeurs cathodiques de prétendus scandales.

Le monde des variétés et des semences s'est beaucoup transformé en quelques décennies sur le plan organique. Mais les fondamentaux scientifiques et technologiques restent les mêmes. Ce sont des facteurs tels que la situation économique, l'espèce cultivée et sa biologie de la reproduction, le type de variété, la technique de production des semences, l'adjonction de technologies à la semence, sans compter les exigences de l'aval et, dans une certaine mesure, la propriété intellectuelle.

Ce monde est à la fois un et multiple. Produire des semences de blé, de maïs ou de tomate sont des métiers différents même si la science et la technologies sous-jacentes sont communes. Un « hold-up » sur la filière – et sur l'aval (la production et la distribution, et donc notre approvisionnement alimentaire) – est quasiment impossible.

On nous annonce souvent que X « multinationales » (X inférieur à 10) contrôlent Y % du marché des semences (Y supérieur à 50). Par exemple, en novembre 2017, le journal suisse le Temps avec « Trois multinationales règnent sur 55% du marché mondial des semences ».

On « oublie » souvent de préciser qu'on ne tient pas compte de l'autoproduction paysanne, seule solution dans de nombreux cas dans les pays en développement et choix de nombreux agriculteurs dans les pays développés ; qu'il s'agit du marché formel, du marché « propriétaire » et du segment du marché constitué par les seuls grands groupes (les petits semenciers étant difficiles à intégrer dans les statistiques économiques) ; et que l'indicateur est un chiffre d'affaires et non un volume ou une emprise sur la production agricole.

Une partie de la filière des variétés et des semences a constitué au cours des dernières décennies l'enjeu d'un grand Monopoly. Henry Kissinger a pu dire : « ...qui contrôle l'alimentation, contrôle les peuples », mais ceux qui croyaient y parvenir en contrôlant les semences ont dû déchanter.

Fondamentalement, les producteurs de variétés et de semences sont tributaires des desiderata des distributeurs (et en partie des consommateurs) ; les semenciers doivent s'adapter aux besoins des producteurs, lesquels doivent bien vendre...

Les grands groupes – les « multinationales » au sens péjoratif, mais aussi des coopératives comme Limagrain – sont présents sur des secteurs particuliers, notamment les hybrides et les semences de légumes. Ils sont loin d'en avoir le contrôle. La concurrence entre eux est âpre.

Et les petites et moyennes entreprises ont leur place, même dans ces secteurs, tout comme la recherche publique (pour autant que les gouvernements s'y investissent). Des groupements de producteurs se lancent aussi dans la création variétale pour satisfaire leurs propres besoins.

Le discours sur les variétés et les semences est du reste schizophrène : d'un côté, les « multinationales » vont nous étrangler (comme si étrangler le consommateur final était une stratégie judicieuse...), mais de l'autre, on célèbre les francs-tireurs de la semence comme Kokopelli, qui se targue d'avoir 730 entrées dans son catalogue pour la tomate.

La « biodiversité » – plus précisément la diversité génétique cultivée – est loin d'être menacée. En France, le catalogue des espèces et variétés admises à la commercialisation comporte 582 variétés de tomate, toutes distinctes, homogènes et stables, dont 409 hybrides et donc 73 variétés lignées reproductibles par l'utilisateur. Mais le producteur français peut aussi recourir à des variétés inscrites sur le catalogue d'un autre État membre de l'Union européenne. Au total, il y a 4.159 variétés, dont 3.333 hybrides.

Et il y a plein de matériel dans les banques de gènes.

Philippe Jourdrier : Un article récent a parfaitement détruit le mythe selon lequel les variétés anciennes sont meilleures que les variétés actuelles, prenant l'exemple du blé.

En ce qui concerne le mode d’agriculture biologique, il existe depuis 2003 des méta-analyses qui ont été publiées régulièrement tous les trois ans : la première est de 2003 et émanait de l’AFSSA, les suivantes datent de 2006, 2009, 2012, 2015 (venant d’Oxford, Stanford, Glasgow pour celle de 2015 … !) Les conclusions de toutes ces méta-analyses sont constantes.

L'AB (agriculture biologique) ne présente pas d’avantages significatifs des points de vue gustatifs (des exemples de tomate « AB » et non AB dégustées en double aveugle ne sont pas distinguées), nutritionnels (si dans certains cas, on peut noter une légère augmentation de tel ou tel nutriment, vitamines, cela s’observe dans les deux modes de culture et dans tous les cas, les augmentations quantitatives, lorsqu’il y en a, ne procurent aucun avantage nutritionnel) voilà de quoi tordre le cou également à toutes ces rumeurs qui n’ont qu’un seul but : mettre en avant le « bio » comme étant meilleur.

Si on ajoute à cela le fait que le « bio » ne présente pas non plus d’avantages environnementaux (rien que par le fait que pour avoir le même rendement qu’en conventionnel, il faut plus de surfaces arables) et le fait primordial (qui vient par-dessus tous les autres) que la sécurité sanitaire est plutôt moins bonne pour le « bio » (cela s’explique très bien selon les lois élémentaires de la biologie, c’est étonnant que l’AB ne les aient pas intégrées !), le seul risque bactérien est au minimum multiplié par 5 pour les produits issus de l’AB.

Outre le fait que le « bio » de fait d’avant l’ère de l’agriculture conventionnelle et intensive de l’après deuxième guerre mondiale a provoqués d’immenses dégâts, le « bio » récent continue à en faire. La tragédie récente 2011 des pousses germées de fenugrec en provenance d’une ferme allemande « bio » a malheureusement conduit à une cinquantaine de décès et environ un millier d’insuffisances rénales à vie. Une chose sûre, c’est que les médias ont étouffé l’affaire (et surtout l’origine « bio » de produits incriminés).

On ne peut pas passer sous silence non plus le risque accru, pour toutes les productions issues de l’AB, d’une teneur plus élevée en mycotoxines (la grande majorité d’entre elles sont cancérigènes). Au cours des millénaires précédents, elles sont responsables d’un nombre de décès.

D’une manière générale et si les bases de la biologie étaient bien comprises, il est évident qu’il vaut mieux manger avec des traces de pesticides que les pestes elles-mêmes avec leur cortège de toxines !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !